Le châtaignier petit Jean, Saint Sulpice-les-feuilles (Haute-Vienne)

Avant la sortie de leur livre « Auprès de mon arbre« , Philippe, Daniel et Eddie ont accepté de nous faire partager en exclusivité quelques unes de leurs découvertes.

Sur la commune de Saint Sulpice-les-feuilles, au lieu dit « Virvalais », a été aménagé un charmant coin de pique-nique bordé par deux vénérables châtaigniers. Le plus gros, est aimablement surnommé le « châtaignier de petit jean », en souvenir de son propriétaire : Jean Pithon.

Châtaignier petit Jean 4   © Daniel Mar


Les alléchantes brochures touristiques indiquaient 560 ans pour 11, 50 m de circonférence. Je me suis dit : « Phil, tu ne peux pas rater ça, l’arbre est plus gros que le châtaignier du Brûlis à Neuillé en Maine-et-Loire ! » En arrivant, l’arbre semblait avoir maigri ; mais faisait tout de même 9,15 m. Son âge doit bien avoisiner les cinq siècles.

Châtaignier petit Jean 1  © Eddie Awalludin
Il a bien failli disparaître lorsque les membres d’une association ce sont mis à le nettoyer pour le mettre en valeur. Un feu avait été allumé à proximité pour détruire les branches mortes. Une heure plus tard, le « vénérable » flambait.

Châtaignier petit Jean 3   © Eddie Awalludin Châtaignier petit Jean 2  © Eddie Awalludin

Son tronc, selon les dires, était devenu une véritable cheminée d’usine. Il fallu l’intervention des pompiers pour circonscrire l’incendie. Tout le monde croyait l’arbre perdu. Mais la nature est tenace et il en fallait plus pour intimider le vieillard !

Merci à Philippe pour cette découverte. Un arbre dont je n’avais jamais entendu parler et que l’on peut retrouver auprès d’une quarantaines d’arbres d’exception sur le DVD déjà paru « Auprès de mon arbre – Arbres remarquables du Grand Ouest« .

Localisation par ici

Share Button

6 réflexions au sujet de « Le châtaignier petit Jean, Saint Sulpice-les-feuilles (Haute-Vienne) »

  1. L’enfer est pavé de bonnes intentions! C’est étonnant le nombre de vieux arbres qui ont été la proie des flammes, heureusement, lui s’en ai sorti comme son cousin de Kezéoc’h…
    Merci pour cet article!

  2. C’est vrai que beaucoup ont eu à subir les flammes. Parfois par imprudence comme c’est le cas ici, parfois par la foudre, mais une des causes que je retrouve fréquemment est le fait d’avoir voulu enfumer un nid de guêpes ou de frelons.

  3. Moi, les nids de frelons ça m’a jamais empêché de mesurer un arbre. Il suffit de savoir s’y prendre et de savoir d’où vient le vent.
    Laissons les en paix les titis. S’ils ne sont pas asiatiques, ils sont très utiles.

  4. Ce châtaignier me disait quelque chose et effectivement je l’ai vu sur le livre des arbres remarquables du Limousin. Je l’ai pas mal feuilleté ce livre et je peux vous dire qu’il y aurait de beaux reportages à faire : des chênes (8m30 et 8m50), châtaigniers, tilleuls (dont un de 8m50), aulne (3m60) charme, buis, sapin, tulipier de virginie, ormes et j’en oublie peut-être.
    Sinon il semble quand même avoir pas trop mal résisté au feu ce châtaignier.

  5. Un colosse ! Les châtaigniers résistent aux incendies et les châtaignes flambées sont délicieuses, mhmm ! 🙂
    Une chance que celui-ci s’en soit si bien sorti, Saint-Sulpice doit aimer les arbres, un if Normand récemment publié s’y trouve aussi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *