Le chêne rouge et le ginkgo de la Mennais à Ploërmel, Morbihan

Les couleurs automnales du tulipier présenté par Yanick (ici), m’ont rappelé que j’avais aussi eu un peu de chance en passant à Ploërmel, cet automne. J’y ai rendu une visite express au chêne rouge et au ginkgo de la maison-mère des Frères de la Mennais (plus d’info ici), qui arboraient un feuillage magnifique.

Le chêne rouge de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (1)

Magnifique est aussi le terme approprié pour qualifier l’architecture de ce grand chêne américain! Ses dimensions sont remarquables, une hauteur d’une vingtaine de mètres, une envergure de 27 m et un tronc de 5.60 m de circonférence!

 Le chêne rouge de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (5)Le chêne rouge de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (4)

Ces caractéristiques en font le plus gros chêne rouge breton recensé. Au niveau national, bien que sa date d’introduction se situe entre la fin du 17ème et le début 18ème il y a peu de données sur de gros sujets. Une rapide recherche ne m’a pas permis de trouver plus gros, cela peu s’expliquer par une espérance de vie limitée. Toutefois compte tenu de la vitesse de croissance de cette essence, je ne serais pas étonné qu’il ait des concurrents, d’autant que dans sa thèse de 2004 C.R. Magni Diaz indique l’existence entre autres d’arbres plantés vers 1800 à l’arboretum du château d’Harcourt en Normandie.

Au niveau européen, on trouve tout de même des sujets dépassant le 7.00 m, le plus gros recensé en Belgique faisant 8.03 m (ici).

Le chêne rouge de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (2)Cet arbre est en bonne santé, mais il y a quelques années des doutes avaient été émis quand à sa solidité. Il faut dire que le chêne rouge n’a pas la résistance de nos chênes autochtones, son bois à la fâcheuse tendance à se laisser coloniser par les champignons lignivores.

Le chêne rouge de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (6)J’ai eu l’occasion d’abattre des sujets d’alignement de 60 ans (mais déjà très gros) pour lesquels, l’expertise au résistographe avait démontrer une pourriture importante indiquant de très forts risques de chutes.

Pour celui-ci l’expertise effectuée il y a quelques années, avait due démontrer qu’il restait suffisamment de bois sain,  puisqu’il est toujours là!

Dans le parc de on peut trouver d’autres sujets intéressants, un séquoia (par ici) (à droite sur photo précédente), de gros houx panachés au pied du chêne (1 et 2).

De plus près d’une petite chapelle, se trouve un joli ginkgo, qui se trouve être le second plus gros recensé du Morbihan avec seulement 2.42 m de tour. L’autre situé à Caudan (ici), mesurant 2.80 m mais est en moins bon état.

Le ginkgo biloba de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (15)

Là encore, on ne sait pas s’il y a plus gros dans le Morbihan, ce qui est certain c’est  qu’il est loin des record breton et nationaux…

Le ginkgo biloba de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (11)Le ginkgo biloba de  la Mennaie, Ploërmel Morbihan, Yannick Morhan (10)

Pour s’y rendre, il vous faudra passer par le boulevard Foch, le chêne étant juste après le porche. Qu’en au ginkgo il vous faudra traverser tout le parc pour en atteindre l’angle Sud Ouest et en passant vous pourrez aussi découvrir l’horloge astronomique conçue par un Frère entre 1850 et 1855 (plus d’infos ici).

Share Button

3 réflexions au sujet de « Le chêne rouge et le ginkgo de la Mennais à Ploërmel, Morbihan »

Répondre à Yannick Morhan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.