Le gros tilleul de Chez Damy* à Jouhé commune de Pioussay (Deux-Sèvres).

Tilleul-Pioussay 01 © Y@nickLa première phase de la mise à jour de l’inventaire des arbres remarquables des Deux-Sèvres vient de se clôturer. Et les trouvailles de cette nouvelle campagne paraissent déjà prometteuses, tel ce gros tilleul découvert par Samuel et Rosanne de l’association Prom’haies. Une exclusivité avant son apparition prochaine sur la nouvelle carte Sigore.

Tilleul-Pioussay 04 © Y@nick

Comment un tel arbre a-t-il pu passer inaperçu si longtemps ? Il se serait trouvé au beau milieu des bois ou au fond d’une vallée pourquoi pas ! Mais rue du tilleul, à une centaine de mètres du château classé de Jouhé, c’est un peu fort de café. Et ce n’est pas un gringalet, il dépasse en circonférence l’arbre le plus célèbre du département le chêne de Saint-Pardoux.

Tilleul-Pioussay 02 © Y@nickTilleul-Pioussay 03 © Y@nick

On lui prêterait 500 ans, ce qui ne parait pas exagéré. L’arbre a « du vécu ». Ses racines s’étalent largement, et absorbent au passage pierres et bitume. L’écorce est profonde et tourmenté. Le tronc est creux et fendu, ses parois ne sont pas épaisses mais quelques racines adventives tentent de lui redonner la force de soutenir la dizaine de branches qui forment sa couronne.

Tilleul-Pioussay 08 © Y@nickTilleul-Pioussay 07 © Y@nick

Malgré la décrépitude due à son grand âge, ce tilleul semble en bonne santé et entretenu régulièrement. Les quelques galles sur ses feuilles ne représentent aucun risque pour sa longévité. Situé sur le domaine public, ce serait intéressant qu’il bénéficie d’un classement et de protections supplémentaires. Certaines racines sont recouvertes de goudron et voient peut-être d’un peu trop près les pneus des véhicules.

Tilleul-Pioussay 09 © Y@nick

Devant une telle masse je suis encore impressionné, moi qui pensais qu’il n’y avait pas de gros tilleul sur le département, après celui des Écarlatières et celui-ci je suis comblé. Au moment de dérouler le double décamètre les chiffrent s’affolent : 8,75mètres. Prom’haies l’avait mesuré à 8,70 m. J’ai bien essayé de prendre au plus creux mais sur ce type d’arbre, difficile d’éviter les bosses.

Tilleul-Pioussay 05 © Y@nick

_________________________________________

A propos du fameux tilleul du château de Chaillé à Saint-Martin-les-Melles.

Si comme moi vous aimez bien fouiller les archives peut-être en avez-vous déjà vu la trace dans quelques vieux manuscrits.

Voici ce qu’il en est dit dans le  » Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle, appliquée aux arts – Tome XXII  » de 1804 :

……….Il existe en ce moment, près Melle en Poitou, dans la cour du château de Chaille, un antique tilleul qui n’a peut-être pas son égal dans toute la France. Sa tige, qui est creuse, a quarante-cinq pieds* (environ 14,50 m) environ de tour ; elle porte six branches parfaitement horizontales, dont le diamètre, à leur base, a plus de trois pieds huit pouces ; ces branches, qui depuis long-temps se seroient rompues sous leur propre poids, sans les forts étais qui les soutiennent, ont quarante-trois pieds de longueur, ce qui donne à cet arbre prodigieux une circonférence totale de trois cents trois pieds (environ 98 m). De différens points des branches horizontales s’élèvent seize grosses branches perpendiculaires de plus de quarante-six pieds de hauteur et d’une grosseur proportionnée ; chacune d’elles forme seule un très-grand arbre ; de sorte que ce tilleul, dont la hauteur est de soixante pieds (environ 19 m), présente le spectacle d’une forêt sur une seule tige……………..

Et dans l’  » Encyclopédie méthodique Botanique, Volume VII « de 1806  :

……………Thomas Browne fait mention d’un autre tilleul qui avait quarantes-cinq pieds de circonférence à un pied et demi de terre, et soixante-quinze pieds de hauteur. Dans une note communiquée par M.Grelet-Defprades, de Niort, à M. Ventenat, il eft dit « qu’on trouve devant le château de Chaillé, commune de Saint-Martin-lès-Melle, un superbe tilleul de quarante-huit pieds de circonférence, & d’environ foixante pieds de hauteur ; il porte au moins cent cinquante pieds dans les branches, fans aucune marque de vétufté & de déperiffement. »………………

La première description qui est faite de cet arbre est assez précise pour laisser penser que ce tilleul devait ressembler aux fameux « tilleul à danser » allemands. Le château de Chaillé est aujourd’hui une maison de repos. Je me suis rendu sur place mais personne n’y avait malheureusement entendu parler de cet arbre. Il y a bien encore quelques tilleuls dans la cour mais rien qui puisse ressembler à un arbre de plus de 13 mètres de circonférence. Cet arbre n’apparait pas non plus sur le cadastre Napoléonien de 1832 (contrairement à celui de chez Damy), ce qui laisse supposer que sa disparition est antérieure. Il parait donc peu probable d’en voir un jour une photographie mais peut-être une gravure ou dessin.

* non d’un lieu-dit : « chez » est souvent utilisé en préfixe dans les 2 Charentes pour désigner un non de lieu-dit. Ex : chez Cadet, chez Bertrand, chez Groyon……

* Le pied de roi, lors de son abolition définitive en France, fut déterminé par la loi du 19 frimaire an VIII( 10 décembre 1799). Cette dernière stipulait que le mètre est égal à « une longueur de 3 pieds 11,296 lignes de la Toise de l’Académie ». De là, le pied de roi mesure 9000 ÷ 27 706 m, soit environ 324,839 mm.

 

Share Button

9 réflexions au sujet de « Le gros tilleul de Chez Damy* à Jouhé commune de Pioussay (Deux-Sèvres). »

  1. C’est vraiment étonnant d’être passé à côté d’un tel colosse au 1er inventaire !
    ça m’a fait penser à l’histoire du chêne « champion d’Ile et Vilaine » de Yannick, mais à la différence c’est qu’il était caché au fond d’une propriété embroussaillée.
    En revanche oublié de tous (ou presque), il semble avoir bien souffert ce vieux tilleul, ce sera peut-être l’occasion de mieux le protéger en lui laissant un bon périmètre de protection et lui apporter quelques soins et tailles (je ne sais pas si un tilleul de 500 ans réagit bien à des tailles ou si les soins se limitent à un peu de nettoyage et d’haubanage ???).
    Sympa la carte Sigore, elle met bien en valeur tout ce travail d’inventaire.
    Ah si toutes nos régions françaises pouvaient être aussi avancées…

  2. Salut Castor,
    Il a surtout souffert du temps qui passe, s’il est encore là aujourd’hui c’est aussi un peu grâce aux soins qu’il a du recevoir. Je ne sais pas à quoi il a pu ressembler autrefois mais aujourd’hui il est taillé en têtard. On ne s’en rend pas compte à cause du feuillage mais la hauteur du tronc est d’environ 4m et il y a une dizaine de branches de 4m de haut qui forment la couronne. Apparemment cette couronne est coupée régulièrement pour éviter tout risque de casse. Par contre sa situation au milieu d’un « rond point » n’est pas des plus favorables. Mais le lieu n’est pas très fréquenté.

  3. Une photo de lui (la 8) m’a immédiatement interpellée ; en fait elle ressemble étrangement à un cliché pris lui aussi en contre-plongée du tilleul d’Ivory au Jura !
    Et elle date d’il y a plus de 20 ans, mais l’article où il apparaît a été le révélateur de mon amour des arbres et chacun des clichés est dans ma mémoire pour encore un sacré moment 🙂
    Que dire de cet arbre ? C’est un colosse !
    Pourvu qu’il vive encore des siècles, et qu’un peu de terre fraîche lui soit apportée au pied, cela lui ferait le plus grand bien.
    Merci Yanick pour cette belle trouvaille, il est impressionnant

  4. C’est toujours rassurant de faire de telles trouvailles! Car même si nous sommes à la recherche d’une certaine exhaustivité dans nos inventaires, si nous étions certain d’avoir fait le tours de nos arbres il nous manquerait quelques chose!
    Il me fait penser au tilleul de Montandon
    http://krapooarboricole.wordpress.com/2010/01/28/les-tilleuls-de-montandon-doubs/
    qui depuis ce reportage chez Krapo, a perdu la tête, ne reste que son gros tronc surmonté de rejets…

    • Salut Yanick,
      Comme quoi on peut perdre la tête et rester debout 😉
      C’est certain qu’une trouvaille comme celle-ci est encourageante surtout quand on cherche sur un secteur déjà prospecté depuis plusieurs années. Et le comble c’est que sur le chemin du retour, j’ai trouvé encore plus gros … mais en moins bon état.

  5. Fort impressionnant comme trouvaille !!

    je sais déjà par expérience que ce département est loin d’avoir tout dit. 😉

    Et en Rosacées tout confondus, as-tu de nouveaux spécimens ?

    • Salut grand arpenteur des bois. Je ne peux pas encore te dire pour les rosacées si ce n’est pour ce que j’ai renseigné (un peu plus d’une centaine de fiches signalétiques). De mémoire Il y a un beau cerisier de plus de 4 m et une aubépine d’ 1,50 m. Je n’ai pas encore vu le détail des autres contributeurs. Je sais que leur nombre est important mais qu’il y a un gros tri à faire. Chaque arbre signalé ne sera pas forcément remarquable (ex: chêne de moins de 5m) selon les critères que l’on a l’habitude d’avoir à un niveau national. Mais j’ai déjà eu quelques informations qui paraissent intéressantes.
      A bientôt, peut-être aux prochaines rencontres sylvagraires ?

Répondre à Y@nick Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.