Un Orme sous perfusion à Villesèquelande, Aude

Réédition de l’article suite au piratage.

Après le majestueux Orme du Causse Méjean (le plus bel arbre de Lozère à mes yeux) puis du regretté Orme de Poilhes dans l’Hérault, il convenait de  compléter la trilogie des Ormes de Sully Spécial Languedoc (avant la fusion de la région…) par le très singulier Orme de Villesèquelande, tout près de la cité médiévale de Carcassonne.
villesequelande1villesequelande2villesequelande3

Comme tout bon Arbre de Sully qui se respecte, il trône sur la place du village depuis 400 ans. Ces dimensions sont remarquables et tout à fait en rapport avec un arbre quatre fois centenaire. En septembre 2015, sa circonférence mesurée à 1,3m de hauteur est de 5,43m. A 1,5m, il mesure 5,31m et à sa base 6,70m.

Un joli tour de taille mais qui ne permet pas de le placer parmi les champions des ormes français. Il obtient tout de même un joli titre régional, juste derrière celui du Causse Méjean (5,71m de circonférence). Sa hauteur se limite à 14m mais elle est due à une taille très régulière de son houppier. Il faut reconnaitre que cet ormeau (nom habituellement donné dans le sud) est particulièrement bien suivi par la municipalité. Au moins, il ne risque pas de disparaitre dans l’anonymat le plus complet comme ce fut le cas à Poilhes…

Cette attention toute particulière en fait justement un orme champêtre bien singulier. Tout a débuté au début des années 80, lorsque la maladie de la graphiose (champignon transmis par des insectes sous corticaux de type scolyte) commençait à faire des ravages dans la région. La municipalité a pris la décision d’appliquer un traitement sur son orme de Sully. En 1980, le traitement était à base d’insecticide. Puis dans les années 90, il est appliqué par perfusions du printemps à l’automne seulement dès les premiers signes d’apparition de la maladie (brunissement des feuilles dans le houppier). Le traitement, injecté à la demande, est à base d’un mélange de fongicide et d’insecticide (Decis).

L’opération semble fonctionner à merveille, on ne distingue aucune faiblesse due à la graphiose. Alors que tous les autres ormeaux du village ont disparu, le prestigieux Sully continue à faire l’admiration des visiteurs. Il y avait d’ailleurs 3 autres ormeaux beaucoup plus jeunes sur la place du village mais par précaution, ils ont été abattus pour éviter une possible contamination au Sully (une décision que je trouve personnellement très discutable…)

 Concernant la grosse blessure visible sur un côté du tronc, elle est à attribuer à un accident de la circulation en 1978. L’ormeau a du subir une taille sévère de son houppier et une consolidation par des étais métalliques pour limiter les risques d’effondrement.

Cet ormeau est très connu localement, il a même été classé au titre des monuments naturels et sites en 1944 et a reçu le Label « Arbre remarquable de France » en 2013.
villesequelande4

villesequelande6villesequelande5

villesequelande7villesequelande8

villesequelande9

Orme-villesequelande20villesequelande92

La vidéo réalisée par la municipalité au moment de la remise du label « arbres remarquables de France » en 2013. Ici.

Les ormes étaient naturellement très nombreux dans l’Aude. A seulement quelquesvillesequelande94 kilomètres de Villesèquelande, un autre orme majestueux s’épanouit au bord d’une petite route. L’arbre est connu localement sous le nom d’Arbre de St louis car certaines décisions étaient prises sous son houppier. Sa circonférence à 1,3m de haut est de 3,36m et une hauteur mesurée au dendromètre suunto de 16,50m. En revanche, son état sanitaire est plutôt médiocre et on distingue bien dans le houppier les ravages causés par la maladie de la graphiose.
Il se trouve au lieu-dit La Jonquerolle sur la commune de… Moussoulens ! Eh oui, sur ce petit territoire communal se trouve un autre orme exceptionnel ou plutôt un proche cousin, l’orme de Sibérie (Zelkova) connu sous le nom d’Arbre de cent ans (lire son article : ici).

Pour compléter la série des Ormes du Languedoc, il nous manque un digne représentant pour les Pyrénées-Orientales (j’en ai un sous le coude mais il n’est pas franchement exceptionnel) et dans le Gard, mais je ne me fais pas trop de soucis de ce côté-là, je suis sûr qu’Yves Maccagno doit en connaitre au moins un magnifique.

Share Button

2 réflexions au sujet de « Un Orme sous perfusion à Villesèquelande, Aude »

  1. Il me semble que la note sur la blessure visible sur le tronc de l’ormeau de Villesequelande est erronée. Elle est due à la chute accidentelle d’une des 4 grosses charpentières à proximité de la mairie. Cette dernière devrait pouvoir indiquer la date de cet accident qui n’a pas fait de victime………… D’où la décision de mettre sous les 3 autres des poteaux afin de prévenir d’autres chutes semblables. Ma note vient de témoignage d’habitant de ce village où je viens assez souvent.

    • Merci pour ces précisions intéressantes relevées auprès des riverains.
      C’est l’un de mes arbres préférés à proximité de Carcassonne.
      Un très bel orme, chouchouté par la municipalité et adoré par les habitants de Villesèquelande.
      🙂

Répondre à Tasei Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.