Le chêne mystique du Mont Ventoux, Vaucluse

Le département du Vaucluse est assurément une terre à chênes… mais à chênes pubescents par sa situation méditerranéenne. Le plus illustre de ses Quercus est le splendide chêne de Murs (6,25m de circonférence en 2016) étalant son gigantesque houppier au-dessus de la petite route menant au village.
L’inventaire réalisé par le CAUE du Vaucluse a mis en évidence une densité de vieux chênes multi-centenaires incroyable, probablement sans équivalent en France. Ces arbres remarquables sont rarement en forêt mais plutôt situés près des Mas et des Châteaux.
Mais certains prennent une toute autre dimension. Ils ont une telle prestance, une aura singulière qui fascine la population locale. Ils dégagent une force magnétique puissante et attirent tous ceux qui souhaitent en bénéficier, ce sont des Arbres Maîtres (comme le décrit si bien Monique Mathieu au sujet du chêne de Tombeboeuf, 82).
Au pied du Ventoux, il en est un aux dimensions spectaculaires particulièrement vénéré.
Sa localisation précise restera volontairement masquée…

Les visiteurs viennent se ressourcer régulièrement  auprès de ce chêne vénérable. Des offrandes de toutes sortes sont posées à son pied et une statuette d’ange a même été placée dans le creux d’une ancienne branche.
Lors de mon passage en plein hiver, j’ai également pu apprécier le calme et la sérénité qui s’en dégagent.

D’un point de vue dendrométrique, ce chêne blanc offre des dimensions exceptionnelles, tout à fait équivalentes à celles du chêne de Murs. Il doit probablement faire parti des trois plus gros chênes du Vaucluse.
En février 2016, sa circonférence mesurée à 1,3m de hauteur est de 6,36m. Mais son tronc court et bosselé, caractéristique de l’espèce, peut fausser les mesures. Son tour de taille pris à 50cm du sol est de 5,58m, une valeur plus représentative de l’état actuel du vieil arbre.
Sa hauteur est mesurée à 19m et correspond bien aux possibilités offertes sur ses terres caillouteuses du Ventoux.
Son état sanitaire est moyen, quelques grosses charpentières ont séché, sans pour autant montrer d’autres signes de dépérissement.
Bien-sûr, son âge précis n’est pas connu mais on peut toujours tenter une vague estimation… 300-350 ans… peut-être 400 ans maximum ?

Non loin de là sur la commune de Flassan, un autre chêne vénérable est également connu localement. Il porte le nom emblématique de « Chêne de l’an mille ».
Mais il fait parti désormais des arbres de légende. Lors de mon passage le mois dernier, j’ai eu la triste surprise de ne retrouver que son squelette, son enveloppe charnelle…
A titre de comparaison, j’ai mesuré son tour de taille à 1,3m de hauteur : 5,70m. Une dimension qui le plaçait dans la catégorie des plus gros chênes du Vaucluse.
Le site est également très magnétique et la présence à son pied d’un calvaire devait symboliser cette ambiance particulière.
Chose étonnante, plusieurs beaux chênes, de dimensions plus modestes, sont également morts à proximité. Il semble que le grand capricorne continue à faire des ravages dans ce département.

Share Button

2 réflexions au sujet de « Le chêne mystique du Mont Ventoux, Vaucluse »

  1. Un beau chêne sacré, cela m’étonne toujours la persistance de tout ces rites, voir l’apparition de nouveaux…
    Le chêne est superbe, bien qu’il semble être moyennement vigoureux, il a recouvert les énormes plaies laissées par la coupe de ses branches de façon efficace!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *