Les Liquidambars orientalis du château de la Dauphine, Fronsac, Gironde

Ces arbres labellisés Arbres Remarquables de France en octobre 2017.

La plus ancienne attestation du domaine viticole date de 1684, il occupe actuellement 53 hectares composés de Merlot noir et de Cabernet franc. Le vin (que je n’ai pas gouté) est l’un des Fronsac les plus réputés .

Le château actuel construit entre 1744-1750 par Jean-Batiste de Richon, avocat et juge du Duché de Fronsac.

Il se dit que Marie-Josèphe de Saxe 1731-1767, la Dauphine de France, épouse de Louis-Ferdinand de France le Dauphin 1729-1765, fils de Louis XV, séjourna au château et serait à l’origine des plantations des Liquidambars.

Le Liquidambar orientalis est envoyé sous forme de graines par le Consul de France à Smyrne (actuel Izmir) en Turquie, Charles de Peyssonnel 1700-1759 et à Claude Richard 1705-1784, jardinier du Roi Louis XV, et planté en son jardin d’acclimatation  à Versailles.

D’autres introductions eurent lieu après 1750, on pense qu’ils datent de cette époque, soit un âge de plus de 250 ans.

Ils ont une circonférence à 1.30 m du sol de 6.20 m et de 5.80 m, le plus haut mesure environs 25 m.

Cet espèce se distingue du Liquidambar styraciflua par son écorce plus creuse de couleur plus foncé, et surtout par ses feuilles à cinq lobes  plus profond, subdivisés chacun en lobules à bords peu dentés.

Feuille de Liquidambar oientalis

Feuille de Liquidambar styraciflua

Il semble que ce soit les plus gros d’Europe Occidentale. Il y en a un à Bologne en Italie sur Monumental Trees qui est donné pour stryraciflua. Mais je pense que c’est orientalis (feuilles) il mesurait 5.06 m en 2016.

 

Share Button

2 réflexions au sujet de « Les Liquidambars orientalis du château de la Dauphine, Fronsac, Gironde »

  1. Impressionnant !
    Je regardais les inventaires, l’orientalis semble atteindre des circonférences plus importantes que le styraciflua. Je n’ai pas poussé plus loin, mais qu’elles sont leurs « performances » respectives dans leurs aires d’origines?

  2. Absolument exceptionnel !!!
    Je n’imaginais pas que les copalmes puissent atteindre de telles dimensions.
    Il est déjà bien difficile d’en trouver de plus de 3m de tour de taille, alors là avec 6m de circonférence on tombe dans une autre dimension.
    Ce sont des arbres « extra-terrestre » absolument hors-normes… au même titre que le Tulipier d’Albine (81)

    Je manque de références pour du copalme orientalis, les 3 seuls sujets que je connaisse sont dans les mêmes gabarits que le styraciflua, je n’ai pas vu beaucoup de différences.

    Tu as encore d’autres merveilles à nous faire découvrir Guy ?
    On attend la suite !!!!
    🙂 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.