Le Cèdre du Château de Causans, l’autre merveille de Jonquières (Vaucluse) !

Pour tous les passionnés arboricoles, Jonquières est forcément synonyme d’un trésor unique en France : l’incroyable Bignone de l’ancienne école.
Pourtant, sur le même petit territoire communal se trouve une autre pépite arboricole tout aussi époustouflante : le Cèdre du Liban du Château de Causans.
Quoi ? Un cèdre dans le parc d’un château ? voilà un sujet d’une banalité déconcertante… Mais vous verrez que celui-ci est hors-norme, majestueux et ses dimensions le hissent  en haut du podium (ou presque) des plus gros cèdres de la région PACA.

Parmi les quatre châteaux que compte la commune de Jonquières, celui de Causans est le plus prestigieux. Et pour cause, c’est celui de Monsieur le Marquis de Causans ! Un véritable petit village s’est constitué autour de son Château, avec des dépendances, une église, un presbytère et même une école (toujours en activité depuis 1830!).
Si le Domaine de Causans est dans la même famille depuis près de 9 siècles, le patrimoine végétal est quant à lui beaucoup plus jeune…  L’âge du Cèdre du Marquis n’est pas connu précisément, mais ses dimensions impressionnantes laissent penser qu’il serait plus que centenaire.
En février 2016, sa circonférence mesurée à 1,3m de hauteur est de 7,94m et 8,00m à 1,50m du sol. Sa forme est étrange : une énorme branche démarrant près du sol est venue se souder au tronc principal, ce qui modifie quelque peu le tour de taille du géant.
La hauteur totale, 28m, est quant à elle plus ordinaire. Elle correspond à des valeurs habituellement rencontrées chez les vieux cèdres de parc au port étalé.
Son état de santé semble excellent.

Nous avions déjà le Cèdre de l’Atlas de la Marquise de Pompadour en Corrèze, il faudra désormais compter sur le Cèdre du Liban du Marquis de Causans ! Voilà une idée de jumelage rigolo entre les arbres remarquables de France 🙂

Aux côtés du grand cèdre, deux copains ligneux lui tiennent compagnie :
Un vieil Arbousier offre aux visiteurs un splendide bouquet de tiges rouges, dont la plus grosse mesure 1,44m de circonférence à 1,3m.

A noter aussi un bel If, une essence plutôt rare en zone méditerranéenne, faisant office de porte mangeoires pour les oiseaux.
Il présente un tour de taille de 2,50m.

Après l’incroyable Bignone dans le centre du village, le cèdre majestueux du Château de Causans, on serait tenté de compléter la série pour faire de Jonquières un triptyque  spécial « Arbres remarquables » aligné nord-sud.
Il faut dans ce cas regarder du côté du Château de Malijay. Un spectaculaire Micocoulier représente à lui seul un véritable monument… végétal ! Avec une circonférence de 4,60m à 1,30m de hauteur (Février 2017) il est le plus gros représentant de son espèce dans le département.
– A voir aussi un vieux mûrier blanc (circ 4,39m) dans l’enceinte du Château – Le Château de Malijay est privé et possède un vaste domaine viticole réputé et très apprécié.

J’ai remarqué que dans chaque département, on trouve une commune (rarement plus)  présentant une concentration incroyable d’arbres exceptionnels. Pour le département du Vaucluse, deux communes pourraient prétendre au titre de « plus beau village arboricole de France ». Il s’agit de Jonquières et Grambois dans le Lubéron.

Share Button

9 réflexions au sujet de « Le Cèdre du Château de Causans, l’autre merveille de Jonquières (Vaucluse) ! »

  1. J’envoie le lien vers l’article à mon copain de Jonquières.
    Son papa a travaillé au domaine de Malijay. Je gage qu’il a dû manger quelques micocoules (qu’on a toujours appelé alises par ici, allez savoir pourquoi ?!) Avait-elles un goût remarquable ? 😀

  2. Belles trouvailles Castor!
    le cèdre et les micocouliers sont superbes, l’arbousier aussi.
    Je pense que c’est l’hybride x andrachnoides ? l’andrachne l’écorce tire plus vers le jaune.

  3. Intéressant ! Un bien bel ensemble.

    Je suis impressionné par le micocoulier et je ne connaissais pas cet hybride spontané d’arbousier.

  4. – Oui cette belle couleur de l’écorce est probablement le signe d’un arbousier hybride (l’espèce type a une écorce plus fibreuse), mais j’ai du mal à m’y retrouver dans toutes ces variantes d’arbousiers…

    – l’age de 632 ans semble très fantaisiste… à moins qu’il soit lié à une histoire légendaire d’un preu chevalier de retour de croisade qui aurait rapporté un plant de cèdre de la terre sainte… mais là on est bien loin des dates d’introductions « officielles » de l’espèce par Jussieu…

  5. Quel soulagement, bel effort de mobilisation !!!
    Finalement, les Mousquetaires de la Distribution ont la fibre arboricole 🙂 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.