Pins sylvestres remarquables de Lozère

Tous les passionnés de vieux arbres vous le diront :
« Les Pins sylvestres ne deviennent jamais énormes… » 🙁 🙁 🙁

Mettons les choses au clair : dénicher un Pin sylvestre de plus de 3m de tour de taille (sans défaut de forme sur le tronc) se transforme en un véritable défi ! Et la quête du Pin sylvestre de plus de 4m relève plus du mythe que de la réalité…

Un constat bien difficile à admettre pour les chasseurs d’arbres… mais comme la Nature fait bien les choses, dans son extrême bonté, elle offre à ceux qui aiment l’observer un magnifique petit coin de paradis : la Margeride ! Un bout de Lozère encore sauvage et préservé où de vénérables pins sylvestres ont élu domicile pour l’éternité… ou presque 😉

C’est en parcourant le petit guide des Arbres remarquables de Lozère que Jean-Pierre Lafont nous dévoile l’existence de plusieurs pins sylvestres dans des dimensions exceptionnelles. Le guide datant du début des années 2000 (sans coordonnées GPS), ils n’ont pas été faciles à retrouver sur le terrain.

Voici une petite sélection de 4 vieux pins sylvestres aux allures très différentes mais toujours fascinantes.

« Lou Pinet » , c’est le nom local de ce pin sylvestre, un vétéran qui a survécu à 200 ou 300 rudes hivers sur le plateau de Rieutord de Randon à 1100m d’altitude. Un arbre avec une symbolique très forte pour les habitants de ce hameau lozérien. Placé au bord du chemin, c’était un arbre repère qui annonçait l’arrivée prochaine aux voyageurs de retour « au païs ».
Ses dimensions hors normes trahissent un âge exceptionnel pour l’espèce. En novembre 2018 sa circonférence à 1,3m du sol est de 4,00m et sa hauteur totale de 17m. On peut se référer aux mesures précises relevées au moment de l’inventaire en 2002 pour s’apercevoir que sa croissance est très lente (circonférence 3,90m et hauteur 16m) : accroissement de 0,6 cm/an sur la circonférence.

Découvrez Lou Pinet dans la galerie photos ci-dessous (clic pour faire défiler) :

« Le Pinas » , c’est le nom local de cet autre vieux pin sylvestre sur le Causse de Sauveterre. Il présente des dimensions plus petites que Lou Pinet, mais dépasse largement la barre symbolique des 3m de tour. Le calcul de son accroissement depuis le dernier inventaire montre une croissance très lente (0,5 cm/an sur la circonférence) ce qui trahit des conditions de croissance difficiles. Mais La particularité du Pinas, ce sont ses rameaux tortueux lui donnant une ressemblance avec les Faux de Verzy.

A voir sa galerie photos ci-dessous (clic pour faire défiler) :

« La Pyramide du Causse de Sauveterre » près de la Baraque de Trémolet, ce pin sylvestre de dimensions plus ordinaires offre en revanche une silhouette très singulière qui en fait un magnifique marqueur de paysage.

« Le Pin de Boulange de La Canourgue » . Au pied du Moungros, plusieurs pins sont les témoins de la pratique du bois de boulange, une habitude de récolte ancestrale dans le sud-est du Massif Central et dont le peuplement le plus connu est celui de la Pinatelle du Zouave en Haute-Loire. Sur ce site embroussaillé (de plus en plus délaissé par les brebis…) deux vieux pins de boulange, hors d’âge, méritent d’être observés. Inutile d’essayer de dérouler le décamètre autour de leurs troncs tortueux, une mesure de la circonférence n’aurait aucun sens dans ce contexte. Le plus gros avait été relevé lors de l’inventaire de 2002, il semble en relative bonne santé, en revanche son voisin est très dépérissant.

Les Pins de Boulange du Moungros dans la galerie photos ci-dessous (clic pour faire défiler) :


Pour aller plus loin sur le sujet, je vous propose de découvrir ou redécouvrir d’autres pins sylvestres extraordinaires en France ayant fait l’objet d’articles sur nos blogs arboricoles :

La Pinatelle du Zouave (Haute-Loire) : article de Tristan sur son blog Méristeme

Le Pin sylvestre de Cauterets (Hautes-Pyrénées) : article de Gilles sur le blog du Krapo

Le Grand Pin de la Forêt de Fontan (Alpes-Maritimes) : article d’Henri sur le blog du Krapo

Les Pins sylvestres de Hanau (Moselle) : article de Sisley sur le blog du Krapo

Le Pin candélabre d’Avène (Hérault) : article de Sébastien sur le blog du krapo

Les Pins fantasmagoriques du Ventoux : article castor masqué sur blog des Têtards

Share Button

14 réflexions sur « Pins sylvestres remarquables de Lozère »

  1. Merci. ….toujours très agréable et intéressant.
    Quelqu’ un peut il me dire dans quelle rubrique je peux trouver une photo montrant Nelson Mandela plantant un arbre rare ? Je n arrive plus à la retrouver. ..merci

  2. A Chr…. heu au Castor Masqué 🙂 : super chouette ton article sur les pins lozériens.
    J’y reviendrai plus en détails j’ai plein de question (comme d’hab 😉 )

  3. Magnifiques arbres dans un décor que j’aime beaucoup!
    Merci de m’avoir fait découvrir cette pratique du bois de boulange.
    A bientôt,
    Eric.

  4. Super article, merci Castor !
    Je n’avais jamais vu de pins sylvestres aussi vieux et je constate que leur écorce finissent par former des plaques, tout comme les pins parasol. Il existe un beau sujet tout près de chez moi dans la Vienne qui fait 2m70 de circonférence (le plus gros du 86) et même lui n’a pas encore cette écorce typique des vieux pins.

  5. Merci pour vos commentaires, heureux d’avoir partagé avec vous ces beaux trésors de Lozère ! 🙂 🙂 🙂

    Bien vu Aurélien, c’est rigolo je me suis fait la même remarque, je trouvais aussi que l’écorce de ces vieux pins sylvestres avaient tendance à ressembler aux grosses plaques orangées de l’écorce des vieux pignons !
    Je regrette par contre que les photos ne soient pas de meilleures qualités, elles ont été prises en fin de journée par des journées pluvieuses de novembre, pas franchement l’idéal au niveau luminosité… La 1ère photo de l’article est un autre pin sylvestre de Lozère, « un jeunot », pour lequel j’ai eu le coup de cœur en l’apercevant par une belle matinée d’automne alors que le brouillard tardait à se dissiper… mais comme c’est souvent le cas, le résultat en photo est un peu décevant et ne retransmet pas la lumière magique de ce court instant…

    • Même si je comprends ta frustration pour l’ambiance automnale pas forcément top pour des clichés, je te trouve dur avec toi même. Tes photos sont de qualité et je peux t’assurer que beaucoup de photographes pro auraient fait moins bien 😉

      • Merci Aurélien, c’est gentil 🙂 C’est vrai que j’essaie de soigner les photos (c’est l’avantage du numérique, on mitraille sans limite nos stars arboricoles 😉 ) malgré tout j’ai souvent une petite déception lorsque je revois les photos derrière mon écran… je ne retrouve pas la petite lumière magique, l’ambiance parfois féérique au petit matin, les rayons de soleil rasants mettant en valeur la silhouette du vénérable, bref, toute cette atmosphère merveilleuse qui accompagne parfois la découverte d’un arbre extraordinaire.

  6. Hello K’stor, c’est une belle brochette que tu nous présentes!
    C’est une essence que j’affectionne particulièrement pour son port et ses couleurs d’aiguilles et d’écorce, même si celle-ci tend à être plus terne en vieillissant.
    Il est difficile de dénicher de gros spécimens, nous en avions un en Ille-et-Vilaine de taille record, 4.95m, qui malheureusement est tombé…
    http://www.arbres-remarquables-bretagne.org/fiche_arbres.php?cd_arbre=134

    Il reste ce beau spécimen de 3m

    http://www.arbres-remarquables-bretagne.org/fiche_arbres.php?cd_arbre=1580

    Concernant les photos, ce n’est pas toujours facile d’avoir un beau rendu, ou de retranscrire l’ambiance du moment.
    La découverte nous met souvent un peu euphorique sur l’instant et ça ce n’est guère transcriptible…
    D’une manière générale tu t’en sors plutôt bien !

  7. Extraordinaire ces deux pins sylvestres bretons !!!
    Celui qui s’est effondré était probablement l’un (ou le) plus gros répertorié en France.
    J’aime beaucoup celui de la forêt d’Avaugour. Il ne semble pas localiser sur la carte associée. As-tu ses coordonnées géographiques pour une visite éventuelle ? Dans le descriptif, il est indiqué en tant que « résineux exotique introduit »… c’est étrange comme expression pour du pin sylvestre, l’espèce n’est pas spontanée en Bretagne ?

    • Pour les coordonnées du pin, il faudrait voir avec Mickaël.
      Le pin sylvestre n’est effectivement pas spontané, il aurait été introduit au 18 ième, de même pour le pin maritime et le sapin pectiné qui auraient été introduit un peu plus tôt vers le 17ième me semble-t-il.
      Nous n’avions guère que des ifs comme conifères (et à priori un peu de genévrier même si actuellement je n’en connais quasiment aucun) , ce qui explique en partie sa haute valeur symbolique.
      A l’inverse et pour répondre à Pat qui s’étonnait de voir des chênes verts en Bretagne, ceux-ci sont en limite de leur aire de répartition.

      On oublie souvent que la variété que nous avons sous les yeux au quotidien est le fruit de nombreuses introductions et que l’idée de nature est toute relative!

  8. Mince, moi qui croyait que certains pins comme les sylvestres et les maritimes étaient spontanés en France… d’ailleurs, les deux semblent difficiles à trouver dans des dimensions exceptionnelles. En tout cas ces pin sylvestres bretons sont (« était » pour l’un) magnifiques.

  9. Merci Yannick pour ces précisions très intéressantes qui nous font mieux comprendre les particularités de la Bretagne 🙂
    Si Mickaël passe à l’occasion par le blog, je lui demanderai les coordonnées géographiques de ce « pin exotique » de la Forêt d’Avaugour, je le place en haut de ma liste des arbres à visiter dans le 22.

  10. Fort bel article, j’ai une préférence pour ‘Le pinas’ !!

    Une espèce très esthétique et fort rustique qui nous ramènes dans les voies de l’humilité.
    Je sais pour avoir souvent fait l’expérience que vouloir rendre en photo ce que l’on voit avec ses yeux n’est pas toujours aisé. On essaye de capter un instant, mais quand malheureusement le chrono tourne et qu’on ne peut trop s’attarder il faut avec peine trouver une moyenne.

Répondre à Aurélien G. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.