Le Hêtre de St Jammes (Tarn)… Arbre de l’année 2019 ?

Restons dans l’actualité du moment avec le traditionnel Concours de l’Arbre de l’année.
C’est désormais officiel, la nouvelle liste des arbres sélectionnés a été publiée : 14 arbres extraordinaires qui vont défendre les couleurs de chaque région française.
C’est au public de voter pour son arbre coup de cœur qui sera désigné Arbre de l’année 2019 !
Et comme tous les ans, la concurrence est rude… Pourtant, dès les premières semaines se détachent rapidement un petit groupe de champions qui regroupe la majorité des suffrages.
Et cette année, la région Occitanie a frappé fort en présentant un arbre hors du commun, vedette de la Montagne Noire dans le Tarn : Le Hêtre de St Jammes.

C’est probablement le plus célèbre des arbres remarquables du Tarn, souvent cité dans les ouvrages spécialisés mais n’ayant jamais fait l’objet d’article sur nos petits blogs arboricoles (Krapo et Têtards).

Il est réputé être le plus vieil arbre de la Montagne Noire, ce massif montagneux au sud de Mazamet, dernier tremplin avant la Méditerranée. Certains considèrent qu’il serait âgé de 450 ans… mais ce ne sont là que des suppositions car aucun document ou témoignage ne permet d’attester de son âge véritable. Le Hêtre est l’essence naturelle et spontanée de la Montagne Noire et celui de St Jammes a poussé en port libre dans une petite clairière sans connaitre la concurrence forestière. Cela ne fait aucun doute qu’il soit multicentenaire et il a été le témoin de l’enrésinement massif de la Montagne Noire avec des essences exotiques venues du Nouveau Monde.

L’histoire sur l’origine de ce vieux hêtre est totalement inconnue et aucune légendes ou faits historiques ne lui sont directement associés. Cet arbre vénérable est pourtant placé dans un site très particulier, à proximité immédiate de la Chapelle préromane de St Jammes.

Rattachée à l’abbaye de Sorèze, la chapelle a été construite vers l’an 1000 et se trouve être mentionnée dans un texte datant de 1130. Elle a été détruite à la Révolution puis est restée à l’état de ruines. Les fouilles récentes de 2006 ont permis de mettre à jour les trésors architecturaux de cette chapelle connue jadis sous le nom de « St Jammes » ou « St Jacques de Bezaucelles ». Le site se trouve en effet sur l’un des anciens chemins de St Jacques de Compostelle.

Le vieux Hêtre devait déjà être impressionnant à l’époque de la Révolution française, avant que la chapelle ne soit détruite. Il faisait un bel ombrage au petit cimetière placé à son pied. De toute évidence, il devait jouer un rôle symbolique fort dans ce lieu de culte et dans ce contexte, il est surprenant qu’il ait été épargné au moment de la destruction de la chapelle.

De nos jours, toutes les attentions sont portées pour que ce vénérable continue à nous émerveiller encore de nombreuses années. Des supports métalliques soutiennent son large houppier menaçant d’éclater la base du tronc (le bois de hêtre est très sensible aux pourritures) et un périmètre clôturé le protège des nombreux visiteurs parfois indélicats et irrespectueux de son vieil âge.

En se basant sur ses données dendrométriques, le Vénérable ressort de toute évidence comme un arbre hors norme.
Malheureusement, son tronc court se ramifiant rapidement ne permet pas une mesure officielle de la circonférence à 1,30m. Au plus creux, vers 80cm du sol, son tour de taille dépasse les 6,50m. Sa hauteur en revanche est assez habituelle pour un arbre ayant poussé en port libre sur une butte.

Pour en savoir plus, ces deux panneaux présentent aux visiteurs le site de St Jammes :

Maintenant, la question est de savoir si cet arbre mérite vraiment le titre d’Arbre de l’année?
La réponse est OUI à 100% !!!!

En terme de gigantisme, le Hêtre de St Jammes a peu de concurrents. D’autres hêtres occitans sont de dimensions similaires mais n’affichent pas une telle prestance dans un site historique et un tel attachement du public : Le hêtre de Bacou à Fraisse-sur-Agout dans le Parc du Haut Languedoc, « Le Fajas d’en Baillette » dans les Pyrénées Orientales ou encore le Hêtre de Marignac en Haute-Garonne annoncé à plus de 6m de tour.

Et sans oublier que le Hêtre de St Jammes a un petit plus indéniable qui fait toute la différence puisqu’une légende circule à proximité… Le Vénérable Fagus domine la source de l’Orival… un site riche en pépites d’or 🙂

Alors, convaincus ? Le Hêtre de St Jammes a tout pour être un Grand Arbre et devenir l’Arbre de l’année 2019 ! A vous de voter !

Share Button

9 réflexions sur « Le Hêtre de St Jammes (Tarn)… Arbre de l’année 2019 ? »

  1. Personnellement, j’hésiterai à voter pour ce très beau hêtre. ???? Il lui manque un petit côté sacré et historique. D’autres arbres toute aussi monumentaux, comme par exemple le chêne à la vierge breton de Plénée Jugon ????, me paraissent avoir un caractère plus remarquable.
    (Voir lien ci-dessous pour plus de renseignements).
    https://krapooarboricole-wordpress-com.cdn.ampproject.org/v/s/krapooarboricole.wordpress.com/2009/01/18/le-chene-de-la-ville-hevry-plenee-jugon-cotes-darmor/amp/?amp_js_v=a2&amp_gsa=1&usqp=mq331AQCKAE%3D#aoh=15704663009727&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fkrapooarboricole.wordpress.com%2F2009%2F01%2F18%2Fle-chene-de-la-ville-hevry-plenee-jugon-cotes-darmor%2F

  2. Je suis d’accord avec toi Mickael que d’autres candidats ne manquent pas de charme… et le chêne breton cumule, lui aussi, beaucoup de critères de qualité.
    Pour le côté historique, il faut le rattacher au site très particulier où se trouve le hêtre et bien qu’aucune légende ne soit parvenue jusqu’à nous, la proximité de cet arbre immense dans le cimetière a forcément joué un rôle dans le caractère sacré du site. Il faut tenir compte également de l’attachement du public à cet arbre. Localement c’est une véritable vedette, qu’il a fallut d’ailleurs protéger des visiteurs un peu trop « enthousiastes » qui prenaient l’habitude de grimper dedans.
    Tous ces critères cumulés mènent forcément, et tout naturellement, le Hêtre de St Jammes à devenir l’Arbre de l’année 2019 😉

  3. @Mickaël : Malgré que le chêne de Plénée Jugon est indéniablement remarquable, je trouve qu’il lui manque quelque chose que le châtaignier de de kerséoc’h nous donnait…Bien sûr, je ne parle ici que de l’apparence et sur ce point, le hêtre que le Castor vient de nous présenter a une vraie gueule ! Respect !
    Côté historique par contre, les deux se valent, tout dépend de comment on l’interprète.
    Au final, j’ai voté le hêtre de St Jammes, même si j’ai pas mal hésité avec le chêne de Tombeboeuf en Nouvelle-Aquitaine, qui représente la force du chêne à la perfection avec son tronc court et ses puissantes charpentières. Choix difficile, mais le côté hors-normes du hêtre a fini par l’emporter pour moi 😉

    Et vous autres, qu’avez-vous, ou, qu’allez-vous voter ??? 🙂

    • Très bon choix Aurélien… tu ne le regretteras pas, t’as misé sur le vainqueur 😉

      Je rejoins ton argument. Concernant le chêne de Tombeboeuf, j’ai presque l’impression qu’il n’a pas sa place dans ce concours, tout comme le Chêne d’Allouville. Ce sont de trop grandes célébrités, ultra médiatisées, on les voit partout et ressortent systématiquement comme « effigies » des Arbres remarquables de notre pays. Ce concours doit permettre aussi de mettre en avant d’autres vedettes au caractère plus régional… comme c’est le cas du Hêtre de St Jammes (ou du chêne breton, éventuellement 😉 ).
      🙂 🙂 🙂

  4. Une bien curieuse bête !!
    Tu te l’ai approprié, je vois même ton nom sur le portail de l’enclos 😉

    Dommage que le spécimen, qui va bientôt paraître n’y figure pas..

    • Oui un joli périmètre de protection… pour les bipèdes… mais les castors équipés de décamètre sont autorisés à s’approcher du colosse tarnais 🙂

  5. Je vois que Mickaël fait un discret lobbing pour le chêne Pléné Jugon, ce qu’il ne dit pas c’est qu’il est à l’origine de sa candidature…
    La bataille va être rude, car ce hêtre a de nombreux atouts!

  6. Les arbres font vraiment naître un fort sentiment d’ancrage et de liens à la terre et ce concours est vraiment une belle initiative pour mobiliser le public sur les questions environnementales.
    Nombre de ces arbres sont remarquables à bien des égards et c’est vrai que celui-ci a toute sa place dans cette liste de candidat au concours de l’Arbre de l’Année.
    Mais en tant qu’habitant du Lot-et-Garonne et parce qu’une visite sous sa ramure suffit à vous faire sentir la puissance de la nature et la pleine sérénité du moment, j’ai voté et je soutiens la candidature du Chêne de Tombeboeuf : https://www.arbredelannee.com/candidatures/candidature-Arbredelannee19-Nouvelle-Aquitaine-tombeboeuf-Chene
    Ravi de savoir que certains le voit comme une star nationale 😉 , quelle fierté !
    A ce titre je dirai qu’alors il a toute sa place dans ce concours auquel c’est sa première participation. Car les initiés le connaissent mais pour le grand public c’est une découverte du patrimoine naturel incontournable, que l’on soit du coin ou que l’on vienne se perdre dans ce petit bout de campagne.
    C’est mon choix et j’appelle tous ceux qui hésitent, à soutenir ce magnifique chêne, symbole de force et de sagesse.
    Sans oublier que le gagnant sera le candidat français au concours européen de l’arbre de l’année 2020. Quoi de mieux dans ce cas qu’un emblème national 😉 ?

    • Bien joué, bel argumentaire en faveur du mythique Chêne de Tombeboeuf ! Effectivement les arguments ne manquent pas pour en faire l’Arbre de l’année et le public est tombé aussi sous son charme. Il se trouve dans le trio de tête des arbres ayant reçu le plus de suffrages actuellement en ce début novembre.
      🙂
      A chacun de voter avec son coeur et son attachement régional 😉

Répondre à Mickaēl Jézégou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.