L’Arbre de la Victoire d’Uriage-les-Bains (Isère)

Comment coller à l’actualité du moment avec un sujet arboricole en lien avec les 100 ans de l’Armistice de la 1ère guerre mondiale ?
Bien loin des champs de bataille de la Marne et de Verdun, ma région grenobloise n’a pas été marquée dans son paysage par les ravages de la grande guerre.
Il reste pourtant un témoin (le seul à ma connaissance en Isère ???) qui garde la mémoire de cet épisode tragique de notre histoire. Il s’agit d’un Arbre de la Victoire planté dans le parc de la station thermale d’Uriage-les-Bains, en bordure de l’agglomération grenobloise.
Lire la suite

Share Button

Les pins cembros de Chamrousse (Isère), un site naturel remarquable !

Les cembraies sont plutôt rares dans les Alpes du Nord. Le Pin cembro est surtout inféodé aux Alpes internes, avec une préférence pour les derniers étages de la végétation forestière des versants les plus ensoleillés.
La présence du pin cembro sur le site de Chamrousse (Massif de Belledonne) est donc particulière à plus d’un titre :
– il représente la limite occidentale de son aire de répartition (Chamrousse, c’est leur Far West 😉 )
– c’est le seul endroit où le pin cembro se trouve en mélange avec le pin à crochets

Mais à près de 2000m d’altitude, les conditions de vie sont extrêmes et les liens qui unissent cet écosystème bien fragiles.
La cembraie de Chamrousse a été fortement menacée dans les années 80-90 sous la pression du développement de la station de ski, jusqu’à son classement en site Natura 2000 grâce au long combat mené par une petite association de protection de la nature, l’ADHEC.

Le site classé, incluant cembraie, pelouse, lacs et tourbières, représente 3000 hectares… sur des versants abruptes et rocailleux… J’ai parcouru à plusieurs reprises ce vaste secteur pour tenter de dénicher les pins cembros qui me semblaient les plus remarquables (taille, forme, age) mais sans pour autant réaliser un inventaire exhaustif (l’ONF a réalisé un inventaire au début des années 2000 mais il n’est pas diffusé publiquement).
Voici donc un aperçu des quelques Pins cembros les plus extraordinaires selon trois zones distinctes : Secteur Pourettes, Secteur Gaboureaux, Secteur Roche-Béranger.

Les photos et les mesures ont été prises entre 2015 et 2018

Lire la suite

Share Button

Qu’ils soient verts ou blancs, les chênes sont remarquables en Haute-Provence !

Les arbres remarquables du département de la Haute-Provence ont été peu traités jusqu’à présent sur nos blogs arboricoles. Nous avons eu la chance de découvrir : le Genévrier millénaire du Verdon, un vieux mélézin en Haute Bléone et dernièrement un séquoia géant atypique nommé le Troll provençal.
Il est temps désormais de faire un petit focus sur les Quercus, où de nombreux spécimens peuvent rejoindre le club des arbres remarquables et dont certains mériteraient même le titre honorifique d’Arbre exceptionnel.
A la jonction entre influences méditerranéennes et montagnardes, les chênes du département sont soit verts (Q. ilex) ou blancs (Q. pubescens).

Les photos ont été prises en janvier 2018

Lire la suite

Share Button

Découverte de sapins d’Espagne dans la Vienne/Chapitre II : L’original sapin d’Espagne de Saint-Maurice-La-Clouère

Fin du suspense initié lors du précédent article 

A moins de 20 kilomètres de Gouex, je savais que le château privé du Pin situé à Saint-Maurice-La-Clouère abritait un séquoia géant que j’avais repéré grâce à son ombre imposante sur Google Maps. Afin de l’inventorier, je me dirigeais vers le château et à quelques kilomètres de celui-ci, j’apercevais déjà la cime de l’Américain. Au bout de l’allée qui menait au château, me voici rendu au portail et je tombe nez-à-nez avec le séquoia qui trône en maître juste derrière. Un bébé plutôt imposant mais immédiatement, mon regard se dirige vers une autre silhouette, tout au fond près du château : un bien curieux conifère doté d’une magnifique branche « balançoire ». Lire la suite

Share Button

Découverte de sapins d’Espagne dans la Vienne/Chapitre I : L’étonnant duo de Gouex

Après le séquoia record de Bénévent, Aurélien nous dévoile deux spécimens de Sapin d’Espagne tout simplement exceptionnels… Un premier est présenté dans cet article et le second est programmé pour mardi, il faut bien faire durer le plaisir…

Passionné d’arbres, je participe au recensement des séquoias dans la Vienne via le site sequoias.eu.
Parfois, alors que je « chasse » ces conifères dans le paysage en tâchant de repérer leurs cimes qui dépassent souvent du reste, il m’arrive de rencontrer par hasard d’autres espèces qui, de par leur taille ou leur forme particulière, attirent le regard.
Ayant encore peu de connaissances en dendrologie, j’essaie autant que possible de récolter des photos et informations sur ces arbres remarquables.
Voici donc deux chapitres dédiés à deux sapins d’Espagne de la Vienne, l’un en compétition avec un séquoia voulant toucher le ciel, l’autre énorme et original…mais condamné.

L’étonnant duo de Gouex

C’est dans une petite ville sympathique de la Vienne (prononcez « Goué») qu’une mairie se distingue de par son parc public étonnamment bien arboré. A mon arrivée, ce sont des cimes de peupliers qui se dévoilent en hauteur, puis celle d’un conifère, particulièrement haute mais qui n’est apparemment pas celle d’un séquoia. Mais voilà qu’en contournant la silhouette, une autre se détache de celle-ci. Un séquoia géant apparaît alors aux cotés d’un curieux conifère qui, je le découvrirai plus tard, se trouve être un sapin d’Espagne. Alors que je ne connaissais pas encore l’espèce que je suis en train de décrire, je contemplais avec admiration ce duo d’une hauteur vertigineuse et je me faisait remarquer que la forme de cet étrange conifère semblait épouser son voisin le séquoia en se courbant gracieusement contre lui. Lire la suite

Share Button