Les arbres remarquables du domaine de la Mothe-en-Poitou dans la Vienne

Par Daniel Papin et Aurélien Goëffic

Il y a des mois de cela, attelé à recenser les séquoias des alentours de Poitiers (Vienne), j’étais tombé sur une vieille carte postale du château de la Mothe-en-Poitou à Ligugé datant de 1907, où figurait clairement un joli séquoia géant. Il n’en fallut pas davantage pour que Victor Peruchon et moi-même nous présentions au château où une charmante propriétaire nous accueillit. Organisatrice d’évènements au sein de sa propriété (http://www.chateau-de-la-mothe-en-poitou.fr), elle ne tarda pas à nous confier qu’elle tenait beaucoup à ses arbres, notamment à son couple d’araucarias, les « chouchous » du parc, à son sophora du japon et aussi à son cyprès chauve. A l’époque, nous n’étions là que pour le séquoia mais ayant mesuré le cyprès chauve à la volée ce jour là, je réalisai après coup qu’il s’agissait d’un arbre remarquable. Alors j’y suis retourné, accompagné cette fois de Daniel Papin, délégué de l’association A.R.B.R.E.S. dans le département de la Vienne, qui saurait mieux que moi considérer les essences de ce parc et avec qui nous allions découvrir pas moins de trois arbres remarquables. Continuer la lecture

Share Button

« Le Domaine du Grand Séquoia » à La Villeneuve, Creuse

Réédition de l’article suite au piratage.

En parcourant les petites routes du Massif-Central, j’ai toujours l’espoir de dénicher quelques arbres d’exception. Dans mes rêves les plus fous, je rencontrerai un sapin de plus de 5m de circonférence ou un douglas gigantesque pouvant rivaliser avec ceux de Claveisolles ou de Renaison. On peut toujours rêver !!!

Bien à l’affût derrière mon volant en quittant l’Auvergne pour le Limousin, j’aperçois soudainement quelques belles cimes de douglas sur le bas-côté. Des dimensions qui semblent alléchantes au premier coup d’œil…

Mais derrière ce rideau d’arbres se cachent d’autres trésors arboricoles de toute beauté…
domaine1 Continuer la lecture

Share Button

Les araucarias et le cryptomeria de St Jacques, Guiclan, Finistère

Pour faire suite à l’histoire des premiers araucarias introduits en France dans le parc du manoir de Pennendreff à Plourin, voici le portrait des araucarias et du cryptoméria du Japon de St Jacques à Guiclan dans le Finistère.

DSC_0041 - Copie

Continuer la lecture

Share Button

Les araucarias de Pennendreff, Plourin, Finistère

La grande histoire retient que l’araucaria du Chili (Araucaria araucana) fut découvert vers 1780 par l’espagnol Francisco Dendariena alors qu’il cherchait des arbres utiles pour la construction navale. Par la suite, l’espèce fut introduite pour la première fois en Europe à Londres, en 1795, grâce au célèbre botaniste Archibald Menzies.

Son introduction en France est en revanche moins connue. Les premières graines furent rapportées sur notre territoire par Nicolas Joseph Marie de Kersauzon, officier de marine, affecté dans la Pacifique sud sur le brick « Le Lancier », au début du 19ème siècle. Elles furent semées entre 1823 et 1826 dans le parc du manoir de Pennendreff à Plourin dans le Finistère.

araucaria Pennendref

Le dernier des araucarias de Pennendreff pris au printemps 1980

Continuer la lecture

Share Button