Retour auprès des chênes verts d’Aïn Leuh, Maroc

Dix ans après ma première visite, je retournais à la rencontre des spectaculaires chênes avaleurs de pierres d’Aïn Leuh.
Séquence émotion !
Le premier sentiment sera tout d’abord celui d’un grand soulagement lorsque je retrouve ces trois silhouettes singulières perchées sur leur plateau calcaire aride ! Je n’étais plus très sûr de leur localisation précise et je craignais aussi qu’ils aient été abattus pour faire du bois de chauffage.
Il s’en suit une petite déception… Des berbères semi-nomades  (tribu des Beni Mguild) ont installé leur campement à proximité. En arrêtant ma voiture sur le bord de la route, une meute de chiens semi-sauvages et agressifs signale ma présence. Je suis immédiatement repéré !
Il faudra alors que je me contente d’admirer leurs belles silhouettes à distance. Une silhouette d’ailleurs nettement moins belle que dans mes souvenirs; les houppiers sont dépouillés, toutes les branches accessibles à portée de main ont été sauvagement coupées pour alimenter en bois de feu ces nomades en transit.
Inutile de stationner plus longtemps, ma présence n’est pas la bienvenue.
Je m’éloigne à regret mais bien décidé à dénicher d’autres belles yeuses vénérables.
Lire la suite

Share Button

Le Chêne du logis du Theil, Saint-Aubin-le-Cloud (Deux-Sèvres).

Suite au piratage du blog il y a un an, cet article avait disparu. Le voilà aujourd’hui republié.Ma rencontre avec ce chêne têtard remonte à juin 2011. (C’est fou le retard que j’ai pu accumuler dans la rédaction d’articles). C’est lors de la manifestation « Rendez-vous aux jardins » , motivé par la visite du parc à l’Anglaise constitué de boqueteaux de chênes rouges entourant ce magnifique logis dont les origines remontent au début du XIIème siècle, que je fis par hasard cette découverte.

Lire la suite

Share Button

Le chêne mystique du Mont Ventoux, Vaucluse

Le département du Vaucluse est assurément une terre à chênes… mais à chênes pubescents par sa situation méditerranéenne. Le plus illustre de ses Quercus est le splendide chêne de Murs (6,25m de circonférence en 2016) étalant son gigantesque houppier au-dessus de la petite route menant au village.
L’inventaire réalisé par le CAUE du Vaucluse a mis en évidence une densité de vieux chênes multi-centenaires incroyable, probablement sans équivalent en France. Ces arbres remarquables sont rarement en forêt mais plutôt situés près des Mas et des Châteaux.
Mais certains prennent une toute autre dimension. Ils ont une telle prestance, une aura singulière qui fascine la population locale. Ils dégagent une force magnétique puissante et attirent tous ceux qui souhaitent en bénéficier, ce sont des Arbres Maîtres (comme le décrit si bien Monique Mathieu au sujet du chêne de Tombeboeuf, 82).
Au pied du Ventoux, il en est un aux dimensions spectaculaires particulièrement vénéré.
Sa localisation précise restera volontairement masquée…

Lire la suite

Share Button

« Le St Georges », l’autre chêne liège de La Londe-les-Maures (Var)

Pour les fidèles lecteurs du Krapo arboricole, la simple évocation de La Londe-les-Maures devrait immédiatement vous rappeler un chêne liège absolument hors norme, probablement le plus spectaculaire en France.
Pourtant, le chêne liège du Pas du Cerf n’est pas la seule pépite arboricole de cette petite commune varoise. Il en existe un autre, tout aussi grandiose, qui trône depuis plusieurs centaines d’années dans une plaine viticole.

Lire la suite

Share Button

Le chêne colosse de Plélauff, Côtes-d’Armor

Je n’avais pas prévu d’enchainer sur un colosse breton, mais place à l’actualité puisque c’est une rencontre toute fraiche!

Lire la suite

Share Button

Le chêne de Montpy, Le Mont-Dieu, Ardennes

En entendant à la radio que les conditions météorologiques étaient agitées les jours derniers dans les Ardennes, un vague sentiment de culpabilité m’a traversé. En effet, je ne vous ai jamais présenté les quelques spécimens rencontrés dans ce département, et compte tenu de la force des vents, j’espère que ce premier article ardennais ne fera pas, à mon insu, office de nécrologie!

Lire la suite

Share Button

Béarn, partie 2 : Les obèses

Le champion régional des  »mammouths » est assurément le châtaignier de Lys, à l’Est de l’entrée de la vallée d’Ossau  : haut de seulement 14 m, son diamètre maximum atteint 4,30 m et sa circonférence 11,30 m  ! Il est agé de 500 à 1000 ans. Il se situe à l’entrée de la ferme Caillau. A quelques mètres de lui, un autre châtaignier, haut de 17 m et âgé de 200 à 600 ans, se dresse fièrement sur ses 7,85 m de circonférence. Plus à l’Est, à Asson (ferme Laborde, propriétaire Jean Pédestarrès), un autre châtaignier de 17 m de haut se distingue par ses 9m de tour. Il a entre 400 et 800 ans.

Lire la suite

Share Button