BEARN. Sur quelques découvertes remarquables en matière de dendrologie…Partie 1 Les Géants

Article mis à jour (nouvelles photos et mesures)

Lorsqu’il y a une dizaine d’années j’ai commencé à m’intéresser aux arbres remarquables de ma région, ce fut d’abord par le biais de ceux que je pouvais observer depuis la route qui menait de mon domicile à mon lieu de travail. Puis les randonnées en moyenne montagne ajoutèrent à ma curiosité. C’est ainsi qu’au fil des années je constituai un fichier de plus en plus fourni, qui finit par attirer l’attention de quelques notables locaux, lesquels pillèrent mes données et se les attribuèrent. Aujourd’hui, télémètre en main je vérifie ou corrige mes anciennes mesures et suis en mesure, toujours provisoirement bien sûr, de vous exposer mes découvertes les plus remarquables. Je me suis tout d’abord intéressé à la hauteur des arbres, plus récemment à leur âge et à leur circonférence. Question hauteur, en Béarn nous sommes servis! Abondance de rivières, humidité, fonds de vallées encaissées, densité des futaies… Toutes les conditions sont réunies.

platane-51-m-pau-parc-du-chateau

PLATANE 51 m PAU-Parc du Château

Lire la suite

Share Button

Bayou à Saint-Baudille de la Tour, Isère

Il règne une étrange ambiance de bayou à l’étang de Boulieu!

Cyprès chauves, étang de Boulieu, Saint Baudille Isère, Agnès Guillaume (4)

Un bosquet de cyprès chauves y a été planté, il y a environ 25 ans, par l’ancien propriétaire (source ici).

Lire la suite

Share Button

Merveilles végétales du Parc de la Tête d’Or à Lyon

1857, New-York crée son célèbre Central Park.
La même année, Lyon offre à ses habitants un véritable poumon vert au cœur de sa ville.
Bien plus qu’un simple parc, celui de la Tête d’Or est une véritable institution pour les Lyonnais.
Plus de 3 millions de visiteurs par an et jusqu’à 65 000 les jours d’affluence !
Des chiffres qui donnent le vertige… mais avec ses 117 hectares, chacun peut y trouver son bonheur : activités sportives, visite du zoo, des serres tropicales, du jardin botanique, ou simple pique-nique en famille et flânerie dans les allées du parc… Les Lyonnais ont toujours une bonne raison d’aller y passer un moment.

On y trouve le végétal dans tous ses états…
De quoi faire tourner la tête à un ‘Têtard-Reporter’ !

parc-tete-d-or-aout12-3

Lire la suite

Share Button

L’arboretum de la Vallée-aux-Loups, Chatenay-Malabry, Hauts-de-Seine

Un reportage de Nicolas qui complète la visite de l’arboretum débutée avec Guy qui nous avait présenté le cèdre pleureur (ici).
Je me suis rendu à Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine). C’est un véritable havre de verdure aux portes de Paris. On y trouve l’arboretum de la Vallée aux Loups, lui-même inclus dans le domaine de Chateaubriand.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’arboretum regorge de spécimens rares, dont beaucoup contemporains de Chateaubriand. Le célèbre écrivain romantique du 19ème siècle a acquis le domaine en 1807 à son retour d’un long périple en Amérique et en Orient et y a planté beaucoup d’arbres rencontrés lors de son voyage, (cèdre du Liban, cyprès chauve, catalpa…).

Lire la suite

Share Button

Le cyprès chauve du Parc Soulage à Grenoble, Isère

N’ayez crainte, notre nouveau reporter, le Castor Masqué, n’est pas venu ronger les troncs de nos vénérables, mais nous faire part de ses découvertes iséroises!

Grenoble, capitale des Alpes, est paradoxalement la ville la plus plate de France.
Étalée le long de la vallée de l’Isère, les conditions de croissance pour les arbres sont très favorables : sols profonds et riches en alluvions, des pluies régulières toute l’année, des fortes chaleurs l’été et des hivers peu rigoureux.

cypres-chauve-soulage1-1
Rien d’étonnant donc à y relever des records de croissance dans les peupleraies de la vallée de l’Isère.
Pourtant, les arbres remarquables sont peu nombreux dans la capitale dauphinoise.

Lire la suite

Share Button

Parc du château de Preisch, Basse-Rentgen, Moselle

Sisley nous emmène à la découverte d’essences exotiques de premier ordre…

Je vous dévoile un très beau parc situé dans les limites de la Moselle, entre la Meurthe et Moselle et le Luxembourg. OLYMPUS DIGITAL CAMERAAlors qu’en 2011 j’avais entendu parler de ce site et plus particulièrement d’un bon potentiel en arbres remarquables, je ne me fis pas prier pour me rendre sur place.

Lire la suite

Share Button

Le jardin des plantes d’Angers, Maine-et-Loire

Voici une promenade à laquelle je souhaitais vous convier depuis un moment déjà.

Je me suis rendu dans ce parc de type XIXe en décembre 2009 car je savais qu’il y a avait au moins un arbre exceptionnel. A tout seigneur tout honneur, voici le Zelkova ou orme de Sibérie qui a reçu le label « arbre remarquable de France » décerné par l’association A.R.B.R.E. [1]. Il était bien protégé, alors je ne l’ai pas mesuré. Je me suis simplement contenté de recopier la mesure qui figurait sur le panneau informatif et qui datait déjà un peu : 3m85. Mais à vu de nez, les 4m étaient pratiquement atteints, et depuis 3 ans maintenant, ils sont sûrement dépassés.

JDPA 1JDPA 2JDPA 3
Ce qui m’a le plus marqué ce sont ses entrelacs inextricables de branches pourtant déjà très grosses et puissantes qui donnent l’impression d’être la chevelure serpentiforme d’une immense gorgone. L’arbre est de surcroît planté sur le haut d’un talus ce qui écrase littéralement le visiteur qui se promène en contrebas le long de la pièce d’eau centrale du parc. Mais ce n’est pas qu’une impression. L’orme est plus haut que l’immeuble de 6 étages situé derrière lui. Mais la visite n’est pas terminée, ce n’est pas l’arbre le plus gros de ce parc. Lire la suite

Share Button