Les vieux érables de l’Atlas marocain

Le sujet n’est pas nouveau, de vieux érables avaient déjà été dévoilés l’an dernier dans un article du blog des Têtards. Il s’agissait de deux érables sur le causse d’Ifrane.
Cette première rencontre m’avait beaucoup surpris, mais en continuant mes balades dans le Moyen-Atlas, je me suis aperçu finalement que la situation n’avait rien d’exceptionnel. Les spécimens vénérables sont assez fréquents dans ces montagnes marocaines.
Voici d’autres sites où il est possible d’en observer.
Parmi les érables, il semble que seule l’espèce érable de Montpellier pousse de façon spontanée dans le Moyen-Atlas entre 1600 et 1900m d’altitude. Elle ne se mélange pas aux vastes cédraies, mais se trouve plutôt dans une version pastorale dans les milieux ouverts destinés aux parcours des brebis.

Lire la suite

Share Button

Arbres étranges de la Forêt de la Grande Chartreuse (Isère)

La Grande Chartreuse a reçu le label Forêt d’Exception en 2015, un titre prestigieux décerné à seulement sept massifs forestiers en France.

Mais qu’a-t-elle de vraiment si exceptionnel pour mériter ce label ?
Bien sûr, l’immensité des sapins force l’émerveillement, le silence est envoûtant et le côté sauvage qui s’en dégage fascinant… mais finalement, tout comme de nombreux autres massifs alpins !
Pourtant, en parcourant ce lieu chargé de mémoire et d’histoire, on ressent une atmosphère d’une grande sérénité et dans les zones qui sont dédiées au silence (proximité du monastère oblige), le calme est presque trop pesant.
C’est dans cette ambiance particulière que j’ai remarqué un comportement étrange des arbres de ce massif.
Curieusement, les arbres de la Grande Chartreuse semblent s’acharner à vouloir conquérir à tout prix les rochers. On est face à un comportement limite obsessionnel ! Mais là où cela devient vraiment étrange, c’est qu’ils ne s’attaquent pas à n’importe quelle zone rocheuse, uniquement aux gros blocs descendus tout droit des cimes et venus s’échouer dans l’étage forestier… comme s’ils ne supportaient pas cette intrusion minérale dans leur monde végétal.
Vraiment bizarre… et vous découvrirez dans les exemples suivants, que différentes espèces parviennent même à s’associer entre elles pour arriver à leur fin : immobiliser durablement le rocher au sol !

Lire la suite

Share Button

Le gros érable champêtre de Saint-Just-Ibarre (Pyrénées-Atlantiques)

Yves Manusset nous fait partager une superbe découverte, un érable champêtre hors-normes, 5.40 m de tour, qui confirme l’extraordinaire patrimoine arboricole du Pays Basque et découvrir le potentiel de cette essence !

[Voici] quelques images de l’érable dans une prairie (…) au bord d’un chemin depuis pas très longtemps goudronné, menant vers le pic du Belchou. Il parait vigoureux, en bonne santé malgré quelques branches cassées mais vivantes et du champignon au pied. Lire la suite

Share Button

BEARN. Sur quelques découvertes remarquables en matière de dendrologie…Partie 1 Les Géants

Article mis à jour (nouvelles photos et mesures)

Lorsqu’il y a une dizaine d’années j’ai commencé à m’intéresser aux arbres remarquables de ma région, ce fut d’abord par le biais de ceux que je pouvais observer depuis la route qui menait de mon domicile à mon lieu de travail. Puis les randonnées en moyenne montagne ajoutèrent à ma curiosité. C’est ainsi qu’au fil des années je constituai un fichier de plus en plus fourni, qui finit par attirer l’attention de quelques notables locaux, lesquels pillèrent mes données et se les attribuèrent. Aujourd’hui, télémètre en main je vérifie ou corrige mes anciennes mesures et suis en mesure, toujours provisoirement bien sûr, de vous exposer mes découvertes les plus remarquables. Je me suis tout d’abord intéressé à la hauteur des arbres, plus récemment à leur âge et à leur circonférence. Question hauteur, en Béarn nous sommes servis! Abondance de rivières, humidité, fonds de vallées encaissées, densité des futaies… Toutes les conditions sont réunies.

platane-51-m-pau-parc-du-chateau

PLATANE 51 m PAU-Parc du Château

Lire la suite

Share Button

Les érables du Causse d’Ifrane, Maroc

Le cèdre de l’Atlas est incontestablement le Roi du Moyen Atlas.
A ce sujet, plusieurs articles ont été publiés sur notre blog (voir la liste ici).
Mais ce milieu montagnard, sauvage et naturel, offre bien d’autres surprises. Nous avions déjà découvert de vénérables chênes verts « avaleurs de pierres » près d’Aïn Leuh, je vous propose désormais une petite excursion sur le Causse d’Ifrane à la rencontre d’incroyables érables.
erable-de-montpellier-causse-ifrane-8 Lire la suite

Share Button

Les Sycomores de la Chartreuse de Prémol, Isère

Retournons dans le Massif de Belledonne à la découverte d’un nouveau site d’une grande richesse historique et… végétale.
L’ancienne Chartreuse de Prémol, dont il ne reste que quelques ruines, est un endroit assez fréquenté des grenoblois à 1100 m d’altitude sur la route d’accès à la station de Chamrousse.
Un lieu de départ idéal pour une petite balade en famille jusqu’au Lac du Luitel.

Les derniers occupants ont quitté le monastère à la Révolution Française. Mais l’âme et la mémoire du site sont toujours bien présents. Et « La Gardienne de Prémol » y veille discrètement à l’abri des regards des promeneurs…

chartreuse-premol-belledonne04

Lire la suite

Share Button

Merveilles végétales du Parc de la Tête d’Or à Lyon

1857, New-York crée son célèbre Central Park.
La même année, Lyon offre à ses habitants un véritable poumon vert au cœur de sa ville.
Bien plus qu’un simple parc, celui de la Tête d’Or est une véritable institution pour les Lyonnais.
Plus de 3 millions de visiteurs par an et jusqu’à 65 000 les jours d’affluence !
Des chiffres qui donnent le vertige… mais avec ses 117 hectares, chacun peut y trouver son bonheur : activités sportives, visite du zoo, des serres tropicales, du jardin botanique, ou simple pique-nique en famille et flânerie dans les allées du parc… Les Lyonnais ont toujours une bonne raison d’aller y passer un moment.

On y trouve le végétal dans tous ses états…
De quoi faire tourner la tête à un ‘Têtard-Reporter’ !

parc-tete-d-or-aout12-3

Lire la suite

Share Button

L’érable qui enjambait un chiron, la Loge, Ménigoute (Deux-Sèvres).

Au milieu d’une  petite vallée secrète de Gâtine se cache un érable qui enjambe un chiron. Ne se prenant pas pour un de ces superbes mangeurs de pierre de l’Aïn-Leuh au risque de se casser les dents sur sa boule de granite, il préfère  jouer à « saute-chiron ».

Ménigoute - La Loge - Erable Champêtre 04

Lire la suite

Share Button