Le cocotier à trois têtes du bout du monde (Marokau, Polynésie française)

(Réédition)Pour le dernier jour de l’année, voici une touche d’exotisme avec un cocotier tricéphale découvert par Rémy, notre têtard-reporter des tropiques!

Contrairement à l’image communément répandue au sujet des îles des mers du Sud dont les rivages seraient systématiquement bordés de cocotiers, Coco nucifera n’est pas « l’arbre » dominant de ces rivages à l’état naturel. Dans l’archipel polynésien des Tuamotu, ce n’est que dans la seconde moitié du XIXème siècle que le cocotier est devenu l’essence majoritaire sous l’impulsion de missionnaires développeurs soucieux d’intégrer l’agriculture polynésienne dans les circuits de l’économie monétarisée, via la production de coprah.Cocotier Marokau Polynésie française Rémy Canavesio (2)

Lire la suite

Share Button

Les deux Albizias falcataria du pied de l’Aorai, Tahiti

Pour faire suite au manguier « Tutehau », Rémy nous emmène à la découverte de deux merveilles végétales tahitiennes…

La randonnée dite « de l’Aorai » est une des plus connues de Tahiti. Elle est magnifique, amenant le promeneur (aguerri tout de même) des premiers contreforts montagneux de l’île (600m environ au parking) jusqu’à la crête sommitale du deuxième plus haut sommet de Polynésie, à plus de 2000m d’altitude.

Albizias falcataria du pied de l’Aoraï, Tahiti, Rémy Canavesio (10) Lire la suite

Share Button

Le manguier Tutehau du quartier Farepiti, Papeete, Tahiti

Retrouvons Rémy, qui à son habitude (voir la catégorie Japon), nous emmène sous d’autres cieux!

Si la Polynésie fait à peu près la taille de l’Europe, la somme des surfaces des terres émergées des archipels polynésiens ne dépassent pas celle d’un département français. Dans cet ensemble, Tahiti est, et de loin, la plus grosse des îles, mais aussi la plus élevée (point culminant à plus de 2000m). Si je devais classer le climat local je dirais que le climat tahitien est à mi-chemin entre le climat tropical maritime et le climat équatorial. Au niveau de la mer, les températures nocturnes ne descendent qu’exceptionnellement sous les 20°c et il peut pleuvoir (beaucoup !) en toutes saisons, même si la période novembre / mars est la plus arrosée. Les cyclones sont rares et ne frappent de plein fouet les îles qu’une à deux fois par siècle en moyenne.

Le manguier Tutehau du quartier Farepiti, Papeete, Tahiti Rémy Canavesio(2) Lire la suite

Share Button