« Le Quillé » de Miramas-le-Vieux, Bouches-du-Rhône

Sur les bords de l’Etang de Berre, il est de tradition de monter au « Quillé ». Une petite balade familiale, dominicale ou digestive devenue un grand classique tout au long de l’année.
Le Quillé est le nom donné à la petite butte (oppidum) où se trouve le village médiéval de  Miramas-le-Vieux.
Mais restons lucide, la motivation principale de cette ascension est sans aucun doute le très célèbre glacier « Le Quillé ». Pourtant, avant de déguster l’une des meilleures glaces des Bouches-du-Rhône, chacun aura en point de mire un arbre emblématique du vieux village : un pin tout biscornu !

Lire la suite

Share Button

Le pin d’Alep du Mas de Fondrèche à Mazan, Vaucluse

Du nouveau dans la course aux gros pins d’Alep.
Voici un sérieux concurrent venu du plateau du Vaucluse et découvert par le CAUE84 lors de l’inventaire des arbres remarquables en 2008.

Lire la suite

Share Button

L’étrange If du Château de La Motte-Feuilly, Indre

J’ai profité d’être en transit par le Berry pour faire quelques haltes arboricoles. Et pour assouvir ma quête de beaux ligneux, j’utilise un outil précieux : la carte des arbres labellisés de l’Association A.R.B.R.E.S.
Certains d’entre eux se trouvent sur des propriétés privées et leur visite ne peut se faire sans la permission des propriétaires. Mais au Château de La Motte-Feuilly, la chance m’a souri ! Les deux jardiniers s’activant sur ce vaste domaine m’ont laissé gentiment vadrouiller dans le parc avec ma sacoche du parfait chasseur d’arbres.

La région possède un incroyable gisement de châteaux et monuments historiques. Celui du minuscule village de La Motte-Feuilly, n’est pas le plus spectaculaire, ni le plus ancien et encore moins le plus réputé. Malgré tout, ce château berrichon présente un grand intérêt pour les historiens de la région… et pour les passionnés arboricoles que nous sommes, le parc offre une curiosité bien singulière.

if-label-la-motte-feuilly1 Lire la suite

Share Button

Le Jardin Jnan Sbil à Fès, Maroc

Les parcs et jardins publics sont bien rares dans les grandes villes marocaines. Ils se résument bien souvent à quelques bancs dispersés sur un terrain vague poussiéreux et caillouteux avec quelques arbres tordus à bout de souffle. Pas franchement l’endroit bucolique où il fait bon flâner et profiter d’un peu de fraicheur. D’ailleurs la fréquentation de ces endroits n’est pas toujours recommandable et il est bien rare qu’une famille avec enfants viennent y passer un moment.

La cité impériale de Fès, avec plus d’un million d’habitants, n’échappait pas à cette règle… Sauf que depuis 2011, tout a changé, la municipalité offre désormais à sa population (à moins que ce soit pour ses nombreux touristes…) un véritable poumon vert.

maroc2013-105

Lire la suite

Share Button

La colline de la Villa Aurélienne à Fréjus, Var

Réédition de l’article suite au piratage.

En quittant l’autoroute, peu d’automobilistes remarquent la petite colline dressée à l’entrée de la ville de Fréjus.  C’est pourtant le dernier espace naturel et de tranquillité avant de rejoindre le littoral… Elle est couverte de vieux pins pignons (appelés également pins parasols). Au sommet, la Villa Aurélienne a été construite à la fin du XIXème siècle comme résidence de villégiature pour un riche propriétaire. Son nom vient de sa situation géographique. Elle est placée sur l’ancienne voie romaine, la Via Aurelia qui reliait Rome à l’Espagne.

Cette petite colline fait de la résistance face à la terrible pression immobilière et touristique du littoral varois. Alors pour préserver ce biotope caractéristique du Massif de l’Estérel, la zone a été classée en espace naturel sensible sur 23 hectares.

Je vous propose de partir à la rencontre des deux gardiens de la colline, « le Chêne et le Pin Aurélien ». Depuis plusieurs siècles, ils veillent sur ce petit bois méditerranéen non dégradé.
aurelien1 Lire la suite

Share Button

Le Bois des Pins d’Argelès-sur-Mer, Pyrénées-Orientales

Je n’avais pas prévu d’en faire un article, mais l’actualité du moment étant focalisée sur l’accueil des réfugiés politiques, il me semble que c’est l’occasion de revenir sur une période similaire de notre histoire. Vous allez découvrir comment un petit bois de pins a joué un rôle essentiel dans l’accueil de milliers de réfugiés.
bois-des-pins-argelès1 Lire la suite

Share Button

Les Cembros de la forêt de l’Orgère en Vanoise, Savoie

La Forêt de l’Orgère dans le Parc National de la Vanoise est réputée pour ses vieux peuplements d’arolles (pins cembros) et de mélèzes. En France, peu de zones de montagne concentrent autant d’arbres multi-centenaires.
Il s’agit bien-sûr d’un site protégé d’une richesse incroyable qui fait l’admiration des promeneurs et des scientifiques… Mais si la protection du site semble une évidence de nos jours, la forêt communale de l’Orgère a pourtant fait l’objet d’un incroyable conflit d’intérêt. Le Parc National et l’ONF se sont affrontés en justice pendant 15 ans !
L’Orgère deviendra même le symbole du combat de la protection de la nature contre la soumission à un régime de coupes forestières…

 Foret-orgere06 Lire la suite

Share Button