L’Arbre de la Victoire d’Uriage-les-Bains (Isère)

Comment coller à l’actualité du moment avec un sujet arboricole en lien avec les 100 ans de l’Armistice de la 1ère guerre mondiale ?
Bien loin des champs de bataille de la Marne et de Verdun, ma région grenobloise n’a pas été marquée dans son paysage par les ravages de la grande guerre.
Il reste pourtant un témoin (le seul à ma connaissance en Isère ???) qui garde la mémoire de cet épisode tragique de notre histoire. Il s’agit d’un Arbre de la Victoire planté dans le parc de la station thermale d’Uriage-les-Bains, en bordure de l’agglomération grenobloise.
Lire la suite

Share Button

Les pins cembros de Chamrousse (Isère), un site naturel remarquable !

Les cembraies sont plutôt rares dans les Alpes du Nord. Le Pin cembro est surtout inféodé aux Alpes internes, avec une préférence pour les derniers étages de la végétation forestière des versants les plus ensoleillés.
La présence du pin cembro sur le site de Chamrousse (Massif de Belledonne) est donc particulière à plus d’un titre :
– il représente la limite occidentale de son aire de répartition (Chamrousse, c’est leur Far West 😉 )
– c’est le seul endroit où le pin cembro se trouve en mélange avec le pin à crochets

Mais à près de 2000m d’altitude, les conditions de vie sont extrêmes et les liens qui unissent cet écosystème bien fragiles.
La cembraie de Chamrousse a été fortement menacée dans les années 80-90 sous la pression du développement de la station de ski, jusqu’à son classement en site Natura 2000 grâce au long combat mené par une petite association de protection de la nature, l’ADHEC.

Le site classé, incluant cembraie, pelouse, lacs et tourbières, représente 3000 hectares… sur des versants abruptes et rocailleux… J’ai parcouru à plusieurs reprises ce vaste secteur pour tenter de dénicher les pins cembros qui me semblaient les plus remarquables (taille, forme, age) mais sans pour autant réaliser un inventaire exhaustif (l’ONF a réalisé un inventaire au début des années 2000 mais il n’est pas diffusé publiquement).
Voici donc un aperçu des quelques Pins cembros les plus extraordinaires selon trois zones distinctes : Secteur Pourettes, Secteur Gaboureaux, Secteur Roche-Béranger.

Les photos et les mesures ont été prises entre 2015 et 2018

Lire la suite

Share Button

Complément sur les arbres remarquables de Nyons (Drôme)

Si le Grand Tilleul de Nyons est un magnifique symbole de mise en valeur du patrimoine naturel local, il serait dommage qu’il fasse de l’ombre aux autres trésors arboricoles que possèdent la petite sous-préfecture de la Drôme.
Lire la suite

Share Button

Les vieux oliviers de la chapelle Ste Eulalie à Hyères dans le Var

Débutons la nouvelle année avec un arbre hautement symbolique : l’olivier !
Il est symbole de paix, de force, de longévité, de victoire… Il réunit à lui seul, ce que l’on peut souhaiter de meilleur pour 2018 🙂
Alors pour les fidèles lecteurs du blog, je vous offre de l’olivier d’exception.
Je ne vous propose pas un produit « au rabais » arraché à sa terre natale pour servir de carrefour giratoire dans une zone commerciale de banlieue, mais un pur joyau de la terre varoise à découvrir.

 

Lire la suite

Share Button

Arbres fantasmagoriques du Ventoux (Vaucluse)

Le Mont Ventoux évoque dans notre esprit d’étonnants paysages lunaires, une montagne pelée couverte de cailloux mais aussi les exploits des cyclistes partant à l’assaut du Géant de Provence.
Encore une fois, écartons-nous de ces clichés trop faciles. Il suffit pour cela de descendre d’une marche (haute de 500m 😉 ) sur la face nord de cette montagne emblématique et vous aurez la surprise de découvrir une ambiance insoupçonnée, bien loin de l’image que vous vous faites du Ventoux.
A 1400m d’altitude, le Mont Serein offre ses pentes douces à une petite station de ski familiale… Voilà la première surprise du Ventoux ! Il est évident que la station ne peut pas garantir une hauteur de neige identique à celle de l’Alpe d’Huez, surtout en notre période de réchauffement climatique, mais elle offre tout de même la possibilité de skier en Provence depuis 1930… au moins quelques jours par an !
Une seconde surprise vous attend sur les pentes du Mont Serein, bien loin du souci du nombre de centimètres de neige pour déclencher l’ouverture des pistes. A cette altitude, la forêt a changé d’aspect. Le hêtre est apparu dès 1000m et se mêle désormais au pin sylvestre. A 1400m, les conditions de survie deviennent de plus en plus extrêmes, on entre dans la « zone de combat », les arbres les plus vaillants luttent péniblement dans cet environnement hostile et prennent des allures fantomatiques.

Lire la suite

Share Button