Le Séquoia d’Eloyes (Vosges), un Géant de L’Est… bossu !

La Mairie d’Eloyes s’est installée dans l’ancien château de Mme Humbel.
Et cette petite commune forestière des Vosges a eu la bonne idée d’ouvrir au public le parc du château. On trouve sur ce domaine les espèces habituellement plantées à la fin du XIXème – début XXème siècle comme marqueurs de statut social. Le séquoia géant y figure bien-sûr en bonne place suivant la mode de l’époque pour les espèces exotiques rapportées par les explorateurs des nouveaux territoires.
Un parc de château somme toute bien ordinaire… à un petit détail près : l’un des géants présente une drôle de particularité.

Lire la suite

Share Button

Béarn, partie 2 : Les obèses

Le champion régional des  »mammouths » est assurément le châtaignier de Lys, à l’Est de l’entrée de la vallée d’Ossau  : haut de seulement 14 m, son diamètre maximum atteint 4,30 m et sa circonférence 11,30 m  ! Il est agé de 500 à 1000 ans. Il se situe à l’entrée de la ferme Caillau. A quelques mètres de lui, un autre châtaignier, haut de 17 m et âgé de 200 à 600 ans, se dresse fièrement sur ses 7,85 m de circonférence. Plus à l’Est, à Asson (ferme Laborde, propriétaire Jean Pédestarrès), un autre châtaignier de 17 m de haut se distingue par ses 9m de tour. Il a entre 400 et 800 ans.

Lire la suite

Share Button

BEARN. Sur quelques découvertes remarquables en matière de dendrologie…Partie 1 Les Géants

Article mis à jour (nouvelles photos et mesures)

Lorsqu’il y a une dizaine d’années j’ai commencé à m’intéresser aux arbres remarquables de ma région, ce fut d’abord par le biais de ceux que je pouvais observer depuis la route qui menait de mon domicile à mon lieu de travail. Puis les randonnées en moyenne montagne ajoutèrent à ma curiosité. C’est ainsi qu’au fil des années je constituai un fichier de plus en plus fourni, qui finit par attirer l’attention de quelques notables locaux, lesquels pillèrent mes données et se les attribuèrent. Aujourd’hui, télémètre en main je vérifie ou corrige mes anciennes mesures et suis en mesure, toujours provisoirement bien sûr, de vous exposer mes découvertes les plus remarquables. Je me suis tout d’abord intéressé à la hauteur des arbres, plus récemment à leur âge et à leur circonférence. Question hauteur, en Béarn nous sommes servis! Abondance de rivières, humidité, fonds de vallées encaissées, densité des futaies… Toutes les conditions sont réunies.

platane-51-m-pau-parc-du-chateau

PLATANE 51 m PAU-Parc du Château

Lire la suite

Share Button

Les arbres de la bambouseraie d’Anduze, Gard

On ne présente plus la Bambouseraie d’Anduze.
La réputation de ce jardin exotique a largement dépassé les frontières du département. Il est devenu au fil du temps une attraction majeure pour les visiteurs de passage dans les basses Cévennes (d’ailleurs, le prix du billet d’entrée est à la hauteur de son succès…).

Si le bambou est roi sur cette terre fertile depuis maintenant plus de 150 ans, quelques arbres dispersés dans le jardin méritent également d’être admirés. Ils bénéficient eux aussi de conditions de croissance exceptionnelles et ont atteint des dimensions surprenantes. A tel point que deux d’entre eux pourraient être les plus gros représentants de leur espèce en France.

bambouseraie-anduze10bambouseraie-anduze11 Lire la suite

Share Button

Les platanes révolutionnaires de Caunes-Minervois, Aude

Caunes-Minervois, village pittoresque de l’Aude, attire de nombreux visiteurs. Il est réputé pour son abbaye, ses carrières de marbre rouge et son vignoble AOC.
Mais ce n’est pas tout… il possède aussi de véritables trésors arboricoles !
Sur la petite place de la Révolution, les passionnés d’arbres seront émerveillés par la stature imposante de Danton et Robespierre, les deux platanes révolutionnaires.
Et en sortant du village, un peuplement forestier exceptionnel au bord d’une rivière méritera aussi une petite halte.

Platanes-caunes-minervois1 Lire la suite

Share Button

« Le Domaine du Grand Séquoia » à La Villeneuve, Creuse

Réédition de l’article suite au piratage.

En parcourant les petites routes du Massif-Central, j’ai toujours l’espoir de dénicher quelques arbres d’exception. Dans mes rêves les plus fous, je rencontrerai un sapin de plus de 5m de circonférence ou un douglas gigantesque pouvant rivaliser avec ceux de Claveisolles ou de Renaison. On peut toujours rêver !!!

Bien à l’affût derrière mon volant en quittant l’Auvergne pour le Limousin, j’aperçois soudainement quelques belles cimes de douglas sur le bas-côté. Des dimensions qui semblent alléchantes au premier coup d’œil…

Mais derrière ce rideau d’arbres se cachent d’autres trésors arboricoles de toute beauté…
domaine1 Lire la suite

Share Button

Rencontre avec « Le Général de Châlus », Hte-Vienne

Réédition de l’article suite au piratage.

Alors qu’en France nos arbres remarquables sont souvent associés au nom du lieu où ils se trouvent, il est une tradition outre-Atlantique, de donner aux plus gros séquoias californiens le nom d’illustres Généraux de la guerre de sécession.

Il était temps de changer un peu nos habitudes et d’apporter un nom prestigieux au plus gros séquoia français. En revanche, je n’ai pas réussi à associer notre Géant à un illustre Général de son époque (vers 1870)… ce sera alors « Le Général de Châlus ».

Châlus n’est autre qu’une petite bourgade du Limousin située à quelques dizaines de km au sud-ouest de Limoges.

Il a acquis ce titre prestigieux depuis déjà de nombreuses années. On lui attribue même celui de plus gros arbre de France….

Mais qu’en est-il vraiment ? Les nombreuses mesures déjà existantes sont très variables et de sérieux concurrents pourraient prétendre aussi au titre.

J’étais bien décidé à vérifier par moi-même le vrai tour de taille du Général. Alors par une journée pluvieuse de novembre, je sonnais timidement à la porte des propriétaires… (Note : il faudra d’ailleurs que Yannick nous fournisse des cartes de presse spécial Têtards arboricoles pour nous distinguer des vendeurs ambulants !).
chalus1
Lire la suite

Share Button

Le Domaine Royal de Randan, Puy-de-Dôme

Ce vaste domaine, ancienne propriété de la famille d’Orléans, n’est devenu publique qu’en 1999. Depuis, les travaux de restauration et d’embellissement ne cessent de redonner tout le prestige au dernier Domaine Royal français. Son état était devenu lamentable, quasi à l’abandon depuis le terrible incendie qui ravagea le château en 1925.
Les travaux restent importants dans cette grande bâtisse en ruines, mais le parc a retrouvé rapidement toute sa splendeur. Et les visiteurs décidés à en faire le tour partent pour une véritable randonnée pédestre… et arboricole ! D’une superficie de 100 hectares, c’est une succession de pelouses, bois, allées et étangs qui en font un « jardin remarquable » (label décerné par la Ministère de la culture).
Mais est-il possible de se balader sur un Domaine Royal sans rencontrer un Roi et une Reine ? Je vous propose alors de partir à la rencontre des dignes représentants du Domaine : un Séquoia et un Cèdre, à la prestance royale !

Séquoia-cèdre-randan1 Lire la suite

Share Button