Portrait d’un champion auvergnat : le Séquoia de Lapte (Haute-Loire)

Je vais peut-être choquer certains lecteurs, mais j’avoue qu’à mes yeux, les séquoias géants se ressemblent un peu tous…
Il faut bien reconnaitre que nos vieux séquoias français, largement plantés comme marqueur social de prestige depuis les années 1860, présentent souvent la même allure et de ce fait, peuvent manquer de « personnalité ».
Alors pour faire d’un Géant californien un vrai champion, que l’on qualifiera d’Arbre d’exception, il faudra qu’il présente un grand « plus » pour se distinguer de ses confrères.
Vous verrez dans cet article, que celui du Château de Lapte rempli tous les critères d’un grand champion !

Lire la suite

Share Button

Le Séquoia d’Eloyes (Vosges), un Géant de L’Est… bossu !

La Mairie d’Eloyes s’est installée dans l’ancien château de Mme Humbel.
Et cette petite commune forestière des Vosges a eu la bonne idée d’ouvrir au public le parc du château. On trouve sur ce domaine les espèces habituellement plantées à la fin du XIXème – début XXème siècle comme marqueurs de statut social. Le séquoia géant y figure bien-sûr en bonne place suivant la mode de l’époque pour les espèces exotiques rapportées par les explorateurs des nouveaux territoires.
Un parc de château somme toute bien ordinaire… à un petit détail près : l’un des géants présente une drôle de particularité.

Lire la suite

Share Button

Béarn, partie 2 : Les obèses

Le champion régional des  »mammouths » est assurément le châtaignier de Lys, à l’Est de l’entrée de la vallée d’Ossau  : haut de seulement 14 m, son diamètre maximum atteint 4,30 m et sa circonférence 11,30 m  ! Il est agé de 500 à 1000 ans. Il se situe à l’entrée de la ferme Caillau. A quelques mètres de lui, un autre châtaignier, haut de 17 m et âgé de 200 à 600 ans, se dresse fièrement sur ses 7,85 m de circonférence. Plus à l’Est, à Asson (ferme Laborde, propriétaire Jean Pédestarrès), un autre châtaignier de 17 m de haut se distingue par ses 9m de tour. Il a entre 400 et 800 ans.

Lire la suite

Share Button

BEARN. Sur quelques découvertes remarquables en matière de dendrologie…Partie 1 Les Géants

Article mis à jour (nouvelles photos et mesures)

Lorsqu’il y a une dizaine d’années j’ai commencé à m’intéresser aux arbres remarquables de ma région, ce fut d’abord par le biais de ceux que je pouvais observer depuis la route qui menait de mon domicile à mon lieu de travail. Puis les randonnées en moyenne montagne ajoutèrent à ma curiosité. C’est ainsi qu’au fil des années je constituai un fichier de plus en plus fourni, qui finit par attirer l’attention de quelques notables locaux, lesquels pillèrent mes données et se les attribuèrent. Aujourd’hui, télémètre en main je vérifie ou corrige mes anciennes mesures et suis en mesure, toujours provisoirement bien sûr, de vous exposer mes découvertes les plus remarquables. Je me suis tout d’abord intéressé à la hauteur des arbres, plus récemment à leur âge et à leur circonférence. Question hauteur, en Béarn nous sommes servis! Abondance de rivières, humidité, fonds de vallées encaissées, densité des futaies… Toutes les conditions sont réunies.

platane-51-m-pau-parc-du-chateau

PLATANE 51 m PAU-Parc du Château

Lire la suite

Share Button

Les arbres de la bambouseraie d’Anduze, Gard

On ne présente plus la Bambouseraie d’Anduze.
La réputation de ce jardin exotique a largement dépassé les frontières du département. Il est devenu au fil du temps une attraction majeure pour les visiteurs de passage dans les basses Cévennes (d’ailleurs, le prix du billet d’entrée est à la hauteur de son succès…).

Si le bambou est roi sur cette terre fertile depuis maintenant plus de 150 ans, quelques arbres dispersés dans le jardin méritent également d’être admirés. Ils bénéficient eux aussi de conditions de croissance exceptionnelles et ont atteint des dimensions surprenantes. A tel point que deux d’entre eux pourraient être les plus gros représentants de leur espèce en France.

bambouseraie-anduze10bambouseraie-anduze11 Lire la suite

Share Button