Découverte de sapins d’Espagne dans la Vienne/Chapitre II : L’original sapin d’Espagne de Saint-Maurice-La-Clouère

Fin du suspense initié lors du précédent article 

A moins de 20 kilomètres de Gouex, je savais que le château privé du Pin situé à Saint-Maurice-La-Clouère abritait un séquoia géant que j’avais repéré grâce à son ombre imposante sur Google Maps. Afin de l’inventorier, je me dirigeais vers le château et à quelques kilomètres de celui-ci, j’apercevais déjà la cime de l’Américain. Au bout de l’allée qui menait au château, me voici rendu au portail et je tombe nez-à-nez avec le séquoia qui trône en maître juste derrière. Un bébé plutôt imposant mais immédiatement, mon regard se dirige vers une autre silhouette, tout au fond près du château : un bien curieux conifère doté d’une magnifique branche « balançoire ». Lire la suite

Share Button

Découverte de sapins d’Espagne dans la Vienne/Chapitre I : L’étonnant duo de Gouex

Après le séquoia record de Bénévent, Aurélien nous dévoile deux spécimens de Sapin d’Espagne tout simplement exceptionnels… Un premier est présenté dans cet article et le second est programmé pour mardi, il faut bien faire durer le plaisir…

Passionné d’arbres, je participe au recensement des séquoias dans la Vienne via le site sequoias.eu.
Parfois, alors que je « chasse » ces conifères dans le paysage en tâchant de repérer leurs cimes qui dépassent souvent du reste, il m’arrive de rencontrer par hasard d’autres espèces qui, de par leur taille ou leur forme particulière, attirent le regard.
Ayant encore peu de connaissances en dendrologie, j’essaie autant que possible de récolter des photos et informations sur ces arbres remarquables.
Voici donc deux chapitres dédiés à deux sapins d’Espagne de la Vienne, l’un en compétition avec un séquoia voulant toucher le ciel, l’autre énorme et original…mais condamné.

L’étonnant duo de Gouex

C’est dans une petite ville sympathique de la Vienne (prononcez « Goué») qu’une mairie se distingue de par son parc public étonnamment bien arboré. A mon arrivée, ce sont des cimes de peupliers qui se dévoilent en hauteur, puis celle d’un conifère, particulièrement haute mais qui n’est apparemment pas celle d’un séquoia. Mais voilà qu’en contournant la silhouette, une autre se détache de celle-ci. Un séquoia géant apparaît alors aux cotés d’un curieux conifère qui, je le découvrirai plus tard, se trouve être un sapin d’Espagne. Alors que je ne connaissais pas encore l’espèce que je suis en train de décrire, je contemplais avec admiration ce duo d’une hauteur vertigineuse et je me faisait remarquer que la forme de cet étrange conifère semblait épouser son voisin le séquoia en se courbant gracieusement contre lui. Lire la suite

Share Button