« Doug le Big Foot » à l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire, Yonne

Le Douglas, cette essence résineuse de la côte ouest de l’Amérique, n’a pas fini de nous surprendre.
C’est véritablement une bête de course, un grand champion… mais aux records toujours discrets. A son palmarès, notons que le Douglas est la première essence de reboisement en France ! Alors qu’il est régulièrement confondu avec un vulgaire sapin, il arrive progressivement, et en toute discrétion, à transformer notre Massif-Central en « fabuleux » paysages exotiques…  Encore plus fort, qui se doutait que depuis une dizaine d’années, un petit groupe de douglas avait déjà franchi la barre mythique des 60m de haut ? Alors que des générations de forestiers continuent à s’extasier béatement devant des sapins jurassiens d’à peine 50m… Le titre du PHAF (plus haut arbre de France), c’est encore pour lui ! 67m d’une verticalité parfaite au barrage de Chartrain à Renaison… et il n’est pas prêt d’être détrôné.
Ce statut de Héros aux charmes discrets, il le doit surtout à sa vie forestière et à la totale indifférence des promeneurs qui peuvent passer à ses côtés sans même le remarquer (d’un autre côté, pourquoi trainer sous les douglas alors que les cèpes et girolles n’y poussent pas 😉 ).
Ce n’est pas comme son cousin californien, le séquoia, qui a besoin d’étaler ses rondeurs en public devant les châteaux et les grandes maisons bourgeoises. Quelle impudeur ! (NDLR : la foudre tombe souvent sur la tête des séquoias trop prétentieux, héhé ! il y a tout de même une justice !).

Mais il faut bien reconnaitre qu’il y a malgré tout un domaine où notre Star Le Douglas n’a pas l’habitude de briller : celui des circonférences records… c’est sûr que son caractère forestier le pousse à vouloir rester toujours bien serré entre ses frères et sœurs et ce n’est pas le meilleur moyen pour faire du lard !
Sauf que dans la nature, il y a toujours des exceptions…
Mais attention, là je vous propose de découvrir le genre d’exception que l’on n’aurait même pas osé imaginer en rêve : « Doug le Big Foot » est un extraterrestre dans la famille des Douglas !
Lire la suite

Share Button

Les douglas du viaduc des Farges (Meymac, Corrèze) sont-ils toujours dans la course ?

Dans la course au titre prestigieux du « Plus Haut Arbre de France », le PHAF, les douglas des Farges sont de très sérieux concurrents. Ils sont même la fierté du Limousin et de toute la partie ouest du Massif-Central. Ce peuplement est bien connu des forestiers et son caractère remarquable a été identifié dès les années 80. A cette période, les douglas du Viaduc des Farges avaient la réputation d’être les plus grands de France.
Mais d’autres candidats sur le versant Est du Massif-Central se sont révélés également particulièrement talentueux ces dernières années.

Les plus hauts douglas de France sont-ils toujours à Meymac ?


Petit résumé des épisodes précédents « A la recherche du PHAF » :

C’est au début des années 2000 que des rumeurs sur des hauteurs hallucinantes commencent à circuler. Les sapins présidents des Vosges et du Jura culminant à 50m de hauteur n’impressionnent plus les forestiers. De nouveaux challengers ont pris le relais. Tous les regards se portent désormais sur les résineux nord américains introduits dans les années 1880 sur notre territoire. En 2010, la barre mythique des 60m est officiellement franchie avec les deux géants de la Foux dans l’Aigoual : deux Abies Grandis mesurés entre 62 et 63m (difficulté depuis le sol d’obtenir une mesure précise). Malheureusement, ils ne se remettront pas de la sécheresse de 2003 et seront abattus pour des raisons de sécurité en juin 2013. En décembre 2010, l’ONF annonce qu’un douglas situé au barrage du Chartrain à Renaison (Loire) a été mesuré à 64m et prend le titre du PHAF. Cette mesure est confirmée en 2014 par l’équipe d’Enquête d’Arbres : le plus haut arbre de France culmine à 66,44m (mesure effectuée par grimpage). Dans le Beaujolais voisin, les sept douglas géants de Claveisolles (Rhône) pouvaient aussi légitiment prétendre au titre. Mais finalement leur hauteur flirte à peine avec les 55m (mars 2015). Du côté du Morvan, les deux douglas de Chantalouette à Gibles restent assez éloignés de la barre mythique des 60m avec respectivement 52m et 50,5m de hauteur (mai 2016). Dans le massif vosgien, le célébrissime Douglas de Ribeauvillé est suivi de longue date. Différentes mesures l’annonçaient depuis quelques années à plus de 60m. Une mesure récente effectuée par grimpage annonce une hauteur précise de 60,5m. Dernièrement, la surprise aurait pu venir aussi du Béarn lorsque Dominique nous a dévoilé ses géants. Mais pour le moment aucun douglas béarnais ne dépasse les 50m (un potentiel qui mériterait d’être mieux exploré) et la surprise vient surtout des espèces feuillues avec notamment des hauteurs voisines de 50m pour des platanes Palois.


Lire la suite

Share Button

« Le Domaine du Grand Séquoia » à La Villeneuve, Creuse

Réédition de l’article suite au piratage.

En parcourant les petites routes du Massif-Central, j’ai toujours l’espoir de dénicher quelques arbres d’exception. Dans mes rêves les plus fous, je rencontrerai un sapin de plus de 5m de circonférence ou un douglas gigantesque pouvant rivaliser avec ceux de Claveisolles ou de Renaison. On peut toujours rêver !!!

Bien à l’affût derrière mon volant en quittant l’Auvergne pour le Limousin, j’aperçois soudainement quelques belles cimes de douglas sur le bas-côté. Des dimensions qui semblent alléchantes au premier coup d’œil…

Mais derrière ce rideau d’arbres se cachent d’autres trésors arboricoles de toute beauté…
domaine1 Lire la suite

Share Button

Les douglas de Claveisolles (Rhône) peuvent-ils encore prétendre au titre ?

Depuis l’annonce officielle du plus haut arbre de France dans les Monts de la Madeleine, le Douglas prend une sérieuse avance sur les autres essences. C’est même la seule espèce sur notre territoire a avoir franchi la barre des 60m de hauteur (à l’exception des deux regrettés sapins de Vancouver de l’Aigoual).
Si le Douglas est peu présent dans nos parcs et jardins, la faute aux séquoias qui leur ont volé la vedette, c’est en revanche une essence forestière fort appréciée couvrant aujourd’hui 450 000 hectares. C’est dire si le Douglas Président de Renaison a des concurrents potentiels !!!
Mais Il faut attendre une centaine d’années pour que les plus beaux franchissent les 50m de hauteur et plus de 120 ans pour atteindre 60m de hauteur… potentielle !
C’est souvent sous la forme d’un bouquet de quelques pieds que l’on trouve en France les plus vieux Douglas (120 – 150 ans) dans les grands massifs où ils ont été introduits à l’époque par des forestiers curieux.
Parmi ces vieux bouquets de douglas, il en est un célèbre dans le Beaujolais qui fait l’admiration et la fierté des forestiers locaux. De 20 ans plus âgés que ceux de Renaison, une ancienne pancarte à leurs pieds annonce une hauteur de 60m…

Alors en 2015, qui pourra dépasser le Douglas Président des Monts de La Madeleine (66,44m) et prétendre au titre de plus haut arbre de France ? Dans le Beaujolais voisin, tous les espoirs reposent sur ceux de Claveisolles… Un derby régional pour la conquête du titre !

douglas-claveisolles03 Lire la suite

Share Button

Le douglas « Président » de la forêt domaniale de Coat an Noz, Côtes d’Armor

Pour faire suite à l’article sur Les géants de la vallée du Léguer, voilà la présentation d’un nouveau vertigineux douglas en forêt domaniale de Coat an Noz à Belle Isle en Terre.

dou coat an noz C3.75 H46,5 (3) redim Lire la suite

Share Button