Le Charme du naturisme dans le Morvan…

Bien-sûr, le titre est volontairement accrocheur, mais vous verrez qu’il n’est pas loin de la vérité 😉
Note : l’article est tout public ! Aucune photo n’est choquante même si certaines peuvent faire peur à la tombée de la nuit au fond des bois…

Lire la suite

Share Button

« Doug le Big Foot » à l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire, Yonne

Le Douglas, cette essence résineuse de la côte ouest de l’Amérique, n’a pas fini de nous surprendre.
C’est véritablement une bête de course, un grand champion… mais aux records toujours discrets. A son palmarès, notons que le Douglas est la première essence de reboisement en France ! Alors qu’il est régulièrement confondu avec un vulgaire sapin, il arrive progressivement, et en toute discrétion, à transformer notre Massif-Central en « fabuleux » paysages exotiques…  Encore plus fort, qui se doutait que depuis une dizaine d’années, un petit groupe de douglas avait déjà franchi la barre mythique des 60m de haut ? Alors que des générations de forestiers continuent à s’extasier béatement devant des sapins jurassiens d’à peine 50m… Le titre du PHAF (plus haut arbre de France), c’est encore pour lui ! 67m d’une verticalité parfaite au barrage de Chartrain à Renaison… et il n’est pas prêt d’être détrôné.
Ce statut de Héros aux charmes discrets, il le doit surtout à sa vie forestière et à la totale indifférence des promeneurs qui peuvent passer à ses côtés sans même le remarquer (d’un autre côté, pourquoi trainer sous les douglas alors que les cèpes et girolles n’y poussent pas 😉 ).
Ce n’est pas comme son cousin californien, le séquoia, qui a besoin d’étaler ses rondeurs en public devant les châteaux et les grandes maisons bourgeoises. Quelle impudeur ! (NDLR : la foudre tombe souvent sur la tête des séquoias trop prétentieux, héhé ! il y a tout de même une justice !).

Mais il faut bien reconnaitre qu’il y a malgré tout un domaine où notre Star Le Douglas n’a pas l’habitude de briller : celui des circonférences records… c’est sûr que son caractère forestier le pousse à vouloir rester toujours bien serré entre ses frères et sœurs et ce n’est pas le meilleur moyen pour faire du lard !
Sauf que dans la nature, il y a toujours des exceptions…
Mais attention, là je vous propose de découvrir le genre d’exception que l’on n’aurait même pas osé imaginer en rêve : « Doug le Big Foot » est un extraterrestre dans la famille des Douglas !
Lire la suite

Share Button

Trois châtaigniers remarquables en Saône-et-Loire

La présence du châtaignier dans le Morvan n’est pas si lointaine, elle remonterait à l’époque du Moyen-Age. Son introduction sur ces terres froides a permis de constituer une nourriture de base indispensable aux populations locales et éviter certainement de nombreuses famines.
Bien que les vergers à châtaigniers soient de nos jours très dégradés et deviennent de plus en rares, la présence de vieux châtaigniers continuent à ponctuer la campagne morvandelle, que ce soit au milieu des pâtures ou dans les haies au bord des routes et chemins.
Pour notre plus grand plaisir, le département de la Saône-et-Loire concentre encore de belles reliques de l’âge d’or de la châtaigne.
Voici le portrait de trois d’entre eux placés dans des environnements différents.

Note :  Le Morvan a fait l’objet d’un inventaire des arbres remarquables en 2006. Les résultats sont présentés dans Les Cahiers scientifiques du Parc, consultables en ligne ici.

Lire la suite

Share Button