Le long bras du Cèdre d’Arnas, Rhône

Après le joyau du Marquis de Causans, continuons la série « Châteaux et Cèdres, deux monuments complémentaires », avec ce cèdre singulier de la région lyonnaise.

Lire la suite

Share Button

[ Alerte dépérissement ] Le chêne de St-Maurice-Sur-Dargoire, Rhône

Dans les Monts du Lyonnais, un vieux chêne séculaire fait l’admiration des visiteurs depuis tellement longtemps qu’il a été baptisé le Chêne St Louis. Même s’il est peu probable qu’il ait connu St Louis, ce beau chêne solitaire trône depuis certainement 250 ou 300 ans dans ce petit coin de campagne. Un âge tout à fait honorable mais qui n’a rien d’exceptionnel chez les Quercus. En revanche, il a une particularité assez rare qui le rend absolument sublime.
Ses longues branches semblent plonger vers le sol puis rebondir comme des ricochés à la surface de l’eau.  Une originalité qui le fait entrer dans la catégorie des « chênes à longs bras » ou « chênes pieuvres ».

C’est  Madame Dulac (Blog lieux sacrés) qui nous l’a fait découvrir en lui consacrant un article sur le krapo arboricole en 2008.

Mais en lui rendant une petite visite ce printemps, c’est un chêne au houppier dégarni que je découvre… Que reste-t-il  du majestueux chêne aux longs bras ?

Chêne-pédonculé-st-maurice-sur-dargoire2015-1 Lire la suite

Share Button

Le chêne porte-gui de Limonest, Rhône

Une minuscule petite route de campagne s’éloigne de la tonitruante métropole lyonnaise en serpentant à travers les collines du Mont-d’Or.
Un petit coin de paradis ?
Non, pas du tout ! Un petit coin de campagne somme toute assez ordinaire, avec son pré accueillant quelques chevaux et son chemin vicinal bordé de quelques beaux chênes.
Pourtant, j’étais tellement impatient de me rendre ici que je suis arrivé avant le lever du soleil…
Et je suis resté immobile un long moment devant une curiosité de la nature, un phénomène tellement rare. J’avais sous les yeux un chêne avec du gui !
A peine quelques dizaines de chênes ont cette particularité en France. La probabilité pour qu’un chêne contienne du gui est inférieure à 1 pour 1 million…

chene-porte-gui-limonest11 Lire la suite

Share Button

Les douglas de Claveisolles (Rhône) peuvent-ils encore prétendre au titre ?

Depuis l’annonce officielle du plus haut arbre de France dans les Monts de la Madeleine, le Douglas prend une sérieuse avance sur les autres essences. C’est même la seule espèce sur notre territoire a avoir franchi la barre des 60m de hauteur (à l’exception des deux regrettés sapins de Vancouver de l’Aigoual).
Si le Douglas est peu présent dans nos parcs et jardins, la faute aux séquoias qui leur ont volé la vedette, c’est en revanche une essence forestière fort appréciée couvrant aujourd’hui 450 000 hectares. C’est dire si le Douglas Président de Renaison a des concurrents potentiels !!!
Mais Il faut attendre une centaine d’années pour que les plus beaux franchissent les 50m de hauteur et plus de 120 ans pour atteindre 60m de hauteur… potentielle !
C’est souvent sous la forme d’un bouquet de quelques pieds que l’on trouve en France les plus vieux Douglas (120 – 150 ans) dans les grands massifs où ils ont été introduits à l’époque par des forestiers curieux.
Parmi ces vieux bouquets de douglas, il en est un célèbre dans le Beaujolais qui fait l’admiration et la fierté des forestiers locaux. De 20 ans plus âgés que ceux de Renaison, une ancienne pancarte à leurs pieds annonce une hauteur de 60m…

Alors en 2015, qui pourra dépasser le Douglas Président des Monts de La Madeleine (66,44m) et prétendre au titre de plus haut arbre de France ? Dans le Beaujolais voisin, tous les espoirs reposent sur ceux de Claveisolles… Un derby régional pour la conquête du titre !

douglas-claveisolles03 Lire la suite

Share Button

Le parc forestier du Château de Ronno, Rhône

 Ce qui saute aux yeux en pénétrant sur le domaine du  château de Ronno, c’est le magnifique séquoia à proximité du bâtiment; une véritable flèche lancée vers le ciel.
C’est d’ailleurs cette image que j’avais en tête depuis de nombreuses années.
Mais ça c’était avant !
Car j’ai eu la chance en décembre dernier de parcourir l’immense parc privé du domaine et le plaisir d’y découvrir quelques merveilles arboricoles.
Quant au joyau de la couronne, il faudra s’enfoncer dans un petit bois de chênes et hêtres mêlés pour le dénicher…

chateau-ronno

Lire la suite

Share Button