L’autre chêne de Venon (Isère) !

Masqué par la colline de Pressembois où trône le célébrissime Chêne de Venon, un autre chêne solitaire fait des efforts désespérés pour essayer d’attirer l’attention du public. Mais c’est peine perdue, personne ne le remarque et il continue à vivre dans l’ombre de la Star grenobloise.
Quel dommage car il a pourtant une drôle de singularité… une originalité qui devrait fasciner les amoureux de la nature 🙂

Ce chêne solitaire, perché à 700m d’altitude à flanc de colline, s’est couché au sol probablement à la suite d’un violent coup de vent. Un accident qui remonte à plusieurs dizaines d’années et qui aurait dû lui coûter la vie.
Mais ce valeureux chêne est parvenu à puiser suffisamment d’énergie pour reconstituer au fil du temps un houppier de substitution. Le résultat est vraiment surprenant, les branches sont reparties à la verticale et ressemblent à des petits chênes individuels.
Quel pouvoir de résilience incroyable ! Cette silhouette remarquable est son atout charme et représente une raison suffisante pour lui rendre visite. Lui aussi mérite de devenir célèbre ! 🙂

Le chêne de Perroud, tout comme son voisin de Pressembois, est un chêne sessile, une espèce généralement inféodée aux grands massifs forestiers et surprenante dans cette situation champêtre. Mais à 700m d’altitude, les conditions montagnardes deviennent rudes pour les Quercus et le chêne sessile est mieux adapté à cet environnement que le chêne pédonculé. Selon les versants, l’espèce parvient même à résister jusqu’à une altitude de 1000 m en Isère.

Share Button

7 réflexions sur « L’autre chêne de Venon (Isère) ! »

  1. ouah tout à fait étonnant !
    tu vas voir que tu vas être obligé de faire plein d’addenda à ton livre sur les arbres isérois, comme Yves Maccagno pour le Gard, tant la Nature trouve encore et toujours à nous surprendre 😉

    • Quel beau chêne rouvre!
      Je retrouve ce blog oublié depuis qq temps dans mes favoris avec ce bel exemple de réitération.
      Je vais vous suivre plus souvent c’est promis.
      Pierre

  2. Coucou Pat’
    Oui, je n’ai pas pu tout mettre dans le livre sinon il ferait 500 pages 😉
    Va falloir déjà réfléchir au tome 2 !

  3. Bonsoir Castor,

    Cet exemplaire est très original en effet ! C’est bien de faire découvrir ce genre d’arbre un peu appart qu’on ose pas forcément désigner en tant qu’arbre « remarquable », mais qui pourtant marque les esprits lorsqu’on le rencontre. Finalement, ce chêne aurait tout à fait sa place dans le livre des arbres remarquables de l’Isère qu’il me tarde de découvrir !
    Merci pour cette découverte 😉

  4. Oui, il n’a pas les dimensions colossales d’un vieux chêne âgé de 500 ans mais sa position isolée et son développement original lui donnent un bel aspect très esthétique dans le paysage.
    C’est assurément un « Arbre coup de coeur » et donc un arbre remarquable 🙂

Répondre à Aurélien Goëffic Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.