Les tilleuls de la Promenade du Bd Paubert, Port Louis, Morbihan

Si la ville de Port Louis (56) est surtout connue pour sa citadelle du 17ème siècle, élément clé de la défense de Rade de Lorient, le remarquable état de conservation de la Promenade arboré du boulevard Paubert mérite également une visite et un article des têtards.

La Promenade correspond à une formation paysagère constituée d’allées d’arbres plantées aux cours du 18ème et surtout 19ème siècles, sur les dépendances de fortifications comme à Dinan -22- (cf l’article dans ce blog),  Bar sur Aube (10), Torigni sur Vire (50) ou encore Manosque (04). Chantal Pradines, notre experte nationale des allées d’arbres, la définit de la manière suivante: « Avec le démantèlement des remparts devenus obsolètes, naît le boulevard qui, issu du génie militaire, prendra alors le sens de promenade plantée d’arbres autour d’une ville ».   Ce style paysager qui s’inscrit dans le romantisme de l’époque, s’est également imposé à l’étranger comme à Stockholm ou Göteborg (Suède).  Généralement plantées de tilleuls, ormes ou platanes taillés ou en port libre, ces allées d’arbres constituent aujourd’hui des coulées vertes originales à forte valeur d’aménité. Cependant, malgré les protections réglementaires associées aux sites sur lesquelles elles ont été plantées, on assiste au mitage progressif de ces allées par l’élargissement de voiries, la création de zones de stationnement, le passage de réseaux ou l’installation de mobiliers urbains… Aujourd’hui il est rare de trouver, au cœur de nos villes anciennes, des Promenades préservées.

L’état de conservation de celle de Port Louis, que j’ai découvert récemment, est tout simplement exceptionnelle. L’ensemble des tilleuls, espacés tous les 4,5 m et taillés en rideau depuis près de 130 années, est totalement intact.

L’histoire de leur plantation, tirée de l’article de A Pettorelli paru en décembre 1999 dans les chroniques port-louisiennes, est toute aussi intéressante. A Port Louis, les remparts du Driasker, donnant sur le port de La Pointe, furent réaménagés par le ministère de la Guerre au cours du 19ème siècle. Entre 1820 et 1842, la rangée d’immeubles le long de ce rempart fut rachetée puis détruite et les fortifications renforcées formant, après les travaux, une sorte d’esplanade. Mais le nouveau mur avait été fait à l’économie. Il montra rapidement des signes de faiblesses. Les projets de rénovation présentés en 1870 par la direction des fortifications furent ajournés. Ils semblaient inutiles en haut lieu: l’entrée de la passe de Lorient était jugée suffisamment bien défendue par la citadelle, à l’entrée de la passe de Port Louis.  A défaut le colonel directeur des fortifications, en poste à Brest, proposa la plantation d’une Promenade: « Port Louis est une assez pauvre bourgade. Cependant ce qu’on pourrait lui demander, et ce qu’elle paraît disposée à faire, ce serait de planter et d’entretenir à l’état de Promenade le terre plein en arrière du front 22-27″. Cette plantation présentait en outre l’avantage d’interdire l’accès aux « voitures lourdement chargées » pouvant ébranler les fortifications. « Une bordure d’arbres que la ville aurait intérêt à conserver aurait vraisemblablement l’avantage de parer à ces inconvénients. »

 Aujourd’hui, ces 124 tilleuls prospèrent paisiblement en front de mer. Leur circonférence de 1,5 m, pour les sujets les plus imposants, ne reflètent par leur âge. Ces modestes dimensions sont à associer à leur situation en front de mer et le sol relativement ingrat sur lesquels poussent ces tilleuls. Pour autant, les nombreux bourrelets et les empattements à patte d’éléphant de nombre d’entre eux témoignent d’un âge avancé.

Cette Promenade, en remarquable état de conservation, est une chance pour la ville de Port Louis. Elle constitue une coulée verte historique toujours toujours aussi appréciée par les habitants et les estivants.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *