Massacre à la tronçonneuse à Beaumont-sur-Sarthe.

Témoignage émouvant d’Aline qui a assisté, impuissante, à un triste spectacle qui se reproduit malheureusement trop souvent.
Pour que la France entière sache comment l’on traite les grands arbres et le patrimoine dans nos campagnes . Pour que soient exposés  au grand jour les méfaits irréversibles infligés aux trésors locaux et à la nature par des équipes municipales inconséquentes.
Beaumont-sur-Sarthe  le 11 avril 2018
  Massacre à la tronçonneuse à Beaumont sur Sarthe.
 
Elle était tellement belle notre promenade du site de la Motte . Surplombant les jardins en bord de rivière, un magnifique parc de plus de soixante dix tilleuls plusieurs fois centenaires s’enroulant au pied de la  butte féodale .
Ici on disait “aller sous la Motte“, quand on allait se mettre à l’abri sous la dense frondaison des grands arbres.
La Motte c’était  plus encore qu’un patrimoine inestimable , l’âme du village . A Beaumont on avait la Motte comme á Paris ils ont le Luxembourg . La pause déjeuner , les soirs d’été ,les jeux des enfants , la promenade des chiens, l’après-midi des anciens , la pétanque , les concerts , les brocantes , les kermesses des écoles ,la remise des prix autrefois , le comice agricole , flâner , se reposer á l’ombre sur un banc …    la motte était le lieu de vie et de rencontre des belmontais depuis toujours .
 
A Beaumont, on a tous eu “dix-sept ans sous les tilleuls verts de la promenade”.  On a tous des souvenirs de moments passés à la Motte dans le cœur.

Mais la municipalité se moque pas mal d’Arthur Rimbaud, de la poésie, de la nature, des arbres et du bonheur des villageois.
Faute d’entretien et de surveillance, l’année passée, « un arbre est tombé », dit le maire. Ce n’était en réalité qu’une branche. L’assurance ne veut plus couvrir les dégâts et sans s’embarrasser de principes moraux, affectifs ou historiques, la municipalité prend la décision la plus simple et expéditive qui soit, faire abattre tous les arbres.
Visiblement, la question de la sauvegarde du patrimoine n’est pas au programme de la mairie.
 
L’annonce la semaine dernière dans le bulletin municipal : “ les deux tiers des arbres sont malades, par mesure de précaution et selon avis d’un (soi disant) expert, tous les arbres seront abattus“.  A peine le temps de lire l’article, d’envisager l’impensable et moins d’une semaine plus tard tout était terminé. Les soixante-treize arbres au sol, le plus beau site du village anéanti en moins de deux jours. Une vision de cauchemar, un carnage, la consternation.
Abattre un parc entier de vieux arbres magnifiques en plein cœur de ville est une barbarie hallucinante.
On est restés là des heures à les regarder tomber, les regarder encore une fois, une dernière fois, nos arbres, nos beaux arbres. Les arbres que nos lointains ancêtres avaient plantés pour nous, que des générations avant nous, qui n’avaient pas nos équipements modernes, ont su entretenir et préserver.
Quel chagrin, quelle tristesse, toute cette beauté, la mémoire, le patrimoine du village détruits .
Et soudain, sous nos yeux, une terrible évidence , tous ces arbres abattus sont sains , parfaitement sains ! Des branches fortes ,des troncs pleins, durs, des cœurs bien vifs , jaunes comme des soleils.
Compter. Combien , combien d’arbres malades parmi tous ces corps vigoureux abattus , combien?   Deux ici , un là… cinq , cinq en tout , cinq troncs creux . Cinq arbres malades , un sixième peut être ?… Soixante treize arbres abattus á la va vite , pour seulement cinq en mauvais état .
Quel massacre  inutile!
Quel honteux carnage!
La trahison est irréparable, il n’y a pas de mots assez forts. .Je ne vois pas de quelle manière on aurait pu faire plus de tort  à ce village et à ses habitants .
On aurait bien compris qu’il faille remplacer quelques arbres, c’est dans l’ordre des choses, mais abattre le parc entier est un sacrilège!
Les villageois sont venus affligés dire adieux à leurs souvenirs. Ils ont vu sidérés le massacre scandaleux. Ils ont photographié  leurs beaux arbres sacrifiés pour rien, tous ces arbres en pleine santé couchés au sol.
Comment une telle folie a-t-elle pu être possible?
Pourquoi avoir agi dans la précipitation? Pourquoi s’être contenté de l’avis d’un seul expert si absurdement radical? Pourquoi continuer à abattre des dizaines et dizaines d’arbres que l’on constate être parfaitement sains contrairement aux dires du prétendu spécialiste.
Le parc avait certainement besoin d’entretien, d’élagage, supprimer les sujets devenus dangereux bien sûr.  Mais comment une telle aberration a-t-elle pu être conduite á son terme?
Ces tilleuls qui avaient  traversé les âges, témoins de la vie de nos ancêtres depuis des générations ont été  abattus un sombre lundi neuf avril de l’an deux mille dix huit sur une décision arbitraire et  inconsidérée de Monsieur le maire et de son conseil municipal.
Nos arbres avaient encore des siècles à vivre, des générations de belmontais à accompagner.
Je tiens à partager ma colère, ma consternation et ma tristesse avec tous les villageois  qui comme moi ont grandi, vécu à Beaumont et tant aimé les magnifiques tilleuls de la promenade lamentablement éradiqués.
 
Honte aux pauvres humains incapables de respecter et protéger la beauté , la nature , les arbres , la mémoire des lieux et des ancêtres.
Honte aux massacreurs!
 
La promesse de remplacement par de jeunes sujets ne nous rendra ni nos souvenirs, ni l’âme du lieu, ni notre précieux patrimoine à jamais perdu.
Et pour ceux qui seraient seulement en quête d’un petit peu de fraîcheur et d’ombre un jour d’été, qu’ils repassent plutôt dans cinquante ans.
 
Aline Fouquet  , une belmontaise inconsolable.
 
A la mémoire de nos si beaux tilleuls…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Share Button

13 réflexions au sujet de « Massacre à la tronçonneuse à Beaumont-sur-Sarthe. »

  1. Nous sommes sidérés de se massacre, malheureusement ils ne respectent plus rien, tout part à volo, incompétence de tous les responsables et des experts car nous pensons que c’est une question d’argent plus que d’amour de la beauté de cette nature qui nous entoure………. Quel dommage qu’il n’y a plus de respect pour nos anciens qui ont planté ces arbres, surtout que la majorité de ces arbres étaient sains. QUELLE DESOLATION!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Le dicton le dit bien « quand on veut se séparer de son chien , on dit qu’il est malade ». En fait c’est notre société toute entière qui est malade de l’hypertrophie administrative, de ses normes édictées pour notre soi disant bonheur et des pseudo experts de tout genre qui savent tout sur tout mais sont surtout d’une incompétence affligeante comme ceux qui les commanditent. C’est au peuple d’ exprimer ses attentes et de se débarrasser de leurs faux représentants. Cela s’appelle la révolution . A méditer …

  3. L’expert est responsable civilement de ce massacre. Il est tout à fait possible de porter l’affaire au tribunal du fait que ces arbres en alignement sont protégés par la loi (article 350-3 du code de l’environnement). peut on avoir le nom de l’expert ? si c’est le cabinet Bergue de Laval, ce sont juste des experts forestiers et fonciers qui n’ont aucune compétence au niveau arbres d’ornement et sécurité des arbres.
    Et d’abord il est totalement faux et absurde de parler de « maladie » au sujet de tilleuls : il peut y avoir des champignons lignivores qui affaiblissent la structure de certains arbres, mais rien de pathogène qui nécessiterait d’abattre la totalité du peuplement, il n’y a pas de contagion (sauf par outils de taille non désinfectés)
    Il ne faut pas confondre avec le chancre coloré du platane qui demande des mesures prophylactiques draconiennes. cette expertise est une escroquerie !

  4. Bonjour à tous les amoureux des arbres !
    Je comprends ô combien le désarroi d’Aline ! Qu’on en juge : en août 2011, un cyprès de Monterey de 8 m de circonférence et près de 30 m de haut, ainsi qu’un érable plane de 35 m et plus de 3 m de circonférence furent abattus dans une ancienne propriété située à l’extrémité Ouest de l’hippodrome de Pau. Prétexte : ces arbres menaçaient une communauté de gens du voyage parqués là par la municipalité ! Peu après, les gens du voyages sont partis et ne sont pas revenus depuis (la mairie les a installés juste à côté, en bout du parking Ouest de l’hippodrome… Deux arbres-records abattus pour rien !

    Rebelote fin-2017 ou début-2018 à Lourdes, sur l’esplanade des sanctuaires : alors qu’un séquoia géant mort en 2017, haut de 45 m, continue de trôner au bord de la route qui surplombe la basilique, le responsable du parc des sanctuaires a fait abattre l’immense cèdre bleu de l’Atlas qui bordait l’arrière de la même basilique, et qui constituait le record mondial de hauteur pour cette espèce, avec ses 45,60 m ! Probablement pour des raisons de sécurité, encore une fois. La  »sécurité », le leitmotiv désormais incontournable, donne aujourd’hui le droit de couper tout ce qui dépasse une certaine hauteur. Quand nos décideurs municipaux comprendront-ils que le risque zéro n’existera jamais ? Si cela continue ainsi, un beau jour on fera couper tous les arbres dépassant 15 mètres qui auront eu le malheur d’être plantés ou de pousser à proximité des routes, des habitations ou même en bordure des chemins de promenade ! Il est temps qu’on cesse ce délire sécuritaire, bon sang !

    • Pourquoi puisque les arbres sont nos amis et que nous souffrons chaque fois que l’un d’eux est inconsidérément abattu , ne pas créer une association ou une fédération d’association qui interviendrait pour obliger les responsables élus locaux à classer systématiquement les arbres remarquables et attaquer par tous moyens légaux chaque abattage ou élagage abusif ?

  5. C’est exactement ce que je pense, avec quelques autres passionnés de dendrologie. Dans l’idéal, il faudrait créer une législation qui oblige les municipalités et l’ONF à consulter la liste des arbres remarquables de leur commune avant de prendre la décision de les abattre, et qui les oblige à éditer un rapport justifiant l’abattage dans chaque cas. Au pire (et en attendant), il faudrait contacter le maire et le responsable des espaces verts de chaque commune et leur communiquer une liste des arbres remarquables de leur commune.

  6. Il faudrait également fournir des listes à tous les propriétaires de domaines privés où se trouvent des arbres remarquables, et enfin collaborer avec l’ONF, qui semble parfois privilégier l’exploitation commerciale des forêts sans se soucier des arbres remarquables ; et la liste de l’ONF est loin d’être exhaustive, je l’ai constaté à maintes reprises : sapinière du Benou en vallée d’Ossau (sapin de 45 m abattu) ; hêtraie d’Holçarté (hêtre et sapin de 50 m abattus) ; Bois de Bastard à Pau (chêne rouge de 45 m abattu) ; bois de Séméac près de Tarbes (chênes géants abattus en masse), etc… Et je suis très pessimiste à propos du sort des chênaies de Subercarrère (bois de Lourdes) ou de Bugangue (Oloron), entre autres… Quant aux propriétaires de domaines, le plus souvent ils ignorent les essences qu’abritent leurs propriétés et s’en fichent complètement ; les sirènes des promoteurs les intéressent hélas souvent bien plus. D’où mes inquiétudes grandissantes, par exemple, à propos des géants qu’abritent les flancs du côteau de Jurançon…

  7. Si vous voulez promouvoir et protéger les arbres remarquables, adressez vous ou adhérez à l’association ARBRES. Après sélection sur dossier, ARBRES « labellise » les arbres remarquables , les propriétaires s’engagent alors à bien les traiter et à garantir leur survie le plus longtemps possible.
    Concernant la protection « officielle » de certains arbres il y a peu de choses dans la législation française.
    Très très rares sont les arbres eux mêmes qui sont « classés monuments historiques ».
    Tous les arbres d’alignement sont maintenant protégés par l’article 350-3 du Code de l’environnement, mais on manque de jurisprudence (le jugement récent de Gien montre que ce texte est applicable)
    Pour les arbres situés aux abords ou dans les périmètres des Monuments Historiques, leur abattage nécessite une déclaration préalable qui est traitée par l’ABF (les élagages drastiques ne sont pas concernés, ce qui est une erreur). de plus la compétence arboricole des ABF doit être sérieusement améliorée.
    Dans les Plans Locaux d’urbanisme (PLU) des arbres peuvent être soit classés en Emplacement Boisés Classés à conserver (EBC) soit inventoriés dans un catalogue des éléments du paysage ou du patrimoine à préserver. Dans les deux cas déclaration préalable obligatoire pour les abattre (pas pour les élaguer n’importe comment !)
    Mais il n’y a pas de sanctions bien définies
    Le tribunal administratif peut prendre un arrêté interdisant la coupe (il faut intervenir avant les travaux !). Ca aurait pu être fait dans le cas de Beaumont !
    Nous sommes un certain nombre de professionnels et d’associations qui militent pour un droit renforcé de protection des arbres. et aussi pour faire modifier le Code Civil qui permet toujours, à un voisin grincheux, de demander l’amputation criminelle de grands arbres qui auraient l’impudence de dépasser la limite foncière. Et même bien évidemment des « arbres remarquables ou historiques ». Le Code Civil est plus fort que tous les autres Codes et la justice donne toujours raison au plaignant, même si la gêne n’est pas prouvée ou le trouble anormal de voisinage non avéré !
    Concernant l’implication d’ONF dans les problèmes des arbres « non forestiers », ce n’est pas leur coeur de métier et il vaut mieux s’adresser à des vrais experts en arboriculture ornementale. Mais de « véritables » experts qui doivent pouvoir montrer les références de leurs dossiers. pour des cas délicats et qui soient capables de diagnostiquer vraiment les problèmes des arbres (tomographie, essais de traction…), Il vaut également mieux avoir l’avis de plusieurs experts.
    Se méfier aussi des diagnostics trop alarmistes (comme ici à Beaumont) qui servent de prétextes à des élus éradicateurs ou à des directeurs des routes qui veulent tout nettoyer !

    il y a bien du travail à faire

    LD

  8. Merci Louis pour ce point détaillé sur la jurisprudence des arbres hors forêt (remarquables ou non). Effectivement, on s’aperçoit que la route est encore longue pour que nos voisins ligneux soient dignement protégés…
    L’association ARBRES travaille sur un projet en cours d’une reconnaissance juridique officielle des arbres remarquables à voir ici :
    http://www.arbres.org/actualite.html

  9. Très sincères condoléances !!!

    – – –
    Je constate encore trop souvent des disparitions non justifiées ça et là.

    Espérons effectivement que les nouveaux textes de loi englobent mieux la protection du patrimoine arboré de notre pays.

  10. LE MAIRE DE BEAUMONT EN GUERRE CONTRE LE FRELON ASIATIQUE.

    Faut-il jeter la pierre à un maire prévenant, soucieux du bien être de ses administrés, bien que doté d’un EGO très conséquent, il prend des mesures préventives très utiles pour protéger sa commune de l’invasion du FRELON ASIATIQUE, phénomène qui fait couler tant d’encre depuis des années.
    En effet Mr Robin, maire légitimement élu de Beaumont sur Sarthe a pris une mesure radicale avec le soutien de son conseil municipal, pour contrer les dangers que fait courir cet insecte très envahissant. Il a fait couper tous les grands arbres à proximité du centre ville.
    Voilà un trait d’humour qui aurait pu s’avérer vrai, mais la vérité est toute autre.
    Plus sérieusement hélas 75 tilleuls multi-centenaires abattus pour rien !!!! parce qu’une branche était tombée dans un jardin ?! on croit rêver !!!
    Ancien Belmontais moi-même, (j’ai vécu trente ans dans cette belle bourgade avant de partir à Caen), je suis entièrement solidaire d’Aline FOUQUET, et complètement atterré, obligé de réagir, comme beaucoup d’autres personnes concernées, je l’espère.
    Comment l’échevin de Beaumont, l’édile élu en toute légitimité, estimé et irréprochable, comment cet administrateur de bien envié, et réputé exemplaire, a t-il pu trahir ainsi la confiance de ses administrés et, sur un coup de balai, bousculer de façon irrémédiable, le témoin historique et écologique, d’une commune toute entière, le charme rare d’une Promenade de la Motte à l’ombre des tilleuls, au bord de jardins suspendus, au-dessus des méandres d’une rivière qui serpente vers un vieux pont romain, dont le reflet fragile miroite dans une eau vive et claire, une image de Paradis sur terre…Comment une telle décision, arbitraire et affligeante, dénuée de tout sens civique a pu germer au sein d’un conseil municipal complice de ce roitelet imbécile.
    Sous couvert d’un expert contestable, Monsieur le maire, qu’on dit souvent absent de la commune, a voulu imposer sa marque en intentant aux biens et à la belle l’image de son propre village, si prisé des vacanciers.
    Qui ne se souvient pas de ce parfum de tilleul si particulier, émanant de ces géant à l’ombre du soleil d’été, de ces enfants joyeux et turbulents qui jouent Sous la MOTTE comme on disait, des ces jeunes garçons dissimulés derrière les banc de bois pour goûter ensemble une première cigarette, en douce, et de ces ados qui découvrent l’émoi d’une première étreinte. ( que le maire n’a pas du connaitre ) .
    Sur 75 arbres, il y en avait réellement 5 de malades…est-ce que ça valait ce coup de râteau ???
    Combien de temps avant de retrouver tout ce calme, toute cette fraicheur, tous ces parfums subtiles.Où vont aller tous ce petits retraités pour faire leur pétanque, et ces femmes seules qui promène leur chien dans un petit coin de nature, où va se percher la corneilles cendrée, où va roucouler le pigeon ramier où va chanter la jolie colombe ??? Vous avez dit Colombe ??? ça me rappelle quelque chose, une fable peut-être « le Notable et la Colombe », ça ne vous dit rien à vous ?? Lafontaine sans doute.

  11. Bonjour ,
    Comment une seule personne, un maire, peut décider, seul , sans concertation et d’un simple geste, de réduire à néant un paysage que la nature a mis des siècles à fabriquer, un paysage qui profitaient à des milliers de personnes ???
    Un paysage ou la nature et la ville s’harmonisaient… Un paysage qui fait partie de l’histoire même de Beaumont….
    Cette décision a t’elle fait l’objet d’une délibération en conseil municipal ? D’un arrêté municipal?
    C’est du vandalisme pur et simple…
    Sauf si les conclusions de l’expert prouvent que tous les tilleuls étaient malades et représentaient un danger public…
    Chacun devrait pouvoir accès aux conclusions de  » l’expert » qui a décidé que ces arbres étaient bons pour l’échafaud…Ou sont -elles ? Pourquoi l’opposition n’a telle pas réagi ? Pourquoi l’abattage n’a t’il pas été suspendu quand les arbres coupés se sont avérés sains pour la plupart?

    Il faut maintenant être d’une vigilance extrême sur la replantation.
    La mairie va t’elle replanter comme elle en a l’obligation? Ou va t’elle mettre quelques plantes en pot ?

    Il faut créer une association pour exiger réparation, pour que cette place ne devienne pas un parking supplémentaire….
    Beaumont sur Sarthe, jadis joli village touristique, ombragé et commerçant, va devenir grâce à des « initiatives » comme celle-ci, une succession de places minérales ou l’on cuit au soleil, une enfilade de parkings et de commerces qui ont baissé le rideau, un village dortoir bitumé et sans âme….

    Encore bravo pour transformer la Sarthe en parking…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.