Portraits d’arbres de Pascal Bourguignon

Intrigué et intéressé par son travail photographique « à l’ancienne » autour des arbres remarquables, j’ai proposé à Pascal Bourguignon, photographe professionnel ( pascal-bourguignon.over-blog.com et Déclic éditions) et correspondant de l’association A.R.B.R.E.S. pour le département de la Marne, de nous le présenter .

A l’aire du numérique, d’Instagram et de la consommation immédiate et éphémère des photos, complètement à l’opposé de la lenteur et de la longévité des arbres, il m’a semblé intéressant d’utiliser l’argentique et les appareils de nos grands-pères, période à laquelle prendre son temps avait encore du sens!

Hêtre de Kervinihy, Le Vieux-Marché (22)

La technique est longue à mettre en oeuvre, et de surcroit couteuse : rien ne doit donc être laissé au hasard.


Faire le tour de l’arbre, trouver son meilleur profil, voir si la lumière va convenir, toutes ces étapes permettent de s’imprégner afin de se ressentir en harmonie avec le lieu. Car bien souvent, une seule vue sera exposée, 2 tout au plus avec 2 points de vues différents. Une technique qui s’apparente au portrait, immortaliser le sujet sous son plus bel aspect, mettre en valeur le profil qui le caractérise au mieux.


Vient ensuite l’installation de la chambre (ces gros appareils anciens, souvent en bois, avec un gros soufflet) et les réglages différents permettant de moduler la perspective et la netteté.

Tout cela se fait sur le verre dépoli, sous voile noir, ou l’on voit comme par magie l’image à sa taille définitive, mais inversée.

Viendront ensuite la mesure de la lumière, les réglages vitesse diaphragme sur l’objectif, l’installation du châssis avec les plan films, puis enfin la prise de vue proprement dite. Il me faut en moyenne entre 1/2h et 3/4 h par vue… Prendre le temps de prendre son temps!
Suivra obligatoirement une séance de laboratoire pour développer les plans films, par choix exclusivement en noir et blanc, avec révélateur, fixateur et lavage, puis séchage.
Pour finaliser l’image, viendra ensuite l’étape du tirage « à l’ancienne ».
J’ai choisi le très grand format 8×10″ (20×25 cm) (qui impose un appareil assez lourd et énorme!),  puisque mes tirages feront la même taille que le négatif (ils seront insolés aux UV par contact direct avec le plan film).
Le procédé utilisé est le palladium : c’est un procédé photographique noir et blanc mis au point par William Willis en 1873. La particularité de cette technique réside dans l’imprégnation des particules de palladium finement divisées qui permet ainsi à l’image de se conserver aussi longtemps que son support papier. C’est à mon avis le plus joli des procédés dits « alternatifs », en tout cas celui qui à la plus grande longévité. Et pour moi, rapprocher la longévité des tirages à celle des arbres donne un autre sens aux images.

De plus, bien conservées, elles deviendront un témoignage pour les générations futures.
Certains arbres que j’ai photographié ont été très abimés (tempête), faisant de ces images des documents déjà historiques.

En plus de conserver et de transmettre une technique photographique ancienne, cette pratique permet de produire des tirages de très haute qualité (on n’a pas fait mieux à ce jour, en terme de finesse et de durabilité), et sont volontairement limités à un exemplaire unique (1/1, avec certificat d’authenticité) … unique comme
l’arbre qu’il représente !

Share Button

6 réflexions sur « Portraits d’arbres de Pascal Bourguignon »

  1. Excellent travail en effet. Le résultat est unique et le temps nécessaire à la préparation pour prendre le cliché doit permettre de savourer l’instant. On passe souvent trop vite devant un arbre !

    Merci pour ce bel article 🙂

  2. Merci pour vos commentaires 🙂 🙂 🙂
    l’interêt de la photo est de partager, si en plus elle invite à prendre le temps de contempler et de savourer, et de les protéger, alors mon but sera atteint.

  3. Une belle approche, originale, qui permet savourer l’instant près de ces merveilles de la nature. 🙂 🙂 🙂
    Juste un petit regret, celui de découvrir ce travail de qualité derrière un écran d’ordinateur. Pour apprécier à leur juste valeur ces clichés à l’ancienne, il vaut mieux les voir exposés et tirés sur du papier de qualité. Faites-vous des expo photos ?
    Autre point, je découvre à plaisir sur votre site tout une série d’arbres remarquables de Haute-Marne… un département jusque là trop souvent oublié sur nos blogs arboricoles 🙂

    • Bonjour et merci
      J’ai exposé ces images ainsi que les arbres de haute Marne au festival de Montier en Der
      Il y en aura aussi quelques une à Tignécourt en avril dans les Vosges …
      On reparlera d’un beau saule en haute Marne prochainement je pense … ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.