L’arbre dans l’art urbain

L’art urbain.

Cela fait songer à ces murs recouverts de peinture, de graffitis mêlant jargon et insultes dans une police et un style douteux… Et pourtant il y a également de vrais artistes à qui ça ne fait pas peur de dessiner des arbres plutôt que des armes, de les respecter plutôt que de les mettre à mal ; ainsi que de s’en servir comme sujet ou pour compléter une fresque par exemple.

street art 1

Ce que j’ai découvert de ci de là sur le net je l’espère va vous étonner. Auriez-vous pu imaginer des graffeurs utiliser des arbres et la perspective, afin de créer des oeuvres à la fois originales et en rapport avec l’environnement ?

Souvent décrié, sauvage et de mauvaise réputation, l’art urbain a toutefois lui aussi ses pépites et je suis heureux de vous les faire partager ici.

street art 2street art 3Ici un ancien bâtiment, désaffecté et en ruine voit un arbre au tronc bigarré « percer » le béton du plancher pour étaler son houppier imaginaire jusqu’au plafond.

street art 4street art 5street art 6

A d’autres endroits plus ou moins enclavés, des houppiers bien naturels cette fois-ci, font office de coupe afro à Jimi Hendrix sur un mur immaculé, ou bien de chevelure extravagante à des personnages tout droits sortis de l’imaginaire fertile de leur créateur.street art 7Srteet art 8Dessinées sur de vieux murs tristes et grisâtres ou à la peinture écaillée, ces œuvres en deviennent un élément caractéristique lorsqu’elles sont abouties. Le graphisme et la qualité de réalisation de certaines sont saisissantes. Comme quoi la nature inspire même des mouvements très récents, et mérite de ce fait plus que jamais sa place au sein de nos villes.

________________________________________________________

Voici 4 photos de plus pour illustrer l’article de Damien:

 

Share Button

6 réflexions au sujet de « L’arbre dans l’art urbain »

  1. Il ne faut pas sous-estimer l’art urbain. Ce qu’on en voit le plus souvent n’est que la partie immergée de l’iceberg (et pas la plus jolie) : les signatures, « blaz » dans le jargon, sur les trains, le long des voies de métro, etc. Mais au détour d’une rue ou dans un hangar abandonné, l’on peut trouver de vraies oeuvres d’art ! Et elles véhiculent souvent des messages militants. En tout cas, les graff arboricoles, j’adhère !!
    Flora (fille de Jo, du « Blog de Joseph »)

    • Ravi que ces quelques exemples t’aient plu Flora, et merci d’avoir laissé ton impression dans ces lignes. Il faut valoriser le meilleur de chaque branche, car il est souvent étouffé par le néfaste et l’indifférence ; d’où cet article sur ce que je trouve rare et artistique dans ce domaine 🙂

    • Salut Flora,
      Retournes-tu en Espagne ?
      Ce serait sympa de nous ramener un petit reportage d’au delà les Pyrénées. Et si tu trouves des graff arboricoles espagnols on est preneurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.