Le saule blanc du pont, Saivres (Deux-Sèvres)

Saule blanc-Saivres-04YMAprès plusieurs mois sans avoir écrit un article dans la rubrique « Arbres Vénérables », pas facile de s’y remettre. Le plus dur c’est de choisir un arbre. Pour ne pas perdre trop de temps, je me suis rabattu sur ma dernière trouvaille. Enfin dernière tout est relatif car ça fait quelques années que j’avais aperçu ce têtard en contrebas de la route dans une petite vallée et n’avais jamais vraiment pris le temps de m’arrêter pour le voir de près.Saule blanc-Saivres-01YM

Mais ma passion et ma curiosité finissent toujours par l’emporter. De loin j’avais bien identifié un saule blanc. Y accéder ne fut pas trop difficile. Il suffit de suivre un petit chemin jusqu’à la passerelle qui enjambe le Chambon. La prairie sur la gauche est grande ouverte, il n’y a même pas de clôture. Saule blanc-Saivres-02YMM’approchant, je suis un peu déçu de m’apercevoir qu’il y a deux troncs bien distincts et que le sujet doit être beaucoup moins gros que je le pensais, ne l’ayant toujours vu que sous un angle où l’on ne distinguait qu’un seul arbre. L’ensemble était quand même intéressant pour faire quelques photos sympas et finalement, après avoir mesuré les deux sujets à 5,10 m et 4,03 m à 1,30 je me dis que ma trouvaille n’était pas sans importance au niveau départemental et puis je n’avais jamais présenter de saule que ce soit sur le Krapo ou les têtards.

Saule blanc-Saivres-06YMSaule blanc-Saivres-03YM

Dans la région curieusement, malgré le marais Poitevin les saules blancs sont plutôt rares et leur présence est souvent réduite à un ou deux sujets sans grand intérêt au niveau des dimensions. Surtout si l’on compare à ce qui a déjà été publié sur le blog. Ici on est loin des saules de Pontorson, Damvillers ou Arraincourt.

Saule blanc-Saivres-05YM

Aubépine-Saivres-01YM

Dans ce petit méandre qui baigne les pieds de ces deux saules pousse également une belle petite aubépine « mono-pied » de 62 cm de circonférence.

 –

Share Button

5 réflexions au sujet de « Le saule blanc du pont, Saivres (Deux-Sèvres) »

  1. Salut Guy,
    9m j’aurai bien aimé, mais non, là je n’ai pas de doute, ce sont bien 2 troncs distincts malheureusement. Mais je ne désespère pas, peut-être que le gros saule Poitevin de 7 ou 8 mètre se cache et n’a pas encore été trouvé.

  2. Y@nick, ce saule est sympa au bord de sa pâture, et si son tronc n’était qu’un, fendu !. Avec une circonférence de 5 m + 4 m, il a (aurait) fière allure !

  3. J’ai un instant cru que le meusien allait être détrône en voyant le titre de ton article!
    Même si ce n’est pas le cas, je trouve ce duo vraiment intéressant, d’autant que son intérêt départemental est indéniable.
    En Meuse, je suis aussi étonné de ne pas trouver plus de spécimens dépassant les 6 m malgré la profusion de saules têtards, j’en ai deux de 6 m sous le coude mais rien de plus à part le champion…
    Sisley évoquait la faible longévité de cette essence, mais la guerre pourrait aussi expliquer cela (au moins dans l’est), de part la destruction liée au combat, mais aussi par l’exploitation intensive pour alimenter en combustibles les troupes en place.

  4. Un beau retour dans la rubrique « Arbre vénérable » avec ce saule.
    Même s’il n’atteint pas les dimensions records de ceux de l’Est, son tronc tourmenté, crevassé lui donne fier allure.

    Je ne suis passé qu’une fois dans le marais Potevin et je me souviens de peupliers gigantesques (le vieux clone blanc du poitou) en bordure des canaux. ça remonte à pas mal d’années, est-ce qu’on trouve encore ce genre de monstres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.