De vieux hêtres à Larrau, Pyrénées-Atlantiques

Je vous propose une petite promenade sur la commune de Larrau, en Haute-Soule, à la découverte de spécimens de hêtres têtards typiques du pays Basque mais toujours uniques par leur aspect.

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (2)

Tous ces arbres jalonnent le circuit de randonnée de la « boucle d’Amubi » qui surplombe les spectaculaires Gorges d’Holzarté.

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (1)Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (3)

Sur le premier tronçon du sentier entre l’auberge Logibar, point de départ habituel vers le pont suspendu d’Holzarté, et ce dernier, plusieurs sujets intéressants dont un particulièrement massif (photo 1) déjà signalé par Georges Feterman dans son livre « La France des arbres remarquables ».

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (4)Malheureusement, je n’ai pas pu m’en approcher du fait de sa situation, et de toutes façons je n’avais pas de quoi prendre une mesure…

Les autres hêtres ne sont pas particulièrement gros mais présentent des formes très variées, tronc à l’horizontale au-dessus du vide (photo 2), excroissance évoquant vaguement une tête de cheval (photo 3), ou style plus « classique » bien que biscornu (photo  4).

Un régal pour les yeux et le photographe…

Après une cinquantaine de minutes de marche, on arrive au pont suspendu construit vers 1880 pour faciliter l’exploitation de la forêt, aujourd’hui il profite aux randonneurs, qui jouissent de la vue et des 150 m de vide!

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (5)

Juste après le pont, nous pénétrons dans une futaie de hêtres élancés et parfaitement droits, toutefois même en ce lieu de sylviculture maîtrisée, il est possible d’observer quelques bizarreries comme ce hêtre malingre porteur d’une loupe et d’une étrange tête de serpent cornu.

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (6)Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (7)

Le parcours se prolonge sur les pistes forestières longeant le versant Est des gorges. Arrivé au pont d’Amubi, nous basculons sur le versant Ouest des gorges et c’est à l’approche du « hameau » (une seul maison) d’Uztarbia que nous faisons une nouvelle rencontre arboricole.

Parmi un petit groupe de hêtres têtards poussant sur la pente au-dessus du chemin, deux se distinguent, un gros spécimen en chandelier qui a perdu comme souvent une charpentière faute d’avoir été taillé depuis plusieurs décennies.

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (19)Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (15)

Et le second, plus étonnant avec son tronc court et horizontal, pourvu d’une énorme excroissance d’où se développe de puissants rejets verticaux, et sur la face inférieur un entrelac de branches et de stalactites de bois.

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (8)

Un cas d’école pour qui voudrait étudier le phénomène d’anastomose!

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (9)Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (10) Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (14)Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (11)

On sent que la vie n’a pas été simple pour ce fayard, d’autant qu’il porte sur son tronc un fardeau supplémentaire, un rocher est venu y finir sa course.

Il est probable que ce développement insolite est le fruit de plusieurs facteurs dont la taille en trogne, le broutage des jeunes pousses par les brebis et les aléas climatiques…

Hêtres de Larrau, Pyrénées Atlantiques Yannick Morhan (16)En tout cas, il valait bien les quelques écorchures dans les ronces, et deux ou trois glissades dans les cailloux qu’il a fallut pour l’atteindre!

La fin du parcours n’a été ponctuée que par la découverte d’un arbre-affût, sur lequel un chasseur intrépide a appuyé une échelle artisanale de conception plus que douteuse!

A noter enfin, pour ceux qui ne sont pas motivés par 4 ou 5 h de marche, les trois derniers arbres sont accessibles en voiture via la piste menant à Uztarbia, qui permet de profiter de panoramas remarquables…

Localiser sur la carte approximativement la premières séries d’arbres (ici), et second duo ()

Share Button

6 réflexions au sujet de « De vieux hêtres à Larrau, Pyrénées-Atlantiques »

  1. Merci, ça faisait un moment que j’avais envie de le faire, mais parfois on ne sait plus par quoi commencer! Quand je revoit ces photos, je me dit qu’il y a encore des trésors arboricoles au Pays Basque, car je n’ai pas vraiment eu à chercher pour trouver de beaux sujets…

  2. Un pays étrange peuplé ça et là par des êtres qui le sont encore plus !!

    – – –
    Quelques nouveautés, si l’on peut utiliser le terme, en provenance d’outre Manche :

    Une superbe aubépine
    http://www.monumentaltrees.com/fr/gbr/angleterre/westsussex/7472_constableroadtilgate/15106/

    Un vénérable sorbier
    http://www.monumentaltrees.com/fr/gbr/ecosse/inverness/7627_roughpasturenearknappach/

    Et une allée d’Araucarias, dont le plus imposant fait 3,61 m de tour pour 28,5 m.
    http://www.monumentaltrees.com/fr/photos/26073/

    • Je ne comprend pas que tu passes toujours en indésirable quand tu mets beaucoup de lien!
      Autrement il faut avouer une fois de plus que nos amis anglais sont particulièrement bien pourvus, ces arbres ont incroyable!
      J’ai rencontré Ted Green ancien gestionnaire du parc de Windsor et Jill Buttler du Woodland trust qui s’occupent du ancient tree forum, les chiffres sont éloquents, plus de 100000arbres inventoriés (pas forcément que des gros…) et ils trouvent encore chaque mois des sujets, notamment des chênes de plus de 7 ou 8 m.
      Plus de précisions dans un prochain article de Mickaël ou de moi…
      Ces infos feront l’objet d’un article.

  3. Je voudrais revenir sur le hêtre géant d’Holçarté (Larrau, 64) ; peut-être est-ce celui qui a été photographié dans un pdf de l’IGN intitulé  »IGN-Résultats d’Inventaire Forestier-Méthodologie. Pour bien comprendre les résultats publiés. 2011-2015 » et qu’on trouve à l’adresse internet suivante : inventaire-forestier.ign.fr/ocre-gp/docs/methodologie.pdf.
    J’insiste sur le fait que l’info sur ses 53 m et sur la hauteur ( »plus de 50 m et moins de 53 ») du sapin pectiné voisin, m’a été donnée au téléphone par le responsable de l’ONF du secteur en personne, il y a une dizaine d’années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.