Le hêtre de la bergerie de Tatarala, Venaco, Haute-Corse

C’est Yves Maccagno qui nous avait fait découvrir, chez le Krapo (ici) ce fantastique hêtre corse. Véritable aimant à dendrophile, il figurait en tête de liste des arbres à visiter lors mon séjour sur l’île de Beauté en 2012.

Hêtre de Tatarella, Venaco, Haute Corse, Yannick Morhan (21)Le trouver est relativement simple depuis Venaco en empruntant un chemin de randonnée, sauf lorsque, comme nous, vous vous trompez de sentier…

Cette petite erreur d’aiguillage, qui nous a valu trois heures de marche supplémentaires, n’aura malgré tout pas été sans intérêt, puisqu’elle nous a permis de découvrir un autre gisement d’arbres.

En effet quelques vieux châtaigniers jalonnent le début du sentier, puis lorsqu’il devient difficilement praticable, une belle série de hêtres têtards accrochés dans les éboulis vient récompenser nos efforts.

Un spécimen, qui malgré la disparition d’une partie de son tronc, reste de belle dimension, est assurément le doyen des lieux.

Je n’avais malheureusement pas de décamètre pour le mesurer…

Hêtres, Venaco, Haute Corse, Yannick Morhan (9)

De retour à notre point de départ nous avons cette fois-ci pris le bon sentier qui démarre à quelques dizaines de mètres du précédent.

Nour rejoignons la bergerie de Tatarella en trois quarts d’heure comme annoncé…

Le lieu est enchanteur!

Tout y est pour passer une retraite paisible, une bergerie habitable (et habitée, je les envie!), une source d’eau pure et un superbe ensemble de hêtres têtards aux formes variées avec en chef le vénérable de Tatarella!

Hêtre de Tatarella, Venaco, Haute Corse, Yannick Morhan 30

Impossible de ne pas être émerveillé par ce colosse!

Ancien têtard, il a repris sa liberté, et c’est peu dire, car son envergure est d’environ 23 m!

Hêtre de Tatarella, Venaco, Haute Corse, Yannick Morhan (28)Hêtre de Tatarella, Venaco, Haute Corse, Yannick Morhan (31)

Hêtre de Tatarella, Venaco, Haute Corse, Yannick Morhan (24)

Son tronc est étrangement boursouflé sur une face et sa circonférence, mesurée de façon approximative, est de 8.50 m minimum!

C’est à coup sur le hêtre le plus extraordinaire qu’il m’ait été donné de rencontrer, tant par sa beauté que ses dimensions!

C’est à regret qu’il nous a fallu quitter les lieux après s’être rafraichi à la source.

Au moment de repartir, j’ai appris qu’à proximité, sur le sentier botanique de Saint Pierre de Venaco, d’autres arbres d’intérêt méritaient une visite, notamment un chêne vert ainsi que des châtaigniers considéré pour l’un comme millénaire (plus d’infos ici).

Une excellente raison pour retourner fureter dans ces superbes paysages!

Share Button

7 réflexions sur « Le hêtre de la bergerie de Tatarala, Venaco, Haute-Corse »

  1. Quel ensemble magnifique, un vrai plaisir à voir!
    En plus du doyen de Tatarella, j’aime beaucoup (entre autres ) le têtard dont le tronc est adossé à son grand rocher plat.
    Corse, paradis des arbres !

  2. Il est vraiment extraordinaire !
    Il mérite à lui seul une catégorie spéciale : « Hêtre colosse ».

    Ce n’est pas courant non plus d’avoir des châtaigniers vénérables et des hêtres énormes qui cohabitent sur la même tranche d’altitude.

    Son âge ne doit pas être facile à estimer avec son côté têtard et sa position isolée ? certains ont avancé une estimation ? 500 ans ce serait possible ?

    tant de trésors chez nos amis corses… vraiment une terre bénie des dieux !

  3. Une pure merveille !!
    Tant l’île que ses arbres.
    Pour y avoir été qu’une seule fois, je dirai que ce territoire est un paradis du vieux bois sous toutes ses facettes.
    – – –
    Difficile de l’estimer, mais la chose que je sais c’est que le record pour pour un hêtre commun est de 570 ans pour un sujet vivant à limite des niveaux d’altitude pour l’espèce. Ici on a bel et bien un ancien têtard et il est évident que cela lui rajoute des décennies par rapport à un port libre, mais il a pu bénéficier longtemps d’un large houppier et un certain temps au moins, d’une absence de concurrence, donc je ne suis pas sûr pour le cap des 500 ans, mais le situer au delà de 350, serait plus judicieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.