Les géants de la vallée du Léguer, Côtes d’armor

La Bretagne n’est pas réputée pour la hauteur de ses arbres. Les vents, parfois très soutenus, ne permettent pas à nos arbres d’atteindre les records de l’est de la France. Pourtant, à la faveur de station fertile et abritée, certains conifères donnent le vertige. C’est le cas de plusieurs géants qui poussent dans la vallée du Léguer, à l’ouest des Côtes d’Armor.

vallée des papeteries (1)

Douglas de la vallée des Papeteries

Le premier est un sapin pectiné qui se situe à l’entrée d’un ancien site industriel réhabilité: la vallée des Papeteries. Voilà plusieurs années que j’avais repéré sa cime élancée. La mesure, réalisée cet hiver au dendromètre Suunto, confirme l’impression ressentie : 40 m de hauteur totale pour 3,5 m de circonférence. Alors bien sûr, l’arbre se situe un cran en dessous des records nationaux comme le Sapin Président de la forêt de la Joux dans le Jura mais pour la Bretagne, pas de doute il s’agit d’un géant.

vallée des papeteries (2)

Cime du sapin pectiné dominant l’ancien site industriel

vallée des papeteries (7)

Sapin pectiné

vallée des papeteries (3)

vallée des papeteries (4)

Douglas de la vallée des Papeteries

A quelques centaines de mètres du sapin, sur la rive droite, un groupe de douglas situé entre la vallée et la RD33, interpelle également. La cime la plus élancée culmine à près de 41 m pour 2,8 m de circonférence. Bien qu’ils soient 25 m au dessous du record national décrit par notre Castor préféré, ils rentrent, eux aussi, dans la catégorie des géants de Bretagne.

 

 

Un peu plus au nord, en forêt domaniale de Coat an Noz, un autre douglas avait été repéré, de longue date, par  Guy. Nous l’avions mesuré, début 2013, à 40 m de hauteur et 4,5 m de circonférence. Il est âgé d’environ 90 ans.

douglas coat an noz h40 C4,5 (16) - Copie

Douglas en forêt domaniale de Coat an noz

Enfin, je ne pouvais terminer ce tour d’horizon des hypérions de la vallée du Léguer sans mentionner le magnifique pin de Monterey du château de Kergrist. Il est le point d’orgue d’un parc paysager à la française qui surplombe la vallée du Léguer.  L’arbre, planté vers 1880 lors de la création du jardin, est l’un des premiers de l’espèce introduits en Bretagne. Il mesure 41 m de hauteur pour 5 m de circonférence. C’est à mon avis un record de hauteur pour l’espèce en France.

DSCN1416_redimensionner

Pin de Monterey dans le parc du château de Kergrist

 

 

Share Button

5 réflexions au sujet de « Les géants de la vallée du Léguer, Côtes d’armor »

  1. Joli recensement de quelques géants Costarmoricains.
    Je pense que les Douglas vont grandir encore ?
    Le pin de Monterey que je ne connaissais pas, est lui, un champion !

  2. C’est vrai que le pin est impressionnant parce que l’on a un peu de recul mais les douglas sont également pas mal du tout. Comme le disait le Castor masqué dans ses commentaires sur les douglas de Renaison, on peut être parfois déçu par l’impression de hauteur et dans un environnement boisé on ne se rend pas trop compte de la hauteur.

    En tous les cas, je suis d’accord avec toi Guy, les douglas ont encore un beau potentiel. Surtout celui de Coat an noz qui est en situation très abritée. Rendez vous dans une dizaine d’années pour vérifier à nouveau leur hauteur…

    Castor, pour info, ma belle soeur est originaire d’un village voisin de Renaison et je n’étais pas peu fier de lui présenter ton article sur les douglas qu’elles ne connaissaient pas 🙂

  3. Super brochette d’hypérions bretons !!!

    Vous avez déjà une majorité des records de circonférence en Bretagne, vous n’allez pas avoir aussi les records de hauteur, non mais !

    Le pin de Monterey est très impressionnant, c’est une espèce que je rencontre rarement, il lui faut vraiment la douceur de l’Atlantique pour qu’il fasse des merveilles.
    Mais c’est surtout le douglas de 4,5m de circonférence pour seulement 90 ans qui me fait halluciner. C’est 4,50m environ ou c’est vraiment sa mesure précise ? Parce que à ce stade chaque cm compte, on avoisine le record national pour du Douglas… Et en plus il est en conditions forestières et non dans un parc.
    Une découverte ultra-remarquable !

    —————————————-
    C’est vrai que le douglas de Renaison sont peu connus mais régionalement. Et j’avoue que si j’étais passé à côté sans savoir qu’ils étaient si haut, je n’aurai pas eu l’idée de les mesurer. On est plus impressionné par des gros arbres que par des hauteurs vertigineuses qui sont difficiles à évaluer sans mesures précises.

    Je suis passé cette semaine mesurer les concurrents directs de Renaison : les douglas de Claveisolles dans le Beaujolais qui étaient aussi annoncés depuis plusieurs années à 60m de haut. Je n’en dis pas plus pour ne pas casser le suspens, un prochain article vous dévoilera si Renaison conserve son titre de plus hauts arbres de France…

    Bon WE à tous 🙂

  4. Annonce de dernier instant, dendro-nécrologie :

    « CRECY-EN-PONTHIEU (80) Deux arbres remarquables abattus

    Publié le 10/03/2015

    Courrier picard
    Réagir

    Des spécimens de la forêt de Crécy ont été classés Arbres remarquables (un label national) lors d’un recensement effectué entre 1906 et 1911 par les forestiers.« Pour leur dimension, leur histoire ou les légendes qui leur sont attachées ». Deux d’entre eux vont bientôt disparaître car malades et dangereux : les Frères ennemis. Un chêne et un hêtre, âgés d’environ 250 ans dont les troncs s’enchevêtrent. Ils ont été baptisés ainsi en raison de leur caractère totalement opposé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.