Le monumental poirier de Keranfaro, Taulé, Finistère

poirier de Taule keranfaro C3.1 redim (1)Au nord du Finistère, la ceinture dorée léonarde est réputée, de longue date, pour sa production légumière. Grâce au climat très doux et à la richesse du sol, des générations de paysans ont développé une culture maraîchère très variée: artichaut, échalote, chou fleur… Au pays des légumes, les fruits ne sont pas légions car les arbres ne sont pas très populaires. Leur fruit et feuillage n’ont en effet pas la réputation de bien cohabiter avec les cultures légumières. Aussi lorsque l’on croise, au cœur de ce paysage du Haut-Léon, un poirier monumental, la rencontre n’en est que plus remarquable.

L’arbre se situe en bordure d’un corps de ferme au lieu dit Keranfaro sur la commune de Taulé. Il possède une circonférence record mesurée, à l’automne 2014, à 3,1 m. En consultant la base de données monumental trees, je me suis rendu compte qu’il rejoignait le club privé des cinq poiriers les plus colossaux de France.

Le poirier serait sans doute resté inaperçu si une association de jeunes n’avait pas organisé un concours des arbres les plus remarquables de la commune. Par la suite, le poirier a été révélé et répertorié, depuis, au niveau régional. Pour l’anecdote, j’ai rencontré le propriétaire à l’automne dernier et il ne m’a pas cru lorsque je lui ai dit que son arbre était l’un des poiriers les plus colossaux de France. Il n’a également pas su m’indiquer sa variété.

poirier de Taule keranfaro C3.1 redim (4)

Une des originalités de ce poirier est son port très trapu (« à la léonarde ») qui le distingue de ses congénères beaucoup plus élancés du domfrontais ou de l’est de la Bretagne. L’arbre ne mesure en effet guère plus de 10 m de hauteur.

Comme souvent chez les poiriers, le tronc est complètement vrillé. L’arbre tourne vers la droite. Ce caractère dextrogyre vérifie la théorie révélée par J.C. EARLE. Il semble en effet que les arbres ont en général une couronne plus développée du côté face au soleil (le côté sud dans l’hémisphère nord). Cette assymétrie combinée avec les vents d’ouest dominants produisent plus facilement des spirales vers la droite dans l’hémisphère nord et inversement dans l’hémisphère sud. Attention, cela ne se vérifie pas à tous les coups !

poirier de Taule keranfaro C3.1 redim (9)

Mais au delà des dimensions et de sa forme, le plus extraordinaire chez ce poirier est son écorce. On retrouve sur ce spécimen un rhytidome en quadrilatères (assez typique pour l’espèce) qui, au fil des années, a accumulé un nombre incalculable de fines couches. Ce feuilleté d’écorce centenaire est tout simplement fabuleux. Je vous laisse découvrir, à travers quelques photos, ce rhytidome original qui lorsque la lumière du soleil est rasante, offre un paysage fantastique.

poirier de Taule keranfaro C3.1 redim (8) poirier de Taule keranfaro C3.1 redim (2)

poirier de Taule keranfaro C3.1 redim (7) poirier de Taule keranfaro C3.1 redim (5)

 

Share Button

15 réflexions au sujet de « Le monumental poirier de Keranfaro, Taulé, Finistère »

  1. Tout simplement fantastique ce vieux poirier, il va plaire à Sisley!

    Effectivement le port est bien plus trapu que les spécimens de l’est breton, à ce sujet il me semble avoir mesuré un restant de poirier ruiné (c’est dire s’il n’en restait pas grand chose), à Pipriac qui faisait 3.20 m, mais ça date de plus de 15 ans, et il ne doit plus exister.
    Il me reste un spécimen à mesurer du côté de Plélan le Grand, un peu dépérissant, mais je ne crois pas qu’il fera de l’ombre à ton spécimen!

  2. Le qualificatif « monumental » lui convient tout à fait !
    ce fabuleux poirier torsadé à souhait et à l’écorce si particulière est d’une beauté remarquable.
    La 1ère photo est absolument sublime, bravo Mickaël 🙂
    Je ne connaissais pas cette théorie de spirale vers la droite, je ne manquerai pas vérifier si elle s’applique aussi dans le Alpes.

  3. Bonjour Mickël,
    Superbe, il parait même plus gros que ce que tu annonces. Peut-être est_ce dû à la perspective de la personne en retrait. A quelle hauteur as-tu pris ta mesure? Il serait intéressant de l’avoir à 1,5o m pour pouvoir comparer avec celles de Monumental tree. Son ôté vrillé me rappelle celui que Sisley avait trouvé dans la Drôme:
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/02/01/poirier-des-avondrons-boulc-drome/

  4. Merci
    En fait il avait été mesuré à 3.25 m lors du recensement régional. La circonférence que j’ai mesurée a été prise un peu en dessous du renflement. Donc je pense qu’à 3.25 m on est proche d’une mesure à 1,5m du sol.

    Pour les photos, j’étais avec Guy ce jour là (on le reconnait sur une des photos) et il pleuvait des cordes lorsque l’on est arrivé. On a attendu sagement dans la voiture. Lorsque la pluie a cessé, on a vu cet arc en ciel apparaître avec un ciel de traîne. Vous devinerez alors que nous ne sommes pas restés une seconde de plus dans la voiture…

    Pour la théorie d’Earle concernant les arbres vrillés, je l’aime bien (même si elle ne se vérifie pas à tous les coups). Elle est peu connue et change d’autres hypothèses comme celle de Mattheck. Mais le phénomène est mal connu et mériterait peut être un article…

  5. Très intéressant comme spécimen !

    Si par chez vous, cette dimension est peu ordinaire, dans l’est cela devient plus courant, mais une chose est sûr, cet exemplaire possède un certain âge et effectivement au delà de 3 m de circonférence, à mon sens un poirier devient remarquable.

  6. Bonsoir, je suis l’heureux propriétaire d’un poirier dont la circonférence est de 2m90 au pied et de 2m40 à 1 mètre du sol. Comme celui de TAULE il est vrillé vers la droite. Pour la hauteur, je pense qu’il avoisine les 10- 12 mètres.
    Une petite question cependant, faut -il le tailler car beaucoup de branches semblent mourir.
    Pour info j’habite dans les Côtes d’Armor du côté de PAIMPOL.

    • Une chance d’avoir un aussi gros spécimen chez vous!
      Avant toute chose, il est intéressant de tenter de déterminer les causes du dépérissement, qui bien souvent sont à rechercher du côté du sol (manque d’eau, champignons pathogènes sur les racines, tassement du sol, ablation de racines, etc…)
      Ensuite il vous faudra essayer d’améliorer les conditions de vie de votre arbre (exemple apport de mulch…).
      Une taille n’est pas forcément obligatoire, toutefois selon les cas et les objectifs (esthétique, sécuritaires ou sanitaires) elle s’imposera ou non…
      Dans la plupart des cas, il vaut mieux ne rien faire si l’on ne maitrise pas les techniques de taille.
      Un mauvais élagage peut avoir des conséquences désastreuses pour la survie de l’arbre, je ne peux que vous conseiller de demander l’avis d’un arboriste-grimpeur qualifié, au besoin vous pouvez me contacter via la page de contact (éventuellement m’envoyer une photo).
      http://lestetardsarboricoles.fr/wordpress/contact/

  7. méfiance avec les soi-disant mesures… on a souvent de drôles de surprises 😉
    et il est spiralé vers la gauche ou la droite ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.