La treille de Lignan, Arbois, Jura

L’an dernier, j’ai eu l’occasion de faire un séjour en Franche-Comté. Au programme, quelques tilleuls colosses et des sapins présidents connus et reconnus.

Entre deux célébrités arboricoles, se sont intercalées (heureusement) quelques rencontres impromptues dont une avec cette vénérable liane.

Vigne d'Arbois, Franche Comté, Yannick Morhan (43)Le hasard et le propriétaire du camping de la ferme des Nouvelles à Arbois ont guidé mes pas au pied de cette treille connue sous le nom de « treille de Lignan ».

Vigne d'Arbois, Franche Comté, Yannick Morhan (42)Vigne d'Arbois, Franche Comté, Yannick Morhan (39)

Vigne d'Arbois, Franche Comté, Yannick Morhan (29)Un panneau indique qu’elle a été plantée en 1854 par un vigneron, Zénon Morin.

Bien que située dans la cité arboisienne (Rue jean Jaurès), très connue entre autres pour ses vins jaunes et ses vins de paille, et comme sa situation et son nom le laissent supposer, ce n’est pas un cépage destiné à l’élaboration du vin mais un raisin de table précoce, le « lignan blanc « .

C’est une variété originaire d’Italie du Nord qui est cultivée en France depuis au moins 1838 (source Pépin’Hier).

Avec ses 161 ans passés, cette vigne pourrait donc bien être la doyenne de sa variété en France, et est certainement dans le haut du classement des plus anciens ceps français (toutes variétés confondues) avec ses confrères (ici et) des coteaux de Saint Mont dans le Gers qui approcheraient pour certains les 200 ans! D’autres vignes « pré-phylloxériques » sont signalées en Champagne à la « Maison Bollinger » et dans le Médoc avec le clos Manou 1850.

Pour info, le plus vieux cep au monde se trouverait à Maribor en Slovenie, et aurait 400 ans (ici)!

Le sujet mériterait d’être approfondi, si des lecteurs ont des informations sur le sujet, je serais très intéressé..!

On peut s’étonner que certains ceps et certaines portions de vignobles aient échappé à ce minuscule puceron qu’est le phylloxéra qui a commencé à sévir en France vers 1863. Cela s’expliquerait par la nature du sol (sablonneux) défavorable à la redoutable bestiole, et certainement, dans le cas de cette treille, à son relatif isolement (à l’image de certains ormes).

D’un point de vue dimensions, le tronc de ce cep mesure 1.01 m au plus fin (au niveau de l’appui de fenêtre et 1.24 m à environ 30 cm du sol (en 2014). Cette dernière mesure est intéressante car plus haut des portions du tronc ont disparu.

Le palissage s’étend sur une bonne dizaine de mètres.

L’ensemble est du plus bel effet, le vert du feuillage et les nombreuses nuances de gris du tronc s’accordant parfaitement avec le bâtiment!

Aujourd’hui, cette treille est toujours entre de bonnes mains, puisque ce sont les employés du Domaine Jacques Tissot  (ici) qui la bichonnent. D’ailleurs, je tiens à remercier Mr Tissot qui a pris le temps de me rappeler pour me fournir quelques renseignements qui me manquaient.

La visite arboricole dans Arbois peut se prolonger 2 rue des Fossés à la  Fruitière Vinicole d’Arbois (Château Béthanie), avec un séquoia de 6.88 m (2014) (voir l’article chez séquoia.eu ici.)

Séquoia d'Arbois, Franche Comté, Yannick Morhan (26)Et aussi promenade des Tiercelines, avec le tilleul « Georges Pompidou », enfin c’est à cet illustre personnage qu’il me fait penser sur la première photo (ressemblance moins évidente sur la deuxième photo, je vous l’accorde!).

Tilleul d'Arbois, Franche Comté, Yannick Morhan (21)georges pompidouTilleul d'Arbois, Franche Comté, Yannick Morhan (23)

Bien sur, au passage ne pas oublier de faire quelques dégustations de vins et fromages!

Share Button

7 réflexions au sujet de « La treille de Lignan, Arbois, Jura »

  1. beau reportage qui nous change de nos vedettes arboricoles habituelles.
    Je n’imaginais pas que des ceps de vignes pouvaient être multicentenaire.

    ll fallait oser tout de même faire un article sur un pied de vigne alors que tu étais au pays des sapins présidents 🙂
    Le challenge est réussi et l’article très plaisant à lire… je serai même tenté de dire un article tout à fait « gouleyant » !
    -:)

  2. en revanche pour la vision du profil de Pompidou… là je suis beaucoup plus mitigé… mais peut-être après la visite de quelques caves d’Arbois la ressemblance est plus frappante, je dis pas 😉

  3. Merci Castor, c’est article que j’avais laissé en standby depuis un moment!
    Autrement il est vrai que ça nous change un peu! J’aime bien aussi les glycines et surtout les lierres qui arrivent à de belles dimensions mais auquel on porte peu de considération.
    .
    Pour la vision du profil, c’est la première idée qui m’est venue lorsque je l’ai vu, et pourtant je jure ne pas avoir abusé de vin jaune, qui soit dit en passant est un peu sec!

  4. Enorme! Mais où fini la légende et où commence la réalité? Je viens de survoler un article qui indique que Pausanias a écrit sur la culture de la vigne, de là dire qu’il y a une vigne contemporaine de son époque il n’y a qu’un pas (à moins qu’il ai une autre histoire sur ce cep?)…
    Un chose est sur ma treille est battue à plat de couture!

    Pour le soucis avec wordpress, cela s’est résolu tout seul, le lendemain tout était revenu à la normale. Gros soulagement!

  5. Traduction (google) d’un article sur cette vigne (si tu en a un mieux envoie le!)

    « Un monument naturel vivant, à 100 mètres de long et âgé d’environ 3,000 années, même germe est la preuve de la célèbre production de vin et de la viticulture grecque provenant de l’antiquité.
    Le « Klima Pausanias » est situé dans le village Sella Pangratiou (56 chlm.tis itinéraire Tripoli-Kalavryta, à la frontière des préfectures Arcadia-Achaïe.

    Le « Klima » appartient botanique à l’espèce Vitis Vinifera Siluestris, vigne sauvage, à partir de laquelle ont évolué sous-espèce Vitis Vinifera Sativa, dont dérivent les variétés de vigne cultivées actuelles.
    O voyageur célèbre Pausanias au printemps 172 AD a visité la région pour déterminer si elle était vraie la rumeur qu’il avait entendu dire que la truite de rivière Aroaneio chantait comme le muguet oiseau.

    Pausanias, dans son livre « Arcadia » dit situé près de cette rivière jusqu’au coucher du soleil, a vu en effet la truite mais l’entendre de ne pas parler.

    En fin de compte, ce qui est probablement arrivé que quelqu’un gourmand, ravis de la truite, dit Pausanias que gazouillis de goût!

    Selon la tradition donc située au-dessus du sol à proximité de l’endroit où il est aujourd’hui Klima, il semble que cherchait l’ombre et les villageois, l’paratithontas repas organisé avec la truite et lui offrir de l’eau de la source à proximité.
    La taille et la croissance de Klima, il a été impressionné et a recommandé aux habitants de regarder et de prendre soin.

    Il est à noter que le corps était beaucoup plus grande, mais pendant l’occupation, les Allemands vainqueurs, selon les témoignages de résidents, couper un morceau de son tronc.

    Après effets de l’Association Pagkratioton Kalavryta, le «Saint Jean le Théologien, » qui traite de la maintenance, Klima Pausanias a été déclarée monument de la nature.
    Mythes reliant « Klima Pausanias ‘avec le travail d’Hercule, qui a chassé le cerf et chrysokero kerynitida atteint Klima qui intrigua ses cerfs de cheveux longs et son arrêté et à partir de là a émergé le nom de la position » Kynigari « . »

  6. bonjour

    Magnifique reportage… une petite information supplémentaire mon grand-père Pépé Marius, M. Oudot Marius a entretenu cette vigne durant très très longtemps…dès son arrivée dans une maison rue Jean Jaurès …la maison est restée dans notre famille … résidence secondaire… et je pense un jour demander au Domaine Jacques Tissot de faire apparaitre le nom de mon grand père qui a passé au moins 40 ans à entretenir cette treille… j’ai même souvenir d’avoir sulfater la vigne avec mon grand père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.