Le peuplier noir « la Pouplie » de Boult-sur-Suippe, Marne

Les articles de Yanick [1][2] m’ayant mis l’eau à la bouche, j’avais envie d’aller à la rencontre d’un peuplier colosse depuis un bon moment.

Peuplier noir la pouplie Boult-sur-Suippe, Marne, Yannick Morhan (10)

De passage près de Reims cet été, j’ai enfin pu me rendre au pied d’un spécimen de Populus nigra nommé  « la Pouplie ». Et bien qu’ayant déjà été présenté chez le Krapo [3] et monumentaltrees [4], je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager cette rencontre car elle m’a particulièrement impressionnée!

Peuplier noir la pouplie Boult-sur-Suippe, Marne, Yannick Morhan (1)Peuplier noir la pouplie Boult-sur-Suippe, Marne, Yannick Morhan (4)

Ce colosse est situé rue du canal,dans le village Boult-sur-Suippe. Sa présence au sein d’une zone habitée semble quelque peu incongrue, tant son gabarit est disproportionné face aux habitations toute proches.

Peuplier noir la pouplie Boult-sur-Suippe, Marne, Yannick Morhan (3)Le tronc a une circonférence de 9.30 m environ à 1.30 m (9.90 m à 1 m) (9,45 m de tour à 1,50 m en 0ctobre 2016), il se prolonge sur au moins les 2/3 de la hauteur totale de l’arbre. C’est cette caractéristique associée à une écorce particulièrement épaisse et crevassée qui le rend aussi impressionnant.

L’envergure (de mémoire…) oscille entre 15 et 20 m. Je n’ai pas mesuré la hauteur, dans les différents articles elle est annoncée à 40 m, mais mon estimation est d’une trentaine de mètres (vérification faite elle est de 37,8 m en octobre 2016).

Peuplier noir la pouplie Boult-sur-Suippe, Marne, Yannick Morhan (7)Peuplier noir la pouplie Boult-sur-Suippe, Marne, Yannick Morhan (8)Peuplier noir la pouplie Boult-sur-Suippe, Marne, Yannick Morhan (2)

Visiblement la municipalité prend soin de son géant, elle lui a réservé une belle surface libre pour étendre ses racines et l’a fait expertisé (en 2007) et élagué (date inconnue). Un hauban a même été posé pour soutenir une charpentière.

Précautions nécessaires, puisque l’on peut constater la présence de quelques bois morts depuis l’intervention. Toutefois cela n’a rien d’étonnant ni d’alarmant pour un peuplier qui aurait environ 200 ans.

Je ne peux que conseiller aux amateurs d’arbres de lui rendre visite, d’autant qu’à une quarantaine de kilomètres de là se trouvent les faux de Verzy. Il y a donc de quoi faire une belle virée arboricole…

 

Mise à jour : le weekend du 15-16 septembre, des pétards on mis le feu à l’arbre, lors d’une fête de village. Extérieurement l’arbre ne présente que peu de dommage hormis cette grosse ouverture. À l’intérieur, il est difficile d’évaluer les dégâts. L’arbre risque d’être abattu, sans avoir subi une expertise.

Un tel arbre, monument naturel et historique, il a servi de poste d’observation durant la première guerre mondiale, mérite pourtant que l’on prenne toutes les mesures nécessaires à sa conservation.

Bravo à Mr et Mme Soriat qui tentent de sauver cet arbre.


Retrouvez le reportage sur la Pouplie vers 4 min 17.

 

Share Button

23 réflexions au sujet de « Le peuplier noir « la Pouplie » de Boult-sur-Suippe, Marne »

  1. Autre sujet, j’étais en forêt de Tronçais ce WE.
    J’ai constaté avec un petit pincement au cœur que le Stebbing semble rattrapé par son âge.
    En effet, il a pas mal de branches sèches aux extrémités alors que lors de ma précédente visite il était parfait…
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/11/14/chene-stebbing-foret-de-troncais-allier/
    Rien d’alarmant à court terme, mais la phase de sénescence semble avoir commencé… à plus de 350 ans c’est pas mal.

  2. Magnifique et les photos sont également très jolies et lui font honneur.
    « La Pouplie » c’est le nom du lieu-dit ou le nom local de ce peuplier ?
    Quand tu dis que la municipalité l’a fait expertiser, c’est pour quelle raison ?

    Bon, tu prends de l’avance avec ce peuplier de plus de 9m… Mon plus gros recensé ne fait que 7,75m et en plus c’est une ruine entrain de s’effondrer 🙁
    J’ajoute donc dans ma longue liste un nouvel objectif pour te détrôner sur ce domaine : un peuplier de 10m de tour… en bonne santé… c’est pas gagné 😉

    • Merci Castor, la pouplie est le nom donné à cet arbre, au point que lorsque j’ai demandé à un passant ou se trouvait le gros peuplier, il a eu un moment d’hésitation avant de comprendre de quoi je parlais!
      J’imagine que l’expertise visait à s’assurer que l’arbre ne présentait pas de gros risque pour les usagers, il est très proche des habitations, et il y a une école et une aire de jeu non loin…
      Il va être difficile de faire plus gros pour la France sans reprendre les arbres présentés par Yanick, qui dépassent les 10 m de tour (les peupliers…)!

  3. Le problème avec les peupliers colosses c’est leur dépérissement rapide. Au delà de 5-6m de circonférence (généralement plus de 100-150 ans), le peuplier commence à rapidement dépérir…
    Je suis surpris que « la Pouplie » paraisse en si bonne santé. As-tu une idée de son âge ?

    • Je n ‘ai pas d’évaluations d’âge, sur place je n’ai pas eu le temps de rencontrer qui que ce soit susceptible de m’informer.
      Mais j’ai rappelé la mairie, qui m’a seulement donné le nom et le téléphone d »un amateur d’histoire locale qui pourra peut-être le donner des informations (dès qu’il répondra à mes appels!!)

    • Il y a des trésors arboricoles, il y avait un voyage avec le groupe de l’ECTF (même que pour l’Espagne) je n’ai pas pu aller cette année dommage…
      Pour le lien je vais effectivement l’ajouter, mais j’ai une autre page en construction (depuis un moment!) pour le blog, avec plus de liens triés par pays,

  4. Bonjour à tous !

    Un arbre vraiment hors du commun, un puissance ressort de ce spécimen.
    Je l’ai visité ce matin, 9,45 m de tour à 1,50 m de hauteur et une taille de 37,8 m.
    Coté clôture, une partie du tronc est creux sur un mètre de largeur et environ 6 m de hauteur, l’écorce se détache par plaque. Je pense qu’il avait subi quelques dommages lors de la création de la petite voie.
    Sur le terrain situé derrière, la zone est en attente de construction de deux pavillons, mais les travaux ne pourront débuter qu’à partir de la disparition de l’arbre, soit un délai très aléatoire. J’espère qu’il n’y aura pas d’actions dommageables..
    Une riveraine m’a dit que la mairie va faire élaguer l’arbre de ses bois morts.

    • Merci pour ces nouvelles et ces mesures toutes fraîches et précises! J’espère que personne ne sera tenté de pousser la pouplie vers sa fin pour faire une opération immobilière.
      Voici un autre information en relation avec notre arbre, Mr Ducreux, un historien local, m’a fait parvenir ce document indiquant que cet arbre avait un prédécesseur géant sur la commune nommé l’arbre de la pouplière et qui a été abattu en 1850.

  5. Très intéressant commentaire sur la Pouplie.Native de Boult j’ai apprécié connaître la vie de ce colosse de 200 ans et de 37 m de haut .Merci. Pourquoi la Pouplie ?? Abréviation du nom peuplier en vieux François?? et pourquoi « La » alors que c’est un peuplier noir (masculin)??

    • Il se trouve que cette essence est dioïque, il y a des pieds mâles et des pieds femelles.
      Par contre je pencherais plutôt pour une appellation locale pas forcément en relation avec le fait que ce soit une femelle ou pas, d’ailleurs c’est une chose que l’on n’a pas déterminé.
      Dans le document que j’ai mis dans le précédent commentaire il est indiqué qu’un autre sujet était nommé la pouplière.

  6. « pouplie » est le nom donné au peuplier en patois local. L’expression est encore répandue chez les anciens, notamment dans le département voisin des Ardennes, qui est peut-être plus conservateur en matière de parler local. Ardennais, j’ai toujours entendu mes ancêtres employer le féminin pour ce mot, et j’ose avancer (ceci n’engage que moi!) que le genre attribué correspond à une essence secondaire, de moindre qualité, contrairement aux arbres nobles, fort prisés, tels que sont chêne, hêtre etc… eux, toujours au masculin dans le parler des paysans. A noter que le nom du village, Boult-sur Suippe, (comme Boult-aux-Bois-08) tire son origine du bouleau, du boule; la forme ancienne est Bou; Boul n’apparait qu’en 1236, puis Boux; le « l » ne se prononçait pas! la terminaison « lt » est moderne.
    Le saule et le noisetier étaient eux aussi au féminin : la saule, la core ou la caure pour le coudrier; ces termes sont restés dans le nom des villages ou des lieu-dits.

  7. J’ai été contacté par une habitante de Boult sur Suippe.
    Le peuplier noir géant de la commune
    http://lestetardsarboricoles.fr/wordpress/2015/08/18/le-peuplier-noir-la-pouplie-de-boult-sur-suippe-marne/
    est menacé d’abattage suite à un incendie. En effet, la mairie a donné son accord au propriétaire.
    Or à ce jour, aucune expertise ne prouve que l’incendie ai fragilisé l’arbre.
    Il nous faudrait de toute urgence empêcher l’abattage en mettant la pression sur la mairie. Puis il faudrait trouver un expert. Et qu’en fonction du résultat la mairie prenne une décision…

  8. Triste nouvelle… il vient s’ajouter à la longue liste des vénérables victimes du feu 🙁 🙁 🙁
    Connait-on l’origine de ce sinistre : criminel ou accidentel ?

    • Des enfants y auraient mis des pétards…
      Cet été c’est le chêne à la vierge de la Guerche de Bretagne qui a intégralement brûlée, un des plus remarquables, avec ses innombrables exvotos, arbres sacrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.