Le Bois des Pins d’Argelès-sur-Mer, Pyrénées-Orientales

Je n’avais pas prévu d’en faire un article, mais l’actualité du moment étant focalisée sur l’accueil des réfugiés politiques, il me semble que c’est l’occasion de revenir sur une période similaire de notre histoire. Vous allez découvrir comment un petit bois de pins a joué un rôle essentiel dans l’accueil de milliers de réfugiés.
bois-des-pins-argelès1bois-des-pins-argelès6

L’histoire s’est déroulée durant l’hiver 1939 en Méditerranée sur la côte catalane.
De l’autre côté des montagnes, l’Espagne vivait l’une des plus sombres périodes de son histoire. Des milliers de réfugiés républicains espagnols fuyaient la guerre civile et le terrible régime de Franco. En traversant les cols des Pyrénées, ils longeaient la côte rocheuse de Collioure avant d’arriver dans la plaine d’Argelès. Les autorités se sont vite retrouvées dépassé par le nombre incroyable de nouveaux arrivants. Le seul moyen de gérer cette arrivée massive d’hommes, de femmes et d’enfants démunis de tout fut d’installer des camps de fortune sur la vaste plage. C’était une solution d’urgence avant de gérer cette migration vers d’autres zones d’accueils en France.

C’est dans ce contexte bien particulier que la proximité d’un petit bois de pins jouera un rôle vital pour ces populations démunies. Il fournira du bois de chauffage pour cuisiner et du bois de construction pour consolider leur campement dans le sable, des éléments indispensables pour la survie de ces réfugiés.

A l’origine, « Le Bois des Pins » est issu d’une plantation en 1860 par l’administration des Eaux et Forêts pour assainir les zones marécageuses du littoral. Une démarche plutôt avant-gardiste pour la région. Il faudra attendre le milieu du XXème siècle pour que des mesures similaires soient prises dans d’autres zones du littoral languedocien.
bois-des-pins-argelès4

L’essence utilisée est le pin maritime. Un choix qui se justifie à l‘époque par la réussite des reboisements des Landes de Gascogne sur la Côte atlantique. Pourtant, je ne connais pas d’autres équivalents sur le littoral méditerranéen. Le pin pignon a été préféré plus tard pour reboiser les zones marécageuses du Languedoc (Leucate, Narbonne, Frontignan, Grande-Motte…).

C’était une véritable forêt au moment de sa création, bien plus vaste et dense qu’aujourd’hui.
Une coutume locale interdisait même aux jeunes filles « honnêtes » de s’égarer dans les taillis sous peine de voir leur réputation ruinée au village.
Puis au début du XXème siècle, cette forêt a donné un attrait supplémentaire aux touristes qui pouvaient profiter d’un peu de fraicheur en allant à la plage. Au début des années 30, c’est même dans ce bois que le 1er camping municipal de la région fut installé.
Mais c’est au moment des camps de réfugiés puis quelques années plus tard des troupes d’occupation, qui avaient besoin de bois pour les tranchées, que sa surface a fortement été réduite. Le petit maquis maritime se transforma en une futaie de pins.
Actuellement, Le Bois des Pins n’est composé que de 2500 arbres mais fait l’objet de tous les soins de la commune car il est devenu au fil du temps l’emblème de la Station balnéaire d’Argelès.
bois-des-pins-argelès2

Les vieux pins d’origine sont peu nombreux mais se repèrent facilement avec leurs troncs biscornus dus certainement à une provenance de graines peu sélectionnées (origine ?) et par la force du vent sur cette portion de littoral. Trois périodes de regarnis (1978, 1981 et 1984) ont été mis en œuvre pour assurer la pérennité du boisement. Ce sont 1500 pins (mélange de pins pignons et pins maritimes) qui ont été installés dans les trouées.

L’aspect dendrométrique du peuplement est secondaire car malgré leur âge élevé (155 ans maxi), aucun pin n’atteint 1m de diamètre à hauteur d’homme. La circonférence des plus gros avoisine 2,50m et la hauteur du boisement dépasse guère 20m.

bois-des-pins-argelès8bois-des-pins-argelès7

D’un point de vue écologique, on ne trouve pas (ou peu?) d’équivalent sur le littoral languedocien où d’autres essences ont été préférées pour assainir les zones lacustres.
Mais c’est surtout l’histoire de ce petit boisement durant la seconde guerre mondiale qui lui donne tout son caractère remarquable.

Share Button

2 réflexions au sujet de « Le Bois des Pins d’Argelès-sur-Mer, Pyrénées-Orientales »

  1. Intéressante histoire! Je suis étonné qu’il n’y ai pas des dimensions plus importantes, peut-être ne reste-t-il aucun arbre d’origine?
    Autrement j’ai une piste plus que prometteuse pour toi du côté de Limonest, le propriétaire d’un chêne d’environ 8 m m’a contacté!

  2. Les conditions de croissance sont très rudes dans ce sable du littoral. Avec en plus une longue période sécheresse et des vents violents assez fréquents, les croissances sont faibles et une bonne partie des arbres présents sont d’origine (les regarnis n’ont débuté que dans les années 70).

    Wahouu un chêne de 8m près de Lyon, il pourrait devenir le plus gros Quercus du sud-est de la France 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.