Hommage posthume à l’orme de Sully de Usson-du-Poitou

En fouillant sur internet, j’ai trouvé trois photos (voir dans la suite de l’article) représentant l’arrachage d’un gros arbre. Il était indiqué qu’elles avaient été prises dans la Vienne (vers Civaux), par Maurice Couvrat¹ photographe à Poitiers.

Orme Usson du Poitou, Vienne (1)

Une rapide recherche  d’images sur le fameux moteur de recherche m’a permis d’identifier l’arbre et la commune, il s’agissait de l’orme de Sully de Usson-du-Poitou.

usson-du-potouusson-du-potou-2

Cela m’a donné envie d’en savoir un peu plus sur ce vénérable disparu qui a marqué l’histoire de cette commune.

Heureusement une petite partie de sa longue histoire est relatée dans dans le livre Usson-du-Poitou au fil des siècles de Laurent Cogny et Béatrice Guyonnet . J’en ai recopier les quelques passages évoquant l’arbre (avec l’autorisation de Mme Guyonnet).

11 Août 1901 Le célèbre ormeau de Sully, planté probablement au XVIième  siècle, qui ornait autrefois la place de l’église à l’emplacement actuel du monument de 1870, donne des signes de fatigue.

« Le conseil municipal est d’avis qu’il soit recherché la manière la plus favorable pour remédier à la carie qui existe à une branche de l’orme planté sur la place de l’église et qu’une branche morte de cet arbre soit élaguée. » (Reg Délib. 1891-1912)

6 Novembre1901 pour colmater le trou laissé par l’ébranchement de l’arbre le conseil autorise  « à faire boucher au ciment la cicatrice existant » (Reg Délib. 1891-1912)

En novembre 1905, Monsieur Gendre, commerçant à Monplaisir de Montmorillon, offre d’acheter l’ormeau au prix de 450 francs; La municipalité refuse l’offre, « estimant qu’à aucun prix il ne voudrait faire abattre ce bel arbre, l’une sinon la première et principale curiosité de la commune ».(Reg Délib. 1891-1912,délibération du 12 novembre 1905)

Malgré l’attachement des Ussonnais à ce patrimoine naturel, l’ormeau de plus en plus endommagé et encombrant est arraché en mars 1939. « C’est un peu de la vie qui s’en va…mais c’était nécessaire puisque ce tronc très encombrant par ses racines émergeant de terre, gênait beaucoup pour nos foires qui se tiennent à cet endroit »

Orme Usson du Poitou, Vienne, Maurice Couvrat(6)

Les cantonniers mais aussi les récupérateurs de terre, s’activent autour du chantier. 19 mars 1939 « l’arbre est plus qu’à moitié dégarni, nos cantonniers se sont mis courageusement à l’œuvre, activés par les visites nombreuses des habitants, curieux de voir une mâchoire, un  crâne , un tibia sortant sous la pelle. Nombreux aussi sont les amateurs de jardinage qui arrivent de toute part, les uns avec une voiture, les autres avec une brouette, chercher du terreau pour renouveler leur jardin ou planter des fleurs. Cela ne manque pas de pittoresque » (A.P. Arlot, articles rédigé pour un journal par Madame Fumeron).

Orme Usson du Poitou, Vienne, Maurice Couvrat(5)Orme Usson du Poitou, Vienne, Maurice Couvrat(4)

La description de l’arrachage est parfaitement illustrée par les trois photos, et l’on imagine facilement l’ampleur du travail pour venir à bout d’un tel arbre et l’événement que cela représentait pour la commune. Il valait donc mieux réfléchir avant de se lancer dans une telle opération!

Je ne peux toutefois pas m’empêcher de faire le parallèle avec l’abattage récent des 46 platanes de Rouen, voir l’article ici, qui eux aussi ont été sacrifiés afin de faciliter le travail des forains! Toutefois, dans ce dernier cas, il n’y a même pas l’excuse d’un mauvais état sanitaire…

¹ Maurice Couvrat : photographe installé au 25 rue Carnot à Poitiers dans le milieu des années 1900 puis il vend son studio vers 1925 et photographie pour les grandes marques de cartes postales comme Combier à Macon. Décède en 1942 (Source Dr Gérard SImmat)

 

 

 

Share Button

4 réflexions au sujet de « Hommage posthume à l’orme de Sully de Usson-du-Poitou »

  1. Belle investigation Yannick pour retracer l’histoire de ce lointain Sully !
    Comme Tristan, vous êtes de véritables enquêteurs arboricoles 🙂 Ces cartes postales et photos anciennes sont vraiment une mine d’infos incroyables de nos villages au début XXème siècle.
    La véritable raison de l’arrachage reste tout de même assez flou. . ça commence par le souci de soigner une vilaine blessure sur l’arbre vedette du village pour finir 40 ans plus tard par son arrachage façon spectacle publique pour faire de la place aux forains… étrange 🙁

    ça me fait un peu penser à la disparition de l’orme de Poilhes (34) dans l’indifférence la plus totale des riverains…

    • Merci Castor!
      L’investigation n’est pas très poussée mais la fin de l’histoire de cet arbre me semblait intéressante, même si les raison de son abattage ne sont effectivement pas claires, adulé un jour renié l’autre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.