Le majestueux Ginkgo de l’hôpital de St Vallier, Drôme

Une étude menée en 1984 dans un hôpital de Pennsylvanie a prouvé scientifiquement que la simple vue d’un arbre depuis une chambre d’hôpital permettait une guérison plus rapide du malade.
Je ne connais pas les statistiques relevées à l’hôpital de campagne de St Vallier, mais il est évident que la présence  de ce majestueux ginkgo ne laisse personne indifférent (patients, visiteurs et personnel de l’établissement hospitalier).
Comment ne pas être subjugué par sa parure automnale qui illumine tous les bâtiments d’une somptueuse lumière d’or… presque divine ?
Un véritable enchantement depuis près de 200 ans ! 🙂 🙂 🙂

Le Ginkgo n’est visible qu’en pénétrant dans le centre hospitalier, après avoir franchi l’étroit tunnel. Et quelle surprise , il étale ses longues branches rectilignes (caractéristiques de l’espèce) dans tout l’espace de la petite cour intérieure !
Absolument impossible de le manquer ! Et c’est un arbre qui stimule tous les sens puisque qu’à la vue s’ajoute, en fin d’automne, l’odeur nauséabonde des fruits tombés au sol 😉

Il présente un joli tronc rectiligne sur 3m de hauteur avant de développer son large houppier. Aucun défaut de forme ne vient perturber la mesure de son impressionnant tour de taille.
En avril 2016, sa circonférence prise à 1,3m du sol est de 4,50m précisément. A 1,5m de hauteur, son tour de taille est de 4,49m et à la base du tronc de 4,87m.
Il a été mesuré en 1987 lors d’un inventaire départemental dont les résultats ont été publiés en partie dans la revue Les Etudes Drômoises. Sa circonférence faisait déjà un joli 4,10m. Cette valeur est intéressante car elle permet de calculer sa circonférence sur une longue période de croissance : 1,4 cm/an sur la circonférence. Une valeur plutôt faible et qui montre bien que le ginkgo, véritable fossile vivant, n’est pas un sprinter… et l’adage italien « chi va piano, va sano e va lontano ! », lui colle bien à l’écorce !
Sa hauteur totale est de 28m, ce qui est déjà élevé pour l’espèce qui n’a pas l’habitude de franchir la barre des 30m de haut.
Des ginkgos de ce gabarit sont très rares en France. C’est d’ailleurs le plus gros ginkgo recensé dans toute la région Auvergne – Rhône-Alpes… actuellement !
Il existe d’autres ginkgos plus imposants en France, mais ils présentent souvent de gros défauts de forme sur le tronc faussant la mesure de la circonférence (Ginkgos de la Place de La République à Strasbourg, celui du jardin botanique de Tours et de Chartres). Celui de la Bambouseraie d’Anduze reste en revanche l’une des plus belles références en matière de « Ginkgo colosse » en France avec un tronc bien rectiligne et ses 5,24m de tour de taille .
Chez nos voisins européens, les ginkgos vraiment impressionnants sont assez rares, à l’exception de ce très spectaculaire ginkgo italien près de Milan dont le tronc parfait mesure près de 6m de tour.
On reste bien éloigné de la physionomie des ginkgos millénaires de Chine et du Japon couverts de « chichis » , tel ce monument végétal de 12m de tour près de Tokyo.

Origine du ginkgo de St Vallier :

Les indices sont souvent bien maigres pour retrouver l’historique des vieux arbres.
Mais en remontant au début du XIXème siècle, à la belle époque des soyeux lyonnais, une piste intéressante mérite d’être explorée. Etienne Chartron était un négociant de St Vallier et propriétaire d’une filature à soie sur le site de l’ancien couvent des Picpus (nationalisé en 1791) et qui devint plus tard l’hôpital actuel. Il faisait du commerce avec l’Extrême Orient et disposait même d’un comptoir à Shanghai. Dans ce contexte, il aurait très bien pu recevoir un jeune plant de ginkgo lors d’un échange commercial.
Il est intéressant de préciser que de grands travaux d’extensions et d’aménagement de l’hôpital ont été entrepris au début des années 60. En observant la position actuelle du gingko, on s’aperçoit que tous ces travaux ont pris soin d’épargner cet arbre remarquable et d’en faire la pièce maîtresse de l’ensemble du centre hospitalier.

Il aurait donc près de 200 ans et son état de santé semble excellent. Il faut reconnaitre qu’il est rare de voir dépérir un ginkgo, l’espèce est particulièrement résistante aux parasites, insectes ravageurs et aux pollutions en tout genre.
A noter, juste une ancienne blessure sur le tronc qui parait bien cicatriser.

J’ai été surpris de découvrir l’incroyable biodiversité qui s’est installée sur son tronc et qui profite de l’écoulement de l’eau pluie depuis la couronne de branches. Des petites fougères, plantes grasses et mousses profitent de ces conditions humides pour pousser sur la face ombragée du tronc.

Rattaché aux Hôpitaux Drôme Nord, le petit centre hospitalier de St Vallier connait les difficultés actuelles des hôpitaux de campagne. Les menaces de fermeture dues à la concurrence des hôpitaux des grandes agglomérations sont toujours réelles et pèsent cruellement sur son avenir…
Dans une sinistre hypothèse de fermeture de l’hôpital, on est en mesure de se demander ce que deviendrait le plus beau ginkgo de la région ?
Alors, sauvons nos petits hôpitaux et… nos plus beaux arbres régionaux !


en juin 2016, une convention permettant de regrouper 9 établissements hospitaliers dans le GHT « Rhône-Vercors-Vivarais » redonne du poids à nos petits établissements de proximité.


Share Button

5 réflexions au sujet de « Le majestueux Ginkgo de l’hôpital de St Vallier, Drôme »

  1. Il est vraiment exceptionnel ! Voilà une essence qui se bonifie avec l’âge, dans sa jeunesse, je trouve son architecture assez quelconque. La maturité lui offre une belle prestance.

  2. Merci pour cet article. j’habite prés de St Vallier et n’avais jamais entendu parler de cet arbre! A mon prochain passage je ne manquerai pas de lui rendre une petite visite.
    Si vous êtres dans la région, je ne sais pas si vous connaissez bien Annonay, mais il y a quelques arbres qu valent le détour je pense: Le cyprès chauve devant les impôts, le platane prés de la gare routière, le frêne pleureur du parc Mignot, le platane d’orient de Déomas….

    • Je n’avais pas repéré d’arbres particulièrement remarquables dans le secteur d’Annonay, je note précieusement ces informations lors d’un prochain passage éventuel dans le secteur.
      Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.