L’eucalyptus monumental de Porto-Vecchio, Corse du Sud

Lors d’un voyage sur l’Île de Beauté, je suis tombé par hasard sur cet eucalyptus hors du commun. Après quelques recherches, j’ai pu constater que cet arbre a déjà été documenté par Georges FETERMAN qui le mentionne dans son livre « Arbres d’exception », ou encore par François BONNET qui lui consacre une double page dans son ouvrage « Monuments végétaux de France ».

Aucun article n’existant jusqu’alors sur le blog (y compris sur le « Krapo arboricole »), il est plus que temps de réparer cette injustice !

Le gigantisme exotique dans toute sa splendeur

Séquoia, cèdre et platane … Ces trois essences exotiques les plus connues en France se disputent des titres somptueux de ‘majesté’, ‘grandeur’ ou encore ‘monumentalité’. Pourtant, un Corse vous proposera certainement d’ajouter une quatrième espèce à cette liste : l’eucalyptus !

Dans le hameau de Sainte-Trinité, à Porto-Vecchio
(coordonnées : 41.627150, 9.291258), on peut admirer un colosse dont la largeur du tronc pourrait faire pâlir bien des platanes. Comme ces derniers, il est planté en bordure de route mais s’en distingue néanmoins par une belle écorce très colorée et de longues feuilles effilées pouvant atteindre 40 cm de long. Sa hauteur est d’environ 28 mètres, ce qui est peu pour cette essence australienne capable de dépasser les 100 mètres de hauteur dans son aire naturelle. Cet arbre est pourtant exceptionnel au vu de la circonférence du tronc et la largeur de la frondaison.

Verdict : 7,83 mètres de circonférence et 34 mètres d’envergure au plus large

La circonférence a été prise à 1m50 du sol au dessus d’un imposant bourrelet cicatriciel qui aurait faussé une mesure classique à 1m30 du sol. Il faut noter un bel empattement qui occupe plus de 8 m² au sol, ce qui nous amène à un périmètre de base de 10m80.

Sa frondaison considérable est surprenante dans un environnement totalement exposé aux vents. D’un autre côté, une situation sans aucune concurrence lui a permis de développer ses branches en largeur afin de capter le plus de lumière disponible. Heureusement, des haubans garantissent le maintien de cette exubérante frondaison qui occupe plus de 800 m². Avec de telles mensures, cet eucalyptus s’impose tout naturellement dans le paysage.

Je n’ai trouvé aucune information à propos de son âge, mais il est fort probable qu’il soit plus que centenaire. Ci-dessous, une photo aérienne prise en 1958 (source IGN Géoportail) nous permet d’observer notre arbre manifestement déjà bien développé.

A propos de l’eucalyptus

Pour un Français de métropole qui n’a jamais mis les pieds en Corse, il est difficile de concevoir que cette essence, rare sur le continent, puisse atteindre de telles dimensions. En réalité, l’eucalyptus est fragile, particulièrement en raison de sa sensibilité au gel et de ses importants besoins en eau. S’il lui arrive de pousser même dans le nord de l’Hexagone, sa croissance est fortement impactée par un climat qui lui est défavorable. En revanche, sur l’Île de Beauté, chaleur et humidité sont visiblement plus profitables à cet arbre qui peut atteindre des dimensions remarquables, comme le démontre notre protagoniste. A l’inverse, les platanes, dont les feuilles semblent brûlées par le sel des embruns y poussent beaucoup moins bien. Les séquoias sont quasi absents. Seuls les cèdres s’en sortent à peu près, et encore.

La raison du nombre important d’eucalyptus en Corse s’explique par une réponse au fléau d’une époque : le moustique. En effet, cette essence fut choisie au XIXème siècle pour sa croissance rapide, ses besoins hydriques élevés permettant d’assécher rapidement les zones humides et ses propriétés répulsives pour stopper la prolifération de ces milliers d’insectes, vecteurs du paludisme.

Voilà pourquoi l’île compte beaucoup d’eucalyptus, une essence qui fait désormais pleinement partie du paysage insulaire. Encore une fois, l’Arbre n’est pas un témoin, il est notre histoire !

Merci à Martine Rouquat pour la mise en forme de l’écriture

Share Button

13 réflexions sur « L’eucalyptus monumental de Porto-Vecchio, Corse du Sud »

    • Je dirais ‘Eucalyptus globulus’, du fait de ses longues feuilles, mais Georges Feterman le donne comme ‘Eucalyptus camaldulensis’ : le gomier rouge.

  1. ouah superbe specimen Aurélien !
    Merci pour la découverte.
    Dis donc le Castor Masqué comment t’as pu le rater celui-là ? c’est pourtant ton essence préférée il me semble 😉

  2. Merci Aurélien de nous faire découvrir cet eucalyptus exceptionnel 🙂 🙂 🙂
    Waouh quelle ramure !!!!!
    Je ne le connaissais qu’à travers le livre de Georges Fetermann sur les 500 arbres d’exception de France, je suis ravi que tu lui consacres un article sur notre blog 🙂
    Concernant l’espèce… globulus, camaldulensis… tellement difficile à déterminer parmi les plus de 500 espèces que comptent les eucalyptus.
    Les probabilités sont toutefois assez fortes pour que ce soit un camaldulensis, cette espèce a été largement utilisée pour les reboisements historiques des zones de marais en Corse, comme ça a été le cas à proximité avec le marais de Porto Vecchio. Les vieux eucalyptus corses que l’on trouve en bord de route viennent d’ailleurs des surplus de plantations réalisées pour assécher les marais.
    J’espère que tu as d’autres belles découvertes à nous présenter de ton voyage en corse, j’ai hâte ! 🙂

  3. Merci pour vos commentaires 🙂
    Oui pas facile de trancher entre les différentes espèces d’Eucalyptus, je comprends pourquoi la plupart des sujets remarquables en France où même ailleurs comportent la mention ‘sp.’ après Eucalyptus, ça permet de ne pas se tromper au moins !
    Merci Castor pour ces précisions. Effectivement j’ai aperçu d’autres beaux spécimens dans les marais aux abords de Porto-Vecchio. Ça mériterait une petite chasse arboricole 😉

    • Décidemment les alignements d’arbres n’ont pas la part belle cet automne, près de Nîmes c’est un alignement de platanes sur une nationale très fréquentée, qui a décroché le sursis (grâce au maire d’Aigues Vives et une forte mobilisation locale) contre la tronçonneuse administrative. Pourvu que ce ne soit pas reculer pour mieux tronçonner 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.