L’arbre de la Liberté de Dinan, Côtes d’armor

Dans un essai de 1794, l’abbé Grégoire considère que la plantation d’arbres de la Liberté fut l’un des symboles les plus marquants de Révolution française : « On vit dans toutes les communes des arbres magnifiques élever leurs têtes majestueuses et défier les tyrans : le nombre de ces arbres monte à plus de 60.000… » .

De ces plantations, il ne reste plus que très peu d’arbres révolutionnaires (voir l’histoire du chêne de Locquirec). La plupart d’entre eux furent arrachés en 1815, lors de la Restauration. A Dinan, une archive peu connue, du XVIII ème siècle, évoque ce symbole révolutionnaire.

arbre de la liberté à Dinan

Arbre de la Liberté, place du Champ – Source : Archives départementales des Côtes d’Armor mises en lumière par L.R. Vilbert

Il s’agit d’un plan de la place du Champ, dressé en l’an VI (1797 / 1798). On y visualise clairement, au centre, un arbre de la Liberté,  symbole du ralliement des citoyens et emblème du peuple libre.  A Dinan, on ne sait qui du chêne choisi pour sa robustesse, du peuplier évoquant le peuple (Populus en latin) ou du tilleul incarnant la justice furent retenus. Quelque soit l’essence, l’arbre révolutionnaire disparaît rapidement des plans. Dès 1811, il n’est plus représenté sur le cadastre. On y perçoit en revanche un mail d’arbres encore aujourd’hui présent.

cadastre 1811 redim

Cadastre de 1811 – Source : archives municipales

Quelques carte postales du début du XXème siècle ne laissent également aucun doute : l’arbre de la Liberté a disparu.

Place Duguesclin 2

La place du Champ au premier plan – Source : Bibliothèque de Dinan


Les motifs de sa disparition restent inconnus. Peut être, comme à Bannalec dans le Finistère, a t’il été l’objet « d’attentat« . Une archive de Pierre Bliard, en 1908, présenté dans le Krapo (Les arbres de la Liberté), évoque en effet que, dans cette commune, le 23 octobre 1793 trois jeunes conscrits qui avaient, semble t’il, trop arrosé leur départ sous les drapeaux, eurent la mauvaise idée de couper l’arbre de la Liberté fraîchement planté. La Nation ne plaisantait pas avec ces dégradations et la clémence de la justice ne leur fut pas accordé. Le 6 Messidor, les têtes de Mathieu Toupin, Corentin Perron et Thomas André tombèrent place de Vincennes.

Pour plus de renseignements sur les arbres de Dinan, je renvoie à la dernière publication de la bibliothèque de Dinan. J’y ai notamment rédigé un article : « Dinan, une ville d’arbres et d’histoire ».

Share Button

4 réflexions au sujet de « L’arbre de la Liberté de Dinan, Côtes d’armor »

  1. Etonnant de trouver un arbre mentionné sur de vieilles cartes. Çà montre qu’il avait le même statut qu’un monument !
    Les fonds de carte de l’IGN (issus des anciennes cartes d’état majors) semblent avoir gardé cette tradition puisque certains de nos arbres remarquables sont aussi mentionnés et positionnés avec précision sur les cartes Topo… pour notre plus grand plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.