Le Tulipier hors-norme d’Albine, Tarn

J’ai profité d’un passage dans le Tarn le mois dernier pour rendre visite à un arbre exceptionnel repéré sur le site Arbres Monumentaux. Un Tulipier de Virginie aux dimensions incroyables situé dans un petit village que j’avais pourtant maintes fois traversé sans jamais le remarquer…
Sa rencontre s’est révélée à la hauteur de mes espérances : SURPRENANTE !

Tulipier-virginie-albine07

Tulipier-virginie-albine04Tulipier-virginie-albine05

Il faut s’éloigner du centre du village et prendre la direction du petit camping municipal par une petite route bordée de haies bien touffues. Le géant tarnais se repère alors immédiatement à l’entrée de la ferme du Barraillé.
Sa vision semble presque surréaliste tellement ses dimensions sont gigantesques.

Il était annoncé à plus de 12m de circonférence en 2010 sur le site Arbres monumentaux. Mais sa mesure précise en se positionnant en amont du talus au bord de la route annonce une réalité bien différente et nettement moins improbable.
Sa circonférence en juin 2015 à 1,5m est de 8,40m et à 1,3m du sol de 8,80m.
Sa hauteur est aussi assez remarquable pour un arbre feuillu :  41m, mesurée au dendromètre suunto et au télémètre.
Des dimensions colossales mais qui ne représentent pas un record pour cette espèce. En Europe, nos voisins britanniques ont encore une fois des spécimens plus exceptionnelles avoisinant les 10m de circonférence, à voir ici.
Dans les Appalaches (son aire d’origine), le Tulipier est réputé comme une espèce forestière géante. Mais c’est plutôt pour sa hauteur potentielle qu’il se fait remarquer. Il serait le plus grand arbre de la Côte Est de l’Amérique du Nord. L’un d’entre eux a même été mesuré à 53m de hauteur, un record pour une espèce feuillue (hors eucalyptus). En revanche, je n’ai pas trouvé d’infos sur les circonférences maximales qu’il peut atteindre en Amérique.

Un joli géant mais à la santé fragile. Son tronc est pourri et creux sur plus de 2m de hauteur. Pour le moment aucun signe de dépérissement n’apparait dans le houppier, mais ce n’est qu’une question de temps. Un dépérissement qui ira en s’accélérant dans les prochaines années, c’est inévitable… Le colosse est condamné à s’effondrer à court ou moyen terme.

Coordonnées géographiques : N 43,459083° E 002,530825° – Altitude 355m –

Tulipier-virginie-albine01Tulipier-virginie-albine03

Tulipier-virginie-albine02

Tulipier-virginie-albine13Tulipier-virginie-albine12
Tulipier-virginie-albine09Tulipier-virginie-albine08

La présence de cet énorme Tulipier au bord d’une petite route tarnaise n’a pas trop de sens… Il n’y a aucun parc ou grand domaine privé à proximité qui pourrait justifier sa plantation.
J’ai donc mené ma petite enquête auprès des riverains. Le colosse est bien-sûr connu de tous, mais son origine au bord de cette route reste un mystère. Je ne suis pas surpris de ce genre de réponses, c’est souvent le cas avec les arbres remarquables. Ils font parti du paysage, du quotidien mais personne ne s’y intéresse vraiment et n’a cherché à connaitre leur histoire… En revanche, plusieurs personnes m’orientent vers un couple de fermiers semblant plus sensible au passé de leur commune. Enfin, une piste intéressante ! Je prends contact immédiatement avec eux et j’apprends que dans les années 1945, un forestier a fait plusieurs tests d’introduction d’espèces exotiques localement en vu d’un reboisement massif dans la Montagne Noire. Une piste qui semble se confirmer puisqu’à proximité on trouve d’autres pieds isolés d’espèces nord américaines, notamment des noyers noirs et  de magnifiques chênes rouges (sur un domaine privé).
Mais la date probable d’une plantation en 1945 semble peu crédible au vu des dimensions du géant. Il n’aurait que 70 ans ??? Difficile de croire qu’il ne soit pas plus que centenaire, même dans des conditions de croissance optimum ou en imaginant qu’une source miraculeuse coule à son pied (comme dans le cas d’Hypérion ardéchois).
Pour info, le 1er Tulipier (disparu) a été introduit en France il y a 300 ans vers 1700-1750. Le plus célèbre était celui du Petit Trianon au château de Versailles plantés en 1771 pour le grand plaisir de Marie-Antoinette. Malheureusement il a été l’une des nombreuses victimes de la tempête de 1999 à l’âge de 228 ans. Son bois a été vendu à un coutelier aveyronnais pour la fabrique des 1755 couteaux d’exception et la souche exportée comme une relique dans le petit village de Sauveterre dans l’Aveyron (lire cette incroyable histoire ici). En observant une photo de la souche, ce tulipier ne devait pas excéder les 6m de circonférence. On est bien loin du gabarit du géant tarnais. Il est bien difficile de donner une estimation de son âge. L’actuel doyen de nos tulipiers français se trouverait près de Royan dans le parc du Château de Didonne avec un âge d’environ 200 ans.

Quelque soit l’histoire de ce tulipier, ce forestier visionnaire a laissé quelques merveilles dans les environs. D’ailleurs le géant a son petit frère de l’autre côté de la route (cf. photo ci-dessous).
Un Tulipier de Virginie qui semble écrasé par son aîné mais offre tout de même une surprenante circonférence de 5,05m à 1,3m en juin 2015. Sa hauteur est tout aussi remarquable puisqu’elle frôle les 40m (39,5m précisément au dendromètre suunto).
Son état sanitaire est meilleur que son grand frère malgré l’apparition de quelques champignons à son pied trahissant d’un début de pourriture.

Tulipier-virginie-albine-le-petit-frere1

Share Button

11 réflexions sur « Le Tulipier hors-norme d’Albine, Tarn »

  1. Vraiment superbe, je l’avais aussi entrevu sur monumental mais tes photos sont plus éloquentes, en tout cas il bat à plat de couture tout les spécimens de ma connaissance.
    Pour avoir une embase aussi large et conique, il doit être creux depuis un moment, car cela apparait souvent en compensation d’une cavité.
    Pas facile de retrouver l’origine de sa plantation, j’ai les mêmes interrogations pour d’antiques chênes verts.

  2. Oui c’est surement vrai, je n’avais pas pensé que la cavité pouvait avoir influencé sur son tour de taille.
    Ce qui est encore plus surprenant, c’est que son petit frère a surement été planté au même moment. L’un fait 5m et l’autre presque 9m… et pourtant d’un âge similaire ! Dans ces conditions, pas facile d’avoir des références pour en déduire leur âge.
    J’en mettrai tout de même ma main au feu, qu’ils sont plus que centenaire et n’ont pas été planté en 1945… Un petit carottage au cœur du petit frère permettrait de lever le mystère 😉

    • Peut-être pas si rare si l’on cherche du côté des platanes! J’ai lu quelques posts sur forum annonçant des platanes de près de 60 m (pas de mesures fiables)…
      J’ai aussi par chez moi quelques platanes atteignant les 40 m, je pense que l’on n’a simplement pas suffisamment de données sur les hauteurs, nous aurions certainement des surprises…
      On s’est aperçu qu’en Bretagne qu’il y avait plus de conifères dépassant les 40 m que l’on ne le pressentait…
      Autrement, je trouverais étonnant qu’ils n’aient que 70 ans, toutefois les deux présentent, à une hauteur différentes, une double cime, cette architecture à la limite de l’écorce incluse, pourrait avoir un impact positif non négligeable sur la croissance en diamètre du tronc par rapport un arbre ne présentant pas ce type d’enfourchement…

    • Merci Rémy mais je t’avoue que des colosses de ce gabarit, je n’en ai pas beaucoup d’autres sous le coude.
      Et de ton côté sur ton ile paradisiaque, tu n’aurais pas une jolie perle polynésienne à nous présenter ? Il doit y avoir du potentiel, ceux que tu nous avais présentés étaient étonnants 🙂

  3. Oui tu as tout à fait raison Yannick, on serait surpris par les hauteurs si on prenait le temps d’en mesurer plus souvent. les impressions de hauteur sont souvent trompeuses et on doit régulièrement passer à côté de géants près de chez nous.
    Sisley m’a parlé de ces platanes de 60m de haut et m’a mis sur la piste de certains près de Montpellier. J’irai les mesurer à la prochaine occasion.
    Mais que le douglas de Renaison n’ait aucune crainte, ce serait tout de même fou s’il se faisait détrôner par un platane !!!

  4. Un tulipier colosse !
    On a très rarement l’occasion d’en admirer de vieux exemplaires, mais là on dépasse tout et de plus il est accompagné d’un voisin.
    Quand je pense que le plus gros que j’ai mesuré s’arrête à 3 m et quelques..

    Il se pourrait qu’il y ait eu un déchaussement de la partie basale du tronc et cette structure en contrefort et aussi assez étonnante.
    L’endroit était peut-être bien plus humide autrefois, un ruisseau inexistant, une résurgence,..

    Pour les U.s.a.(Smoky mountains) on arrive à 191,9 pieds en 2011 soit 58,49 m.
    L’arbre le plus grand d’Amérique de l’est juste après le pin Weymouth de 57,6 m.
    http://www.ents-bbs.org/viewtopic.php?f=74&t=2423

    On parlait d’un tulipier de 62 m en 1984 dans le Michigan qui est tombé suite à une tempête.
    En terme de circonférence le plus large fait 9,12 m (il y a quelques années)de tour mais je ne pense pas qu’il en existe de bien plus imposant et on atteint ici presque une limite.
    http://www.americanforests.org/wp-content/plugins/bigtrees/view_image.php?area=normal&image_id=1293

    un autre
    http://www.ents-bbs.org/viewtopic.php?p=5517

    l’ex champion n’a pas survécu
    http://www.nativetreesociety.org/fieldtrips/virginia/bedford_poplar_stump.htm

    Pour l’âge le plus vieux connu atteint 434 ans.

    • Merci Sisley pour toutes ces références nord-américaines qui me manquaient.
      C’est vraiment un géant sur la côte Est américaine, c’est étonnant qu’en France il ne soit réputé que pour embellir les parcs. Il y aurait surement des possibilités pour une utilisation forestière chez nous…

      Finalement le colosse d’Albine n’a pas à rougir face à ses cousins américains, même son petit frère avec ses 5m de tour et ses 40m de haut est déjà un beau spécimen. Mais il semble peu probable qu’ils puissent atteindre de telles hauteurs chez nous… plus de 50m pour du feuillu ça reste du rarissime et nos deux tarnais sont encore 10m plus petits.

        • Bonjour,
          Mesurés au Nikon Forestry Pro avec le mode DST 3 points, ces 2 tulipiers de Jurançon sont passés respectivement à 51,1 m et 53 m ; mais en mode DST 2 pts, plus fiable, je les ai rétrogradés à 49,5 et 42,5 m. Par contre, toujours en mode DST 2 pts, je viens de découvrir, au-dessus de celui de 42,5 m (domaine Castel Mont), un nouveau géant de 52,5 m, sans aucun doute le plus haut d’Europe.
          Le record mondial actuel est de 58,5 m à Fork Ridge (Caroline du N.) ; le record historique est un tulipier de 76 m abattu vers 1937 dans le Kentucky. Il dépassait 7,5 m de circonférence. Un des 3 tulipiers de Jurançon (celui de 42,5 m) fait 4 m de circonférence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.