Rencontre avec ‘Hypérion ardéchois’ à Vals-les-bains, Ardèche

 En 2006, la découverte d’Hypérion venait bouleverser la hiérarchie des plus grands arbres du monde. Ce Sequoia sempervirens californien de 115m de haut, poussant dans un coin reculé d’un parc national, devenait le plus grand arbre vivant.
En 2014, la mairie de la petite commune ardéchoise de Vals-les-bains  présentait à la communauté des chasseurs d’arbres du site Arbres monumentaux, un ‘sempervirens’ hors du commun. Bien que deux fois plus petit que son grand-oncle californien, ses 53,5 m de hauteur en font le plus grand arbre d’Ardèche… connu à ce jour.
Une hauteur vertigineuse et un tour de taille de plus de 9 m pour cet arbre d’exception d’à peine 150 ans.
Avec de telles dimensions, notre ‘Hypérion ardéchois’ se fait même remarquer au niveau européen…

sequoia-sempervirens-vals-bains14

Découverts en 1850 sur la côte ouest des États-Unis, les Séquoias ont été plantés massivement dans les parcs européens durant la seconde moitié du XIX ème siècle. Les collectionneurs d’arbres ont été pris d’une véritable fièvre pour ces arbres gigantesques.
Parmi les deux espèces existantes, c’est le séquoia géant (Sequoiadendron giganteum) qui a eu le plus de succès comme arbre d’ornement à cause des dimensions exceptionnelles qu’il peut atteindre rapidement. Le séquoia à feuilles d’if (Sequoia sempervirens) a été moins planté comme arbre de parc en Europe.
Pourtant en Californie, c’est bien cette seconde espèce qui atteint des records de hauteur (supérieure à 100m). Tandis que le giganteum détient les records d’arbres les plus volumineux au monde.
Pour tout savoir (ou presque) sur ces deux espèces, rendez-vous sur l’excellent site de Marc Meyer et d’Eric Touya : séquoia.eu.

sequoia-sempervirens-vals-bains09

L’histoire d’Hypérion ardéchois est intimement liée à celle de la station thermale de Vals-les-bains.
Les thermes ont été créées en 1851. La nécessité de pouvoir disposer d’un parc d’agrément pour les curistes s’est rapidement imposé. A la fin de l’année 1866, un premier jardin européen (modèle à la mode à l’époque) est aménagé sur la rive gauche de la Volane. Il est rapidement agrandi et complété par un arboretum en 1868. C’est à cette période qu’Hypérion a vraisemblablement été planté. Son âge actuel peut être estimé entre 144 et 147 ans (plantation entre les années 1867 et 1870).
Ce parc de divertissement s’étendait à l’origine sur 6 hectares. Les différents aménagements urbains ont fortement réduit sa surface. Notre beau séquoia a heureusement été préservé mais il se retrouve désormais isolé face à l’hôpital et au bord d’une route assez passagère. Le « parc-arboretum » comporte d’ailleurs d’autres espèces  peu communes intéressantes à observer. Un autre sequoia sempervirens se trouve dans le parc, mais avec des dimensions beaucoup plus faibles. L’attraction majeure du parc est une source Intermittente : un geyser (né à la suite d’un forage en 1865) qui se déclenche 4 fois par jour avec une hauteur qui atteint parfois 16 m ! C’est « La merveille que toutes les stations thermales nous envie ». Cette source a donné son nom au parc : Le Parc de l’Intermittente.
Merci à M. Jacques MOURIER de la Mairie de Vals pour ces informations historiques sur le parc.

sequoia-sempervirens-vals-bains05

La forme de ce séquoia est absolument remarquable. On ne distingue aucun accident de croissance (double pied, fourche, baïonnette…), le tronc est parfaitement droit et la branchaison étonnamment assez fine pour un arbre ayant poussé isolé. L’empattement au sol est même assez peu prononcé et nettement moins marqué que sur l’espèce giganteum pour un âge équivalent.

En octobre 2014, les mesures de circonférence sont les suivantes :
– à 1,50 m du sol = 9,25 m (un panneau indique une circonférence à 1,5m en 1996 de 7,90m et la Mairie l’a mesuré officiellement en juillet 2014 à 9,29m).
– à 1,3 m du sol = 9,45 m

Pour la mesure de la hauteur, je retiendrai celle prise par la Mairie en juillet 2014 = 53,5m. Elle a été réalisée par une équipe de géomètres experts avec un théodolite à visée laser. J’utilise un dendromètre électronique Vertex dont la précision est jugée moins fiable. La mesure avec mon Vertex annonçait 49,8m.
Le panneau à proximité du séquoia annonce 51m en 1996 (mesurée avec une nacelle élévatrice) et un volume de 36m³. La croissance en hauteur sur les 20 dernières années semble bien réduite, ‘Hypérion ardéchois’ aurait peut-être atteint sa hauteur maximale.
D’après l’excellent livre de Jacky Reyne ‘Les Arbres admirables de l’Ardèche’ écrit en 1999 où l’arbre est décrit p164 (ici), sa hauteur faisait 44,60 m à la fin des années 1960.

Coordonnées géographiques : 44,65553°N 004,36872°E – Altitude 250 m

sequoia-sempervirens-vals-bains08sequoia-sempervirens-vals-bains16

Notre Hypérion de Vals est en excellente santé, aucun signe de faiblesse est visible à son pied, sur son tronc et dans son houppier. Si sa croissance en hauteur semble stagner, son tour de taille n’a pas de limite. Il continuera à grossir le rendant de plus en plus… gigantesque !

D’ailleurs, ce muret à la base de son tronc est un obstacle rapidement enjambé !

sequoia-sempervirens-vals-bains02sequoia-sempervirens-vals-bains03

Ce Sequoia sempervirens est le plus gros et le plus grand de son espèce en Ardèche, celà ne fait aucun doute.
Mais monte-t-il sur la plus haute marche du podium en France et en Europe ? C’est nettement moins sûr…
Si on se base sur sa hauteur de 53,5m, il n’est recensé en 2014 aucun sequoia sempervirens pouvant rivaliser avec notre géant de l’Ardèche.
En France, certains arbres exceptionnels (sapins…) atteignent les 50m de hauteur et les plus grands dépassent  60m. Mais il s’agit d’un autre résineux américain, le Douglas et non de Sequoia sempervirens.
Hors de l’Europe, on atteint également des records de hauteur avec cette espèce en Nouvelle Zélande où les sempervirens frôlent les 60m de hauteur.

Mais avec une circonférence de 9,45m à 1,3m du sol, notre Hypérion ardéchois est de loin le plus volumineux d’Europe… connu à ce jour.

A titre de comparaison, le champion ardéchois pour l’espèce giganteum se trouve au Cheylard dans le parc du château avec une circonférence à peine plus grosse que notre Hypérion de Vals : 9,6m à 1,3m mais avec une hauteur bien plus faible (28m). De plus, son état de santé est très inquiétante… Voir son reportage ici.

sequoia-sempervirens-vals-bains07sequoia-sempervirens-vals-bains15

Mais à quoi carbure ce Sequoia sempervirens pour atteindre de telles dimensions ?
Attention, il y a suspicion de dopage !!!

Décidément dans cette station thermale, il y a quelque chose de différent dans son eau !
Ou plutôt devrais-je dire dans ses sources ! Car on en a dénombré pas moins de 140 sur le territoire de la commune.
Seules quelques-unes ont été exploitées pour leurs bienfaits thérapeutiques. Vals-les-bains est réputée pour le traitement du diabète et d’une manière plus générale elle s’est orientée vers les cures pour les maladies de la nutrition.
Juste à côté de notre Géant coulait la « source des pauvres ». Une source libre d’accès pour remplir ses récipients. Elle n’était pas exploitée car ses propriétés minérales n’étaient pas celles recherchées.
Pourtant elle a bien profité à notre Hypérion, il ne semble pas avoir de problèmes de nutrition !
A tel point que la source s’est arrêtée de couler.
Selon la légende, on dit à Vals que la « source des pauvres » ne coule plus pour le grand public mais pour le grand séquoia, quelque part sous terre à un endroit connu de lui seul.

Pour conclure cette rencontre avec Hypérion de Vals, je citerai Jacky Reyne dans son ouvrage rendant hommage aux arbres ardéchois: « Un jour un ami me demandait ce que je pensais d’un tel arbre. Je lui répondis en souriant, de façon spontanée qu’il était la plus grande richesse de la source des pauvres, sa voisine ! »


Suite à la publication de cet article, Alain Choné nous a fait parvenir les deux photos suivantes datant de 2004, il y a donc tout juste 10 ans. L’aspect général de notre Hypérion ne semble pas avoir beaucoup évolué, ces photos permettraient de confirmer que la croissance en hauteur du géant semble stagner depuis déjà pas mal d’années…

vue du NE (1)Vue SE


 Françoise Volle, Responsable environnement à la mairie de Vals-les bains, nous apporte quelques informations supplémentaires.
La date de plantation à retenir serait bien celle de 1868, ce qui correspond à un âge de 146 ans.
Mais ce qui est étonnant, c’est qu’Hypérion a un frère jumeau. Il s’agit de l’autre Sequoia sempervirens planté à une centaine de mètres dans l’enceinte du parc de l’Intermittente. Lors de l’aménagement du parc, les espèces ont été plantées en double exemplaires. De toute évidence, son jumeau n’a pas bénéficié des mêmes effets magiques de la « source des pauvres » puisque ces dimensions sont restées beaucoup plus modestes et plus conformes à ce que nous avons l’habitude d’observer pour cette espèce.

Mme Volle nous précise également que la mesure de la hauteur réalisée en 2014 a été officialisée par un certificat délivré par un cabinet de géomètre expert. Ce qui montre encore toute l’attention que porte la municipalité à son géant.
D’ailleurs des démarches administratives ont débuté pour labelliser le Parc de l’Intermittente comme « Parc et jardin remarquable ». Tout prête à croire que les démarches suivront pour labelliser notre Hypérion… A suivre !

Voici en photo le frère jumeau d’Hypérion… jumeau de par son âge mais la ressemblance s’arrête là 🙂

vals-petit-frere1vals-petit-frere2


La publication de ce petit article des Têtards arboricoles a intéressé la presse locale.
Dans sa rubrique « Le Pays d’Aubenas » le journal de La Tribune reprends en grande partie (avec notre accord bien-sûr) cet article pour mieux faire connaitre aux ardéchois leur Géant. C’était le 6 novembre 2014.
On peut apprécier le petit encart en fin d’article présentant notre Blog. 🙂
sequoia-vals-la-tribune1-reduitsequoia-vals-la-tribune2-reduit


Depuis décembre 2014, les passionnés de Geocaching pourront chercher la cache du « Géant de l’Intermitente ».
La chasse aux trésors est ouverte, partez aux indices sur geocaching.com


En Juin 2015, Hypérion ardéchois a été honoré du prestigieux label « Arbre remarquable de France » décerné par l’association A.R.B.R.E.S.
Parmi les plus de 300 arbres déjà récompensés par ce label en France, seuls 16 séquoias en font parti. Mais si on regarde de plus près, la majorité d’entre eux ne concerne que l’espèce séquoia géant dont les dimensions sont les plus impressionnantes. Pour l’espèce Sequoia sempervirens, dont fait parti Hypérion, il n’y avait jusqu’à présent qu’un seul exemplaire déjà labellisé en France en 2006. Il se trouve dans les Landes dans le petit village de Castets. Un petit article sur un autre blog, nous apporte quelques infos à son sujet : il a été planté en 1870 près de la mairie. Sa hauteur est d’environ 40m et sa circonférence avoisine les 9m. Mais son tronc se divise à la base en 6 tiges ce qui fausse la valeur réelle de sa circonférence. Cette division en plusieurs troncs est une caractéristique fréquente chez l’espèce Sequoia sempervirens alors qu’elle se produit très rarement chez le séquoia géant.


Mai 2017
Suite au passage de la tempête Zeus le 6 mars 2017, Hypérion ardéchois a été bien secoué, mais a résisté vaillamment. Deux grosses branches ont toutefois été brisées et il était urgent d’intervenir pour les évacuer et sécuriser la proximité du géant. Une intervention réalisée par l’entreprise d’élagage Arbosapiens (Aubenas, Ardèche).
Une magnifique vidéo à voir ici.


 Juin 2017

Nouvel état des lieux des Séquoias sempervirens hors de nos frontières.
En 2014, aucun sempervirens ne venait concurrencer notre géant de l’Ardèche. Mais en se basant sur les dernières trouvailles des chercheurs d’arbres du site Arbres monumentaux, Hypérion ardéchois ne se trouve plus qu’à la 4ème place des plus hauts sempervirens d’Europe.
Le podium actuel est le suivant :

  • Portugal près de Coimbra, un sempervirens nommé « Superalberi one » de 57,30m mesuré en janvier 2017, pour une circonférence assez faible de 4,10m et âgé de 130 ans. Un arbre issu d’un peuplement.
  • Royaume Uni près de Warminster, un sempervirens de 57m mesuré en juin 2016, pour une circonférence de 5,22m. Egalement un arbre de peuplement.
  • Italie près de Florence, un sempervirens nommé « Sequoia gemella » (double pied jumeaux) de 53,96m mesuré en avril 2017, pour une circonférence de 8,37m (double pied ?) et âgé d’environ 150 ans.

Il est fort probable que d’autres sequoias sempervirens de plus de 50m de hauteurs restent à découvrir dans les parcs et jardins d’Europe. En revanche au niveau de la circonférence, notre champion ardéchois craint beaucoup moins la concurrence. Il surclasse toujours d’un mètre « Sequoia gemella » son concurrent italien direct.

A noter, cette vidéo d’un peuplement de séquoias sempervirens en Nouvelle Zélande culminant à 70m de hauteur.


 

Share Button

23 réflexions sur « Rencontre avec ‘Hypérion ardéchois’ à Vals-les-bains, Ardèche »

  1. Exceptionnel, quelle prestance ! Je suis un peu étonné par l’estimation de son volume, 36m³ ça parait très peu ? Encore un article richement documenté. Je ne connaissais pas le terme baïonnette pour un arbre. Merci pour le partage .

  2. Merci pour vos commentaires.
    -> Y@nick : l’estimation de 36m³ date de 1996. Son volume actuel doit être bien supérieur, en 20 ans il a pris 1,5m de tour de taille… Mais je ne me risquerai pas à donné une nouvelle estimation de son volume… Même si il était abattu, le cubage au sol d’un tel colosse demande une grande précision (un petit écart sur ces diamètres entrainent tout de suite de grosses erreurs sur le cubage…). Alors cuber un tel arbre alors qu’il est sur pied… c’est de la haute voltige, je passe mon tour, lol !
    -> Mickaël : vous avez un super Hypérion breton et en plus il détiendrait le record de hauteur dans toute la région. Notre Hypérion ardéchois se fait détrôner au niveau régionale en hauteur par quelques douglas du Beaujolais… mais il reste le champion d’Ardèche (j’espère qu’il ne perdra pas la tête !!!).

  3. Petite rectif, les photos sont de Alain Choné…
    Ce géant a une croissance impressionnante malgré un sol impreméabilisé, je serais curieux d’en connaitre le développement racinaire, car entre la nécessité de pomper un maximum d’eau et de nutriments, et d’assurer la stabilité de l’ensemble, le volume doit être énorme.
    Ce qui aussi épatant, c’est la proximité avec les habitations j’en connais beaucoup qui dormiraient mal avec un tel géant comme paratonnerre!
    Une preuve de plus que les arbres ne malmènent pas systématiquement les fondations des constructions.

  4. C’est rectifié, j’ai corrigé l’auteur des 2 dernières photos.
    Il y a vraiment quelques chose de magique dans cette « Source des pauvres » dont il est le seul désormais à en profiter.
    Concernant les habitations à proximité, en fait il n’y en a pas tant que ça qui sont si proches du géant. Seule cette grosse bâtisse qui ne m’a pas semblé habité et dont Hypérion à enjamber le muret. J’ai l’impression que c’est plus un bâtiment technique de la municipalité (j’ai regardé à deux fois si il n’y avait pas un chien dans la propriété avant de sauter par-dessus le mur pour dérouler mon décamètre autour du séquoia, lol !).

  5. bonjour,

    la bâtisse à coté est bien habitée et abrite la fédération de pêche…
    Mais ce magnifique arbre à son petit frère à quelques mètres. A surveiller

  6. Magnifique en effet !!

    J’avais déjà pu le voir sur monumentaltrees, mais avec les photos en plongée, ça donne une belle impression.

    A savoir, qu’ Hypérion mesurait 115,72 m en 2012 et n’est peut-être pas le plus haut, car selon une source, il se pourrait qu’un individu ait été mesuré à 117 m. Mais pour l’instant pas de confirmation.
    Et pour le plus grand giganteum, c’est 95,8 m en 2010.

    Il est vrai qu’on a encore de la marge ! 😉

    – – –
    Pour ceux qui n’ont pas encore vu le plus grand arbre de France, récemment mesuré :

    http://www.enquetedarbres.org/index.php?page=news_detail&actu_id=26

  7. Je dois aller grignoter de l’écorce de douglas dans le Beaujolais en décembre… j’espère avoir le temps de faire un petit détour par Roanne pour aller rendre visite ces géants… 66m ça doit être hallucinant à voir !!!

  8. Phagocyter un muret ne risque t-il pas de fragiliser son pied à moyen terme ?
    Cela reste un corps étranger entravant une croissance naturelle et harmonieuse.
    Sinon que dire… C’est un géant, ces arbres sont à une échelle inconnue en Europe, tout est si grand de l’autre côté de l’océan !
    Un magnifique reportage, toujours documenté et agrémenté avec sérieux.

  9. Encore un petit ajout en bas de page, cette fois-ci avec une publication parue dans un journal local.
    On appréciera le petit encart en fin d’article sur notre Blog des « Têtards arboricoles » 🙂

  10. Une petite mise à jour en bas d’article que nous signale Pat’, notre correspondante des garrigues.
    Hypérion ardéchois a été secoué par la tempête Zeus et une intervention pour sécuriser l’arbre a été nécessaire.
    Une magnifique vidéo à découvrir !

  11. Bonjour,
    Je suis Diego Comer, arboriste grimpeur et représentant de l’entreprise Arbosapiens. Bravo et merci pour cette recherche réalisé autour du Sequoia dit Luizet. Je serai intéressé de discuter avec vous de quelques point sur l’Arbre et son état sanitaire en MP. Mon mail est sur mon site http://www.arbosapiens.com.
    Bien cordialement
    Diego Comer

    • Bonjour,

      Merci pour cette précision, effectivement l’identification de ce sequoia anglais n’est pas claire.
      J’en ai profité pour faire une petite mise à jour en fin d’article des plus grands sempervirens actuels en Europe.

  12. Il est possible que nous tenions les plus hauts sempervirens d’Europe en Bretagne avec 58 m (mesurer au télémètre), dans un parc privé du Finistère
    Une mesure au grimper pourrait confirmer le record!

  13. J’ai découvert récemment dans le parc du château d’Uhart-Mixe (64), en Pays Basque, un groupe de sequoias sempervirens remarquables ; mesurés au Nikon Forestry Pro (2 points), ils deviennent jusqu’à nouvel ordre les plus hauts de France, avec successivement les dimensions suivantes :
    1. 54,2 m ; circ. à 1,40 m : 4,45 m
    2. 53,4 m ; circ. 7,95 m
    3. 52,2 m ; circ. 7,25 m
    4. 52 m ; circ. 7,60 m
    5. 46 m ; circ. 8,60 m.

    • Arghhh un coup dur pour notre fierté ardéchoise, il perd son titre de plus grand séquoia français 🙁 et le numéro 5 basque s’approche aussi très près de la circonférence d’Hypérion ardéchois, il prend la seconde place au niveau européen. A suivre !
      Ce serait chouette de présenter ce nouveau champion basque dans un petit reportage sur le blog 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.