L’antique chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d’Armor

La chasse aux œufs n’étant pas mon fort, j’ai mis à parti ce week-end de Pâque pour aller à la chasse aux arbres.

chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor, Yannick Morhan avril 2014 (7)

Excellente décision, qui m’a permis de rendre visite à quelques vénérables déjà connus, mais surtout de faire des découvertes de tout premier ordre!

chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor, Yannick Morhan avril 2014 (6)chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor, Yannick Morhan avril 2014 (8)

Le chêne de Margaro fait partie de la première catégorie, puisque je lui avais déjà rendu visite en 2007 (photos en feuilles).

Ce vieux chêne pédonculé croît depuis plusieurs siècles, près de ce qui fut le manoir du Margaro datant du 16ème (plus d’infos ici). De l’édifice d’origine il reste bien peu de chose, mais l’arbre lui est toujours là, et semble bien contemporain de sa construction.

chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor, Yannick Morhan avril 2014 (5)

En effet, après escalade du talus et quelques acrobaties pour passer mon décamètre, le verdict est tombé, 8 m de tour (avec une marge d’erreur pour cause de lierre et d’accès compliqué…).

chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor, Yannick Morhan avril 2014 (4)chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor Yannick Morhan 2007 (1)

Cela le place dans le peloton de tête des plus gros spécimens costarmoricains, toutefois il semble qu’il ne soit pas reconnu  à sa juste valeur dans l’inventaire breton. Peut-être est-ce du à une erreur de frappe dans la base, indiquant 2.40 m de circonférence (1), Mickaël saura certainement m’éclairer…

chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor, Yannick Morhan avril 2014 (2)

Outre le tour de taille du tronc, ce qui impressionne est que celui-ci est relativement intact et de prolonge dans le houppier constitué d’énormes charpentières.

La vigueur de cet arbre est largement atténuée, comme en témoigne les nombreux bois morts qui lui donne cet aspect énigmatique. D’ailleurs, il est entouré de légende, un prêtre, Jean Vitté (1) s’y serait caché durant la révolution, d’autre part un  baptême aurait été célébrer à l’intérieur. Chose peu plausible le tronc ne présentant pas d’ouverture permettant un accès facile à l’intérieur…

chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor Yannick Morhan 2007 (4)chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d'Armor, Yannick Morhan avril 2014 (3)

Plus récemment, un fort bruit ressemblant à une respiration a été entendu la nuit par les actuels propriétaires, je serais tenté de croire à une chouette mais qui sait…

Voici donc le premier sujet de cette riche virée arboricole, il sera suivi par un confrère champêtre poussant non loin (par )…

Localiser sur la carte par ici

 

 

 

 

Share Button

7 réflexions au sujet de « L’antique chêne du Margaro à Rouillac, Côtes d’Armor »

  1. Ce très beau chêne mériterait d’être un peu plus mis en valeur.
    Sur la dernière photo tu as l’air de t’interroger : J’enlève le lierre , ou je demande au propriétaire !

    • Bien vu Guy j’ai effectivement enlevé le lierre, avec l’autorisation du propriétaire bien sur!!
      Je n’ai pas repris de photos après, ce sera pour la prochaine visite.
      je l’avais déjà fait en 2007 et entre temps il a été encore enlevé par eux mais ça pousse vite!

  2. Superbe. Je ne le connaissais pas. Ton article donne envie d’aller le voir. Bravo.
    Je vais de ce pas changer la circonférence qui a probablement été mal saisie !

  3. Ce chêne est splendide.
    J’imagine Kerville s’émerveiller devant et poser son appareil photo pour lui tirer le portrait comme tu l’as fait.
    Superbe découverte, un vrai patriache, dans son jus avec son bois mort, ses repousses, ses cavités et ses bosses. Un arbre qui n’a pas été dénaturé, merci du partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.