L’arboretum de la Vallée-aux-Loups, Chatenay-Malabry, Hauts-de-Seine

Un reportage de Nicolas qui complète la visite de l’arboretum débutée avec Guy qui nous avait présenté le cèdre pleureur (ici).
Je me suis rendu à Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine). C’est un véritable havre de verdure aux portes de Paris. On y trouve l’arboretum de la Vallée aux Loups, lui-même inclus dans le domaine de Chateaubriand.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’arboretum regorge de spécimens rares, dont beaucoup contemporains de Chateaubriand. Le célèbre écrivain romantique du 19ème siècle a acquis le domaine en 1807 à son retour d’un long périple en Amérique et en Orient et y a planté beaucoup d’arbres rencontrés lors de son voyage, (cèdre du Liban, cyprès chauve, catalpa…).

Le lieu est certes surtout connu pour son fameux cèdre bleu de l’Atlas pleureur, premier exemplaire de son espèce et pied mère supposé de tous les autres cèdres bleus pleureurs du monde. Si cet arbre vaut à lui seul la visite, l’arboretum est un véritable enchantement, très bien entretenu et où l’on trouve beaucoup de variétés ornementales aux dimensions avantageuses (Chateaubriand est originaire de St Malo, le lieu a dû lui rappeler sa Bretagne natale, tout semblant pousser ici !).
Un petit tour de ce qu’on peut y rencontrer.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On commence par un magnifique cèdre du Liban. Très belle circonférence (je n’ai pas encore pensé à me munir d’un outil de mesure, mais je fais toujours 1m89 et paraît bien petit à côté !).
Il lui manque beaucoup de branches (probablement les séquelles de la tempête de 1999) mais l’arbre est très bien entretenu et est encore très vigoureux. Sur la 2ème photo on a l’impression que le sommet est encore pyramidal mais c’est uniquement lié à la prise de vue, la branche étant bien horizontale, typique des cèdres matures, comme le prouve la 3ème photo.
Juste en face du cèdre du Liban, un magnifique cèdre bleu de l’Atlas. Je ne pense pas qu’il soit contemporain de son voisin, mais les cèdres bleus de cette taille ne courent pas les rues me semble-t-il ?
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Même s’il est archi-connu, je ne peux pas ne pas envoyer de photos du cèdre pleureur…  Je ne pensais pas que le tronc était aussi large. Vraiment impressionnant, une véritable cathédrale végétale vu de l’intérieur. Il est en parfaite santé, ses racines puisant l’eau nécessaire à sa croissance (encore vigoureuse) dans la pièce d’eau attenante. Son âge est de « seulement » 140 ans. (Voir le reportage de Guy ici)
Un beau cyprès chauve et un gigantesque tulipier de Virginie.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le tulipier a été amputé d’une énorme charpentière et présente donc une énorme balafre qui, vu sa taille, ne cicatrisera probablement jamais. L’arbre est toutefois solidement arrimé au sol par deux câbles en acier sur un desquels une glycine a été installée.
OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
Également un très beau spécimen de châtaignier dans la partie boisée du parc, masqué aux yeux de passants mais pas au chasseur d’arbres remarquables attiré par une masse imposante imposante au milieu des autres arbres…
OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
Généralement les vieux châtaigniers ont un tronc assez court et tortueux, celui-ci présente en beau fût intact, mangé de lierre et à l’écorce profondément crevassée. Difficile de le retranscrire sur la photo mais on se croirait aux pieds d’un Ent de Tolkien !
Ensuite un autre cède du Liban.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Moins impressionnant que le premier cèdre mais plus qu’honorable !
Également un catalpa antique. Enfin ce qu’il en reste !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Comme beaucoup de vieux sujets de son espèce l’arbre s’est couché au sol. Il s’est alors étalé telle une véritable pieuvre végétale. On aperçoit encore le tronc original. Je n’avais jamais vu un spécimen aussi époustouflant. Il s’étale vraiment sur une grande surface.
On dirait un enchevêtrement de bois morts. Seules les feuilles bien vertes nous indiquent qu’il s’agit d’un catalpa encore bien vivant ! Pas forcément esthétique, mais la municipalité le conserve heureusement précieusement et son aire « d’extension » est délimitée par une corde. L’écriteau à ses pieds (ou plutôt à ses tentacules) indique qu’il aurait été planté par Chateaubriand, ce qui en fait peut être l’un des plus vieux de France ?
Enfin quelques photos de mes arbres préférés : des buis ! Ils passent souvent inaperçus pour les promeneurs qui les méprisent totalement et n’ont d’yeux que pour le gros platane ou le sequoia géant d’à côté, alors que ces petites touffes vertes s’avèrent bien souvent plus âgés que leurs grands voisins !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Deux spécimens remarquables dont les troncs présentent une circonférence assez impressionnante.

Le plus gros comporte plusieurs troncs émergeant d’une souche vraiment énorme pour un buis! Sur la dernière photo (le plus petit buis), je dirais que le diamètre à 50 cm du sol est de 25cm à peu près
J’espère que ces quelques photos d’arbres vous plairont !
Share Button

4 réflexions au sujet de « L’arboretum de la Vallée-aux-Loups, Chatenay-Malabry, Hauts-de-Seine »

  1. Merci pour cette belle balade dans ce magnifique arboretum.
    Le vieux catalpa rampant est très impressionnant et le cyprès chauve paraît vraiment énorme… dommage que l’on n’ait pas les mesures de circonférence.
    J’avais loupé l’article de Guy sur le cèdre pleureur, un arbre fantastique à l’origine mystérieuse qui ajoute un charme supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.