Encore une ruine de Peuplier, St Laurent-de-Carnols, Gard

Je reprends ici l’expression « ruine de peuplier » utilisée par Yannick pour présenter son vénérable peuplier meusien. Même si ce peuplier gardois ressemble plus au peuplier d’Italie de Doys déniché par Gilles, le stade de « ruine » n’est plus qu’une question de temps…
Voici une tranche de vie populicole qui pourrait se résumer par :

 « Grandeur et décadence d’un peuplier géant »

peuplier-noir-St-Laurent-de-Carnols1peuplier-noir-St-Laurent-de-Carnols3

Pour aller mesurer les 7,75m de circonférence du géant, il a fallu que je me fasse souffrance.
Entre le ruisseau à franchir, la ronce, le barbelé incrusté, la clôture électrique, les chiens qui aboyaient… J’avoue un moment avoir pensé à renoncer à mon devoir de Têtards-reporter ! J’ai eu une petite pensée pour Gilles qui avait pris la sage décision d’estimer la circonférence de son peuplier de Doys.
Même une voisine, inquiète de me voir roder autour de sa propriété, est venue me demander la raison de ma présence près de cette ruine végétale. Peu convaincue par ma démarche dendrométrique, elle m’explique que l’effondrement d’une partie du tronc s’est produit lors d’un orage en 2012. Sa circonférence a été bien réduite, il est difficile d’imaginer sa valeur avant ce fâcheux sinistre. En revanche, je n’arrive pas à obtenir d’information sur l’âge du vénérable. Mais les pieds dans son ruisseau et profitant de à la chaleur du Gard, on peut penser que sa croissance a du être pour le moins explosive (sans jeu de mot!). De tout évidence il doit être centenaire, mais il est peu probable qu’il soit bicentenaire.

Sa hauteur mesurée au dendromètre suunto est de 26m.
La partie du houppier encore présente est pleine de vigueur, mais l’état du tronc accuse une sérieuse pourriture et se décompose à vitesse grand V.
De décadence à ruine, la frontière est mince…

Coordonnées géographiques :  N44,21194° E004,52639°- Altitude 80m –

peuplier-noir-St-Laurent-de-Carnols2peuplier-noir-St-Laurent-de-Carnols4

Share Button

6 réflexions au sujet de « Encore une ruine de Peuplier, St Laurent-de-Carnols, Gard »

  1. Une ruine qui ne semble pas encore avoir dit son dernier mot.
    A ce propos nous avons étés contactés récemment par Marc Villar chercheur à l’INRA d’Orléans et en charge du programme national de conservation des ressources génétiques du peuplier noir. Voici un extrait de son courrier :
    « J’aimerai avoir accès aux vieux individus décrits par M. Rabillat, pour notamment faire des copies végétatives des ces arbres (j’ai déjà en pépinière la copie du peuplier de Montpellier de Madillan). Le patrimoine génétique est ainsi sauvegardé et on peut également les étudier, particulièrement dans le contexte du changement climatique.  »
    Voici également un lien vers sa page internet où l’on peut voir un diaporama avec quelques beaux individus et un lien contact pour lui signaler les beaux spécimens:
    http://peupliernoir.orleans.inra.fr/

    • La localisation précise des peupliers décrits par Rabillat n’est pas connue ?
      C’est étonnant que l’INRA ne puisse pas disposer de ce genre d’infos pour réaliser des petits prélèvements. Des prélèvements qui ne mettent pas en péril ces vénérables, bien au contraire puisque c’est dans un but conservatoire (à moins qu’il y ait une autre idée par la suite…).

  2. Pas encore totalement ruiné ce populus, qui semble autrement plus vieux que ma ruine meusienne!
    Sa circonférence originale devait bien approcher les 8 m?
    Ces gros peupliers ne se laissent pas mesurer facilement, lors de mon dernier passage en Meuse, j’ai aussi dû franchir un grillage de 2 m en grimpant de petits arbres et bravant les ronces, pour finalement un petit 5.30 m..!

  3. Ah la vie de têtards reporters est parfois difficile, voir même dangereuse !!!
    Je ne me suis pas encore retrouvé face à des propriétaires agressifs ou pire une meute de chiens enragés mais si ça m’arrive je tiendrais Yannick pour entièrement responsable ! C’est à cause de lui que je suis arrivé à prendre de tels risques !
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.