L’Orme champêtre du causse Méjean, Lozère

Continuons notre ballade caussenarde dans le Grand-Sud.
Nous avions débuté avec les pins de la liberté du Causse du Larzac, puis l’alisier blanc du Causse de Sauveterre, cette fois-ci je vous propose de monter sur le causse le plus haut et certainement le plus sauvage entre gorges du Tarn et de la Jonte : le Causse Méjean.
Il faut se rendre dans le minuscule village de St-Pierre-des-Tripiers pour y découvrir un véritable trésor… arboricole ! Il s’agit d’un Orme champêtre colossale, d’une vigueur incroyable.
A mes yeux, c’est l’arbre le plus exceptionnel de toute la Lozère, même si je suis loin d’avoir parcouru en détail toutes les immensités sauvages de ce département.

Orme-champetre-st-pierre-des-tripiers06

Malgré sa situation sur ce territoire isolé, c’est un arbre bien connu de longue date. D’ailleurs, comment ne pas le remarquer dans la végétation sèche et arbustive du causse où les vastes forêts sont constituées exclusivement de pins sylvestres et pins noirs d’Autriche ?
Il a reçu le 27 juin 2009 le prestigieux label « Arbre remarquable de France » décerné par l’association A.R.B.R.E.S.
Il est également mentionné dans la Base Arbres monumentaux depuis 2011. Il s’y trouve même référencé comme le plus gros Orme champêtre en France.
Orme-champetre-st-pierre-des-tripiers00
La mesure de la circonférence à 1,3m du sol en février 2015 est de 5,71m (en 2011 il a été enregistré sur le site Arbres monumentaux à 5,69m pour une hauteur de 28m).
Sa hauteur mesurée au dendromètre Suunto est de 26,5m.
Son état sanitaire est excellent. C’est un magnifique spécimen rescapé de la graphiose. Peut-être que sa situation en altitude et sur un plateau isolé ont contribué à l’épargner de cette terrible maladie.
Coordonnées géographiques : 44,22702°N 003,27317°E – altitude 955m –
Orme-champetre-st-pierre-des-tripiers02Orme-champetre-st-pierre-des-tripiers04
Orme-champetre-st-pierre-des-tripiers01Orme-champetre-st-pierre-des-tripiers05

Il reste encore un point à évoquer, celui de son âge présumé.
Cet orme extraordinaire est supposé dater de l’époque de Sully (ministre d’Henry IV)… selon la tradition orale.
Ce serait donc un Orme de Sully, comme il y en eu tant d’autres à l’époque. Son âge pourrait être estimé à 350-400 ans, ce qui semble assez cohérent avec ses dimensions actuelles compte tenu des rudes conditions de croissance sur le causse.
Pourtant, son statut d’Arbre de Sully ne correspond pas avec sa position dans le village.
Par tradition, les Arbres de Sully étaient plantés stratégiquement près de l’église ou sur la place du village pour que les habitants puissent s’abriter pour « traiter des affaires de la paroisse » (Wikipédia).
Voilà le problème !
L’Orme de St-Pierre-des-Tripiers se trouve en périphérie du hameau, bien loin de la petite église romane et du cœur du village. Rien autour de lui ne justifiait la présence d’un Arbre de Sully… étrange…
Cet arbre à la vigueur exceptionnelle, est-il vraiment un Orme de Sully ?
Orme-champetre-st-pierre-des-tripiers10

Share Button

9 réflexions sur « L’Orme champêtre du causse Méjean, Lozère »

  1. Superbe spécimen, bien valoirsé par son environnement.
    J’ai aussi quelques ormes (de l’est) sous le coude, dont un Sully meusien de gabarit légèrement inférieur, en excellent état aussi…

  2. Rien à redire, tout bonnement splendide !!

    Je n’oserai m’aventurer à dire qu’il est le plus beau et encore moins le plus gros, mais en vivant à telle altitude on peut lui laisser le mérite d’être un sacré colosse à la peau rude.

    On trouvera encore de beaux ormes lisses, mais il est vrai qu’en champêtre c’est déjà une belle dimension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.