Le Roi du Mont, Thônes, Haute-Savoie

Réédition de l’article suite au piratage.

A l’approche des fêtes de fin d’années, quoi de plus naturel que d’aborder le sujet du « Sapin de Noël »…
Voici deux articles à venir pour l’aborder en version XXL !
Le genre de sapin de Noël qui ne tiendra jamais dans votre salon et pour lequel il faudrait embaucher l’équipe d’Enquête d’Arbres pour le décorer et accrocher l’étoile au sommet.
Pour le premier article, direction la Haute-Savoie avec l’histoire du Roi du Mont, un véritable conte de Noël.

roi-du-mont1
Il était une fois dans le Bois du Mont, un arbre tellement gigantesque que les habitants du village l’avait nommé Le Roi du Mont. Sa stature et sa prestance faisaient l’admiration de tous ceux qui montaient le voir. Mais ce qui le rendait encore plus remarquable, c’est qu’il ne s’agissait pas d’un sapin, mais bel et bien d’un épicéa.
Les sapins ont une espérance de vie bien plus longue que celle des épicéas, c’est traditionnellement eux les Rois de la forêt. Il est bien rare de trouver des épicéas dans des dimensions hors-normes. A ce sujet, je vous recommande de lire ou relire l’article de Tristan sur la Covagne de Corniens.
Mais le Roi du Mont n’avait rien d’une Covagne (la version champêtre de l’épicéa à l’instar des Gogants pour les sapins), c’était un arbre issu d’une futaie plus ou moins jardinée.
Ces dimensions avaient été mesurées en 1999, juste avant le drame…
Une circonférence à 1,3m du sol de 5,20m, une hauteur vertigineuse de 56m et un volume estimé à 35m³ de bois d’œuvre. Des chiffres qui devaient le placer parmi les plus gros épicéas de France. Même les sapins atteignent rarement de telles dimensions.
Mais ça c’était avant… avant le drame… celui du passage de la tempête le lendemain de Noël 1999.
Cette terrible tempête qui ravagea les trois-quarts de la France a fait peu de dégâts sur le canton de Thônes. Mais le Roi du Mont n’a pas résisté aux violentes rafales et la base de son pied s’est brisée (peut-être une faiblesse déjà existante due à une pourriture au cœur, fréquente chez les épicéas…). Son âge était estimé à environ 275 ans.
roi-du-mont2Les habitants ont été très affectés par la mort du Roi. La vue de ce géant effondré dans leur forêt devenait insoutenable, il fallait réagir. Le Conseil Municipal a pris l’affaire très au sérieux et a retenu plusieurs propositions recueillies directement auprès des habitants de la commune.
Dès la fonte des neiges, le géant a été découpé en 4 morceaux pour être descendu dans la vallée. Le premier morceau (plus de 6 m³ !) a été exposé à la vieille fête savoyarde du village en 2000, puis transformé en bassin à fleurs géant placé devant l’écomusée du bois aux Etouvières. Les trois autres morceaux ont été transformés en sciages pour la confection de meubles pour la commune.
Il fallait ensuite laisser un symbole du Roi à son emplacement.
Sa souche a été taillée de façon à représenter à la fois une flamme symbolique et un fauteuil (le trône du Roi). 15 ans plus tard, les visiteurs continuent à rendre visite à l’ancien Roi et se plaisent à monter sur le trône !
J’ai voulu vérifier les dimensions du Géant, seule la mesure de sa souche permet de se rendre compte des dimensions exceptionnelles qu’il avait atteint. En décembre 2015, malgré l’absence de l’écorce et quelques morceaux manquant, le tour de la souche (du « trône ») est de 6,30m.
roi-du-mont4roi-du-mont3

Ci-dessous, le bassin à fleurs provenant du 1er tronçon du Roi du Mont.roi-du-mont6

 

Mais après avoir rendu un dernier hommage au bon Roi du Mont, les habitants étaient décidés à en élire un nouveau. Et à ce sujet nul besoin d’aller chercher bien loin, car la parcelle H de la forêt communale de Thônes recèle bien d’autres merveilles. A seulement 35m en amont (plus court qu’une portée de cime !), un candidat au trône s’est immédiatement fait remarquer.
roi-du-mont5

Le 4 aout 2001, un comité d’élus et de forestiers ont intronisé le Nouveau Roi. Ses mensurations ont été inscrites fièrement sur un panneau spécialement fait pour l’occasion. En 2001, le Nouveau Roi affichait un joli tour de taille de 3,71m et une surprenante hauteur de 54m. Même si Le Nouveau Roi n’a pas les dimensions de son aîné, il est d’une élégance rare. Son tronc parfaitement élagué naturellement se prolonge jusqu’à une hauteur hallucinante. La première branche se trouve à une trentaine de mètres au-dessus du sol ! Une élégance et une prestance qui me rappellent, dans un contexte totalement différent, celle du Chêne Stebbing en forêt de Tronçais. Chacun dans leur domaine, leur silhouette absolument parfaite est à l’image du but ultime recherché par tous les forestiers.

roi-du-mont7roi-du-mont8
roi-du-mont9Les mesures affichées datent d’une quinzaine d’années, il serait bon de les réactualiser…
En décembre 2015, sa circonférence à 1,3m du sol est de 4,10m et prise à 1,5m de 3,92m. Ce joli tour de taille n’est pas un record, mais il faut reconnaitre qu’il est très rare de rencontrer un épicéa de plus de 4m de circonférence. Malgré le faible houppier dont il dispose, son accroissement reste assez soutenu (2,8 cm/an sur la circonférence depuis 2001) ce qui montre la bonne santé et la vigueur du Nouveau Roi. Son âge est estimé à 250 ans. Une estimation qui pourrait être revue un peu à la baisse si on se base sur un tel accroissement. En considérant qu’il lui a fallu certainement de nombreuses années (une bonne centaine…) pour sortir de la concurrence et dominer ses voisins, il a pu ensuite continuer à pousser (en circonférence) à un rythme plus soutenu. J’ai donc l’impression que son âge serait plus proche des 200 ans que des 250 ans annoncés.
Mais là où j’ai été le plus surpris, c’est au moment de la mesure de sa hauteur.
Par chance, je trouvais une belle trouée me permettant de bien distinguer la cime à une bonne distance pour sortir mes appareils de mesure (suunto et télémètre).
Pris sous différents angles, je suis en mesure d’annoncer de façon assez précise que le Nouveau Roi fait 56m de hauteur (précision à +/- 50cm). Une mesure qui reste en rapport avec celle prise en 2001 de 54m.
J’ai pris l’habitude ces derniers mois de rencontrer d’autres géants et sur le coup je n’ai pas trop réalisé la hauteur surprenante du Nouveau Roi. En fait, je n’avais jamais rencontré, ou du moins mesuré (c’est bien là problème avec la hauteur des arbres, on ne s’en rend pas toujours compte en passant à leur pied), l’une de nos espèces autochtones françaises dans de telles dimensions.
Même si le Nouveau Roi est nettement plus court que certains Douglas, il a tout de même 3m de plus qu’Hypérion ardéchois et peut tout à fait rivaliser avec le plus haut de nos séquoias français (Ribeauvillé)…
Voilà qui relance une nouvelle fois le débat sur les plus hauts arbres de France et je ne m’attendais pas à évoquer le sujet avec un épicéa commun. Même s’il est évident que sa croissance en hauteur est presque stabilisée, on peut se demander si parmi nos espèces autochtones, il est possible de trouver plus grand que ce géant haut-savoyard ? C’est fort probable… mais de toute évidence, on doit s’approcher du plafond… 57, 58, 59m ? Et pourquoi pas un épicéa de 60m en France ? J’aurai tout même beaucoup de mal à y croire !
Mais à la différence de nos espèces autochtones, celles d’origine américaine  introduites sur notre territoire n’ont pas fini leur croissance et vont continuer à nous surprendre dans les prochaines décennies.
roi-du-mont91roi-du-mont92
roi-du-mont93L’histoire du Roi du Mont est racontée en détail sur un panneau installé sur place et sur le site internet de la mairie de Thônes (ici).
roi-du-mont94roi-du-mont95

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *