Rencontre avec « Le Général de Châlus », Hte-Vienne

Réédition de l’article suite au piratage.

Alors qu’en France nos arbres remarquables sont souvent associés au nom du lieu où ils se trouvent, il est une tradition outre-Atlantique, de donner aux plus gros séquoias californiens le nom d’illustres Généraux de la guerre de sécession.

Il était temps de changer un peu nos habitudes et d’apporter un nom prestigieux au plus gros séquoia français. En revanche, je n’ai pas réussi à associer notre Géant à un illustre Général de son époque (vers 1870)… ce sera alors « Le Général de Châlus ».

Châlus n’est autre qu’une petite bourgade du Limousin située à quelques dizaines de km au sud-ouest de Limoges.

Il a acquis ce titre prestigieux depuis déjà de nombreuses années. On lui attribue même celui de plus gros arbre de France….

Mais qu’en est-il vraiment ? Les nombreuses mesures déjà existantes sont très variables et de sérieux concurrents pourraient prétendre aussi au titre.

J’étais bien décidé à vérifier par moi-même le vrai tour de taille du Général. Alors par une journée pluvieuse de novembre, je sonnais timidement à la porte des propriétaires… (Note : il faudra d’ailleurs que Yannick nous fournisse des cartes de presse spécial Têtards arboricoles pour nous distinguer des vendeurs ambulants !).
chalus1
chalus2

Les propriétaires actuels ne sont sur place que depuis un an et même si la fascination devant un tel arbre est bien toujours présente, il faut reconnaitre qu’un sentiment d’inquiétude prend parfois le dessus, notamment en période de grand vent ou d’orages… C’est d’ailleurs lors d’un violent orage en 2003 (la date encore une fois n’est pas connue avec certitude) que la foudre s’abat sur le Général, lui affligeant une terrible blessure de guerre. Sa cime est raccourcie d’une bonne dizaine de mètres. Immédiatement, les propriétaires de l’époque font appel à une équipe de spécialistes pour soigner la blessure et sauver le Géant. Trois anneaux métalliques sont posés pour éviter l’éclatement du tronc. Depuis, les banches situées juste dessous tendent à reprendre l’ascension de la cime en se dirigeant verticalement. C’est un phénomène courant chez plusieurs espèces résineuses et assez caractéristiques des vieux séquoias. Le terme anglais correspondant à ce phénomène est le « snag-top ».

En effet, le Général de Châlus  n’est pas dans un jardin public mais dans une petitechalus3 cour d’une maison privée. Il a connu différents propriétaires depuis son arrivée dans cette terre fertile du Limousin. Cette succession de propriétaires ne permet pas de pouvoir recueillir des informations précises sur son historique. Sa date de plantation reste mystérieuse mais il est fort probable qu’elle doit se situer aux environs de 1870. Les anciens propriétaires pensaient qu’il était là depuis 1770, mais cette date n’est pas possible. On se retrouverait dans une incohérence historique puisque la découverte des séquoias aux Etats-Unis ne remonte qu’à l’année 1850 et son introduction en France vers 1853. L’âge réel du géant serait donc de 140 voire 150 ans maximum.

chalus5Malgré le manque d’infos historiques, sa prestance a toujours émerveillé les différents propriétaires. Il faut avouer qu’il a fait sa place dans ce petit jardin. Il est très proche du bâtiment et fait l’objet de suivis très réguliers pour limiter le développement des grosses branches et supprimer celles qui sont mortes pouvant représenter un danger.

Passé le stade de l’émerveillement, je dégainais mon fidèle compagnon : mon double décamètre Spencer muni de son incomparable « rappel automatique et crochet d’amarrage rabattable ». Celui même qui a mesuré « Hypérion ardéchois » , « le châtaignier de l’Hermet » ou encore « le platane à tête de méduse » … D’ailleurs, j’envisage de graver sur son boitier en acier inoxydable, une coche pour chaque arbre de plus de 10m de tour rencontré !!!

Mais trêve de plaisanterie, le moment est sérieux, il s’agit d’une affaire d’état de la plus haute importance, je vais connaitre dans quelques instants le tour de taille du Général. Après une petite inspection du terrain, je me positionne sur la partie la plus haute, le côté légèrement en amont de l’arbre.

Dans de tels moments, la plus grande rigueur s’impose. Je demande le silence absolu, la concentration est maximale. Je ne ressens plus la pluie qui ruisselle sur mon visage. Je mesure alors précisément 1,3m de hauteur pour fixer le crochet du Spencer. Et c’est parti ! Sous le regard attentif de la propriétaire, je m’applique à bien dérouler le ruban en restant au même niveau que mon point de départ. Pendant tout le tour du Géant, je n’ose pas regarder les chiffres qui défilent… le suspense est à son comble… je retiens ma respiration jusqu’à apercevoir le crochet d’ancrage… J’annonce alors fièrement 12,93m !!! waouh !!! La pression retombe d’un coup, mais avec une petite pointe de déception, la barre des 13m n’est pas atteinte. Je renouvelle l’opération en positionnant mon décamètre à 1,5m de hauteur (mesure habituellement retenue dans certains pays) : 12,52m.

Je m’aperçois alors que mon ruban est tout propre dans cette tranche de mesure… je n’avais auparavant jamais déroulé autant mon décamètre !

Ce qui est étonnant, c’est qu’il n’a pas l’empâtement habituel des vieux séquoias. Les séquoias centenaires poussant isolés ont souvent développé une base très large. Celui de Châlus a une circonférence à la base de 15,75m ce qui n’est pas un record pour un séquoia français. Par exemple, celui du Parc Fenestre à la Bourboule mesure 16,50m à sa base, alors qu’il fait à peine 10m à 1,3m de hauteur.

La mesure de la hauteur est anecdotique. Même avant son amputation, le Général de Châlus n’a jamais été célèbre pour sa hauteur vertigineuse. La découpe se trouve à 31m de hauteur. Sa hauteur avant l’accident n’est pas connue précisément. On peut penser qu’elle devait être d’une bonne dizaine de mètres supérieurs, ce qui le place dans des dimensions habituelles pour des séquoias centenaires. L’état de santé du Général n’est pas excellente. Même si aucun signe ne vient trahir une quelconque faiblesse, je ne perçois pas la vigueur habituelle des séquoias en pleine force de l’âge. Sa blessure de guerre l’a forcément bien affaibli et il peine visiblement à se rétablir.
chalus6chalus7

Il convient désormais de s’intéresser à son titre de plus gros séquoia de France. Pour aborder ce sujet, un petit détour s’impose vers l’excellent site de Marc Meyer et d’Eric Touya : séquoia.eu. Ce site fait le recensement des séquoias de France… Un vaste programme, un travail de fourmis qui prend forme d’année en année.

Le séquoia de Châlus est sur la plus haute marche du podium dans cet inventaire. Mais un sérieux concurrent le talonne de près… Son rival se trouverait dans le département voisin dans la Creuse à Benevent-l’Abbaye avec une circonférence annoncée à 12,70m en 2012. Je me suis rendu dans ce petit village pour vérifier ces mesures mais je n’ai pas réussi à le localiser. Peut-être est-il éloigné du cœur du village? J’ai contacté Eric pour lui signaler ce problème de localisation, il s’est empressé de contacter l’auteur de la fiche d’inventaire pour éclaircir la situation. L’heure est grave, le titre de plus gros séquoia de France pourrait bien se jouer à quelques cm près… Actuellement, aucun autre séquoia n’a été enregistré en France avec un tour de taille supérieur à 12m.


Note du 20/02/2017 : un article de Ouest France, nous décrit le « Géant de l’Anjou » (le très célèbre séquoia géant labellisé en 2008 au Château de la Belle Poule aux Ponts-de-Cées) avec des dimensions qui pourraient bien faire frémir le Général de Châlus : une circonférence mesurée à 12,80m (prise à quelle hauteur?) et une hauteur totale de 47m.


Et concernant le titre de plus gros arbre de France, le sujet semble encore plus délicat à aborder. Si on se réfère à la base de données du site Arbres Monumentaux, notre Général de Châlus est bien le plus gros. Mais il est possible qu’un gros châtaignier ou un chêne colosse puissent sérieusement prétendre au titre… N’y en a-t-il vraiment aucun de plus de 13m de circonférence en France ? Ce serait étonnant !


Note du 28/11/2015 : Tristan me signale que deux châtaigniers ont un tour de taille supérieur au Général : le châtaignier de Kerséoc’h en Bretagne avec ses 14,20 m et le Châtaignier de Zonza en Corse avec 14 m.


En sortant de nos frontières, le Général est loin des records européens. En Espagne, El Rey atteint 16m de circonférence ! Et un séquoia allemand et anglais ont dépassé aussi les 13m de tour de taille. On reste bien-sûr très loin des Généraux américains, les arbres les plus volumineux au monde, dont le Général Sherman tient la vedette avec ses 31m de circonférence. Mais on est là dans un autre monde et à une échelle de temps bien différente puisque ces Généraux auraient l’âge de nos plus vieux oliviers (2000 ans).

On ne peut tout de même que rester admiratif devant la stature gigantesque du Général de Châlus. Mais d’où lui vient toute cette force et cette énergie? D’après la propriétaire une source coulerait en abondance à son pied… Voilà une histoire qui ressemble à celle d’Hypérion ardéchois et sa « source des pauvres » ne coulant que pour lui.

Le secret des géants se trouverait-il dans des sources miraculeuses ?

Share Button

2 réflexions au sujet de « Rencontre avec « Le Général de Châlus », Hte-Vienne »

  1. J’avais mesuré le séquoia de la belle poule en 2009 à 11m70. Je ne pense donc pas que ce soit lui le plus gros. Mais avec une hauteur de 40m et un feuillage extrêmement fourni il ma laissé une impression inoubliable.

  2. Bonjour Gilles
    content de voir de passage sur les têtards 🙂
    effectivement il y a encore une petite marge entre le Général de Chalus et celui de la Belle Poule (49). Mais ce dernier semble avoir une vigueur bien plus forte que le Général dont le houppier est assez réduit et amputé par un coup de foudre. L’écart entre ces deux géants va s’atténuer dans les prochaines années et il fort probable que la Belle Poule surclasse à terme le Général.
    Rien n’est définitif sur le podium des géants !
    🙂 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *