Les magnolias de la Promenade du Peyrou, Montpellier

La Promenade du Peyrou est le trait d’union entre le centre historique et l’aqueduc Saint-Clément. C’est l’un des sites les plus visités de Montpellier, et un passage quasi obligé pour tous ceux qui souhaitent se rendre au jardin botanique (cf. article 1 et 2).
Attention, « C’est pas le Pérou » mais « Le Peyrou » (un tas de pierres en occitan) 😉 !
Que l’on distingue en deux parties :
– la promenade haute, menant de l’Arc de Triomphe au château d’eau, en passant par la Statue de Louis XIV
– la promenade basse, en contrebas de l’arrivée de l’aqueduc et agrémentée par deux jolis bassins carrés.

Sur l’immense l’esplanade de la partie haute, quatre magnolias ont été plantés de part et d’autre de la magistrale statue équestre de Louis XIV.
Leurs plantations datent de 1895 (environ), leur état de santé n’est pas toujours excellent, des signes de faiblesse apparaissent dans certains houppiers.
En mars 2017, le plus gros des quatre magnolias présente une circonférence à 1,3m du sol de 3,50m et une hauteur totale de 14,5m.

C’est sur la promenade basse que les magnolias sont les plus spectaculaires. Ils ont été plantés vers 1895 à chaque angle des deux bassins carrés. Mais en observant les cartes postales anciennes, il semble que deux ou trois magnolias aient été plantés plus récemment vers 1930 et deux autres ont disparu.

Le plus gros d’entre eux mesure 4,60m de circonférence à 1,3m du sol, mais la forme du tronc s’évase rapidement à cause du départ d’une branche basse. Sa circonférence prise à 1,00m du sol ne fait plus que 4,04m. Ce sont des dimensions peu fréquentes pour des magnolias en zone méditerranéenne mais qui restent tout de même bien éloignées du monumental magnolia de la Bambouseraie d’Anduze (circonférence 4,67m et hauteur 31m).

On regrettera toutefois la mauvaise fréquentation de la promenade basse, régulièrement squattée par des marginaux qui profitent des contreforts bien marqués de ce splendide magnolia pour s’en servir comme urinoir public… comme c’est aussi le triste sort réservé au remarquable Ginkgo du square Planchon près de la gare St Roch.

Pour l’anecdote, le nom Magnolia a été donné en hommage au botaniste Pierre Magnol, qui a été directeur du jardin botanique de Montpellier à la fin du XVIIème siècle. Ces splendides magnolias montpelliérains peuvent être aussi d’une certaine façon un bel hommage à cet illustre botaniste héraultais  !

Share Button

2 réflexions au sujet de « Les magnolias de la Promenade du Peyrou, Montpellier »

  1. ouah quels beaux spécimens citadins ! Faut vraiment que je fasse ce court déplacement à Montpellier.
    Pour les dates des cartes postales anciennes il suffit parfois de les « retourner » ☺ même si tu les « piques » sur des sites tels que Delcampe les vendeurs parfois proposent aussi le verso des cartes et il y a quelquefois la date sur le tampon de la Poste ! ça donne au moins la date de circulation.
    C’est amusant cette taille ancienne en pointu des magnolias, de nos jours et surtout autour de Montpellier c’est la taille en nuages qui a la préférence des jardiniers.
    Ce n’est pas toujours heureux surtout en ce qui concerne ces pôvres oliviers….
    Si au moins ces nuages là pouvaient donner un peu de pluie……

    • Oui la forme pyramide de nos arbres de parc semble passer de mode, elle a eu pourtant du succès pendant longtemps à en croire les cartes postales anciennes. En tout cas, ces magnolias ont bien repris un joli port plus « naturel » grâce aux tailles plus douces.
      Pour les cartes postales anciennes, c’est une bonne idée, je regarderai mieux la prochaine fois si certaines ont le verso avec le tampon de la date 😉 Pour une fois, elles sont nombreuses, la promenade du Peyrou a largement été photographiée depuis la fin du XIXème.
      Pour ta virée à Montpeul’ attention aux journées de grand vent, le jardin botanique a tendance à souvent fermer ses portes lorsque ça souffle trop (comme tous les grands parcs du sud…).

      Ah oui j’avais oublié, il ne faut pas manquer le curieux cadran solaire au pied du bassin du château d’eau, de nombreux visiteurs le loupent, il est pourtant vraiment étonnant et rigolo à utiliser puisque c’est « nous » qui servons d’aiguille au soleil :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cadran_analemmatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *