Le chêne d’Urdax (Urdazubi), Navarre, Espagne

C’est au cours d’une visite aux grottes de Sare, au pays Basque, que j’avais découvert de magnifiques hêtres. La guide qui nous avait renseigné, a ajouté qu’elle avait vu dans une brochure publiée par ses confrères des grottes d’Urdax, la photo d’un arbre intéressant situé sur un chemin de randonnée.

CHENE D URDAX YANNICK

Le peu d’enthousiasme avec lequel elle en a fait mention ne présageait pas d’un spécimen vraiment exceptionnel. Nous avons donc hésiter à aller le voir, car à priori, il fallait marcher pour le trouver, et étant sur le départ, nous n’étions pas très enclins à nous fatiguer avant de prendre la route…

_MG_8001 copie_MG_7982 copieToutefois par acquis de conscience, nous avons décidé d’aller aux grottes d’Urdax, à  une quinzaine de kilomètres de là, jeter un œil sur cette brochure, à tout hasard…

Une fois le document en main, il n’a pas fallu longtemps pour nous décider à aller crapahuter dans les cailloux!!!

_MG_7993 copieAprès une courte marche, et quelques tâtonnements, nous avons fini par le trouver, tapi tel un dinosaure endormi dans les fougères!

Et là c’est l’émerveillement qui prend le dessus! Cet arbre est totalement hors normes, il ne ressemble à aucun autre! Beau et incongru à la fois!

CHENE D URDAX YANNICK 2_MG_7953 copie

Le tronc court de 6,60 m de circonférence présente une cavité à son sommet, où pousse un jeune houx. De là, partent ses deux énormes branches horizontales s’étendant sur une dizaine de mètres de part et d’autre, la plus grosse allant jusqu’à toucher terre, facilitant ainsi l’escalade. Ces arbres dans l’arbre, sont surmontés de gros rejets verticaux bien plus jeunes, apparus après la dernière taille .

En effet, cette extraordinaire architecture, est le fruit du travail de plusieurs générations de paysans basques, qui ont taillé l’arbre, non sans originalité, pour en récolter le bois, créant ainsi, bien involontairement, une sculpture vivante!

CHENE D URDAX YANNICK 3Bien qu’en relative bonne santé, le poids des années se fait sentir : une de ses branche s’est arrachée, restant en appui au sol.

Nous sommes resté subjugués par cette rencontre, et après avoir pris nombre de photos de notre « chêne aux gros bras », nous sommes repartis avec le sourire aux lèvres et un léger frisson d’avoir failli louper une telle découverte!


mise à jour du 10 avril 2018

 

 

Share Button

14 réflexions au sujet de « Le chêne d’Urdax (Urdazubi), Navarre, Espagne »

  1. Tout bonnement exceptionnel, ça parait presque irréel, le produit d’un décor de cinéma !!! Quelle force se dégage de ce chêne tenant ses deux gros bras à l’horizontale dans un effort ininterrompu depuis des siècles. Combien d’autres merveilles se cachent de l’autre côté des Pyrénées ?

  2. Franchement un bel arbre à la forme étonnante comme je les aime. Ca lui donne une vraie « personnalité ». Il est ainsi reconnaissable entre tous.
    Merci du partage Yannick. Je pense que tu ne les regrettes pas les Km en plus.

  3. Extraordinaire… Ce chêne méritait vraiment qu’on s’y intéresse !
    La cavité en son milieu ne risque t’elle pas de l’affaiblir davantage ?
    Si un houx y pousse c’est que le bois s’est décomposé en humus et qu’à part la mince couche vivante sous l’écorce il n’y a plus grand chose qui le tienne au sol !

  4. Bravo Yannick !

    Ce chêne est vraiment magnifique, et franchement incroyable…
    je ne doute pas qu’il a fallu des décennies de taille pour arriver à ce résultat. Quel boulot ! Il a forcement dû y avoir plusieurs générations successives, non ??

    Ça donne envie de le voir sans les feuillages bas qui l’entourent, pour que son allure tout à fait exceptionnelle se voit mieux encore.

    Merci.

  5. Ping : Le chêne d'Urdax (Urdazubi), Navarre, Espagne - Les têtards arboricoles | #Etika Mondo news | Scoop.it

  6. Ma Foi je Tombe sous le Charme , d’un Tel Colosse Hors Norme ,
    Il semble au mieux de sa Forme , sans rendre du moins les armes ,
    A Terre mais ce sans drame , du fait d’une Taille des Hommes ,
    Ses Failles servent de royaume , aux arbres suivant son Âme .
    ~
    NéO~

  7. NO sé cómo un amante de los árboles se sube en ellos, sabiendo que el roce de los zapatos daña la corteza.

    Je ne sais comme vous, qui aime les arbres, vous montez sur ils!!!!

    • Tienes razon Juan y tampoco es muy poco aconsejado de pisar alrededor de este patriarca.

      Tu as raison Juan mais c’est aussi peu recommandable de marcher autour de ce patriarche.

      L’idéal serait d’établir un périmètre de sécurité autour des arbres trop visités.

    • Entiendo su punto de vista, y en general no me subo en los árboles (excepto para el trabajo), pero hay árboles como este donde es difícil de resistir.
      El golpe es parte de la relación que nos une a ellos, lo cierto es que está descalzo habría sido preferible.

      Como dijo Forrest, caminando por el Patriarca, sino también dar la vuelta a los otros árboles, no se recomienda ya sea y sin embargo, todos lo hacen …

      Je comprend ton point de vue, et en général je ne grimpe pas dans les arbres (sauf pour le travail), toutefois il y a des arbres comme celui-ci où il est difficile de résister.
      Le touché fait aussi partie de la relation qui nous lie à eux, il est certain qu’être pied nu aurait été préférable.

      Comme le dit Forrest, marcher autour de ce patriarche, mais aussi autour de tour les autres arbres n’est pas recommandé non plus et pourtant nous le faisons tous…

      • Il est tellement vieux que je n’ai pas osé lui faire de mal en grimpant dessus, comme s’il s’agissait d’une vieille personne. Par contre, je l’ai enlacé. C’était très émouvant.

  8. Dominique Mansion qui revenait du Colloque Européen des arbres têtards à Sare m’avait parlé d’un chêne magnifique qu’il était allé voir coté Espagnol mais dont malheureusement une énorme branche maitresse venait de céder. Vu la description qu’il m’en a fait j’ai tout de suite compris de quel arbre il s’agissait.

    Yannick je suis vraiment désolé d’avoir mis à jour cet article en y rajoutant une photo de Dominique en bas de page. J’aurai préféré ne jamais avoir à le faire.

    • Ha oui, c’est un sale coup pour cet arbre incroyable! Mais cela ne m’étonne pas outre mesure, le porte à faux était tellement important, et il y avait déjà eu une rupture qu’il fallait s’y attendre… Seul un étayage aurait permis d’éviter cette catastrophe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *