L’un des plus gros Eucalyptus marocains atrocement mutilé

En empruntant la Nationale 8 au départ de la Cité impériale de Fès, on ne peut avoir qu’une pensée émue pour notre Nationale 7, « route des vacances » si chère à Charles Trenet…
Cette Nationale 8 marocaine est en effet une merveilleuse invitation au voyage.
Elle déroule son ruban d’asphalte rapiécé plein sud, en direction du Maroc authentique, celui du monde berbère, à travers la chaîne de l’Atlas et des paysages désertiques, là où la vie s’organise depuis des millénaires autours des oueds.
C’est simple, toutes les richesses naturelles du Maroc s’égrènent au fil des kilomètres de la Nationale 8, à commencer par les oliviers de la plaine du Saïss puis la vaste cédraie de l’Atlas, les Thurifères marabouts des villages berbères, les palmeraies de Marrakech avant de finir par les arganiers d’Agadir jusqu’aux rivages de l’Atlantique.
Pour les baroudeurs et les amoureux de la nature, cette route mythique fait rêver ! Mais le rêve est malheureusement gâché dès les premiers kilomètres par une vision cauchemardesque, celle d’un Eucalyptus colossal totalement défiguré, atrocement mutilé par l’homme 🙁 🙁 🙁

Continuer la lecture
Share Button

Rencontres inattendues dans le plus haut village de France (St-Véran, Hautes-Alpes)

C’est quand on s’y attend le moins que les rencontres sont les plus belles !

Il faut reconnaître que le petit village de St Véran dans les Hautes-Alpes ne manque pas de charme. Et il mérite amplement le prestigieux label « Plus beaux villages de France » . Il suffit d’ailleurs de parcourir sa rue principale pour être séduit par ses vieux chalets montagnards construits avec d’épais murs de schiste et surmontés de fustes de mélèze patinées par le temps.
Mais il détient également un autre titre qui a fait toute sa notoriété : il est le plus haut village d’Europe (hors stations de ski), à 2050m d’altitude. Autant dire qu’à cette altitude, on visite le charmant village de St Véran en appréciant la magnifique vue dégagée sur les cimes du Queyras sans être gêné par la présence d’un arbre !
Il faut bien se rendre à l’évidence qu’à cette altitude, toute présence arboricole est un défi contre nature… les derniers représentants du monde des ligneux, composés de mélèzes, pins cembros, pins à crochets et saules rampants peinent à se hisser au-delà de 2000m et abandonnent le combat à partir de 2300m.
Et pourtant, je peux vous assurer que les passionnés de beaux ligneux pourront aussi trouver leur bonheur en visitant Saint Véran…
Foi de Castor masqué, là haut, il n’y a pas que des vieilles fustes de mélèze à se mettre sous la dent 🙂

Continuer la lecture
Share Button

Balade arboricole à Montpellier

Précisons tout de suite qu’il ne s’agit pas de présenter à nouveau dans cet article les arbres-stars de la capitale languedocienne, déjà largement détaillés depuis des années dans nos différents blogs arboricoles : Le jardin des plantes et son Filaire boite aux lettres (ici), le Ginkgo imposteur (), le Ginkgo géant de la gare (ici), le Cèdre de Grammont (sur le blog du krapo) ou encore les Magnolias de la Promenade du Peyrou (ici).
Cette nouvelle balade montpelliéraine vous permettra de découvrir d’autres petits trésors dispersés dans les parcs et jardins et jusque dans le dédale des ruelles du centre-ville, à l’image de ce Cèdre bicentenaire, fraîchement labellisé par ARBRES en 2021, mais dont le public ne doit se contenter que de son houppier tabulaire dépassant des hauts murs de l’Hotel Deydé.
Puis en fin d’article, vous serez surpris en découvrant la dernière folie montpelliéraine. Il est désormais possible d’habiter dans un Arbre ! 🙂 🙂 🙂

Cèdre de l’Hôtel Deydé labellisé ARBRES en 2021, à peine visible au public
Continuer la lecture
Share Button

Les Cèdres du jardin des Vignaux à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées)

L’engouement pour la petite station thermale de Bagnères-de-Bigorre remonte à l’époque romaine. Et de nos jours encore, la sous-préfecture des Hautes-Pyrénées jouit d’une grande notoriété dans le tourisme régional. C’est grâce à sa position centrale dans la chaîne pyrénéenne au pied de l’emblématique Pic du Midi et sur la route menant au Tourmalet, que Bagnères reste une étape touristique incontournable.
Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elle possède également deux des plus gros cèdres répertoriés en France… Voilà qui devrait donner une raison supplémentaire à tous les amoureux des vieux arbres de faire une halte en Bigorre 🙂

Continuer la lecture
Share Button

Le Bunya-bunya de Menton (Alpes-Maritimes)


Menton bénéficie d’un microclimat subtropical bienfaiteur qui lui fait presque ignorer l’hiver...

C’est la promesse annoncée par le site internet de ce petit bout de France niché entre Monaco et la Riviera italienne.
C’est sûr qu’en plein hiver sibérien ça peut faire rêver, mais c’est plutôt le terme « microclimat subtropical » qui m’enthousiasme et me laisse imaginer la possibilité de faire des rencontres arboricoles hors du commun.
Alors, entre « Menton ville du citron », « Menton ville jardin », je choisis l’option « Menton et ses arbres tropicaux » pour partir à sa découverte.
Et les surprises ne vont pas tarder à arriver, avant même d’avoir atteint la célèbre baie de Garavan, berceau de l’agrumiculture, une étrange silhouette dans une rue parallèle attire mon regard.

Continuer la lecture
Share Button