L’Arbre de Tautavel et sa petite tribu des Corbières

Il y a 400 000 ans, l’Homme de Tautavel passait ses journées à chasser le gibier, la lance à la main. De nos jours, les Corbières sont nettement moins luxuriantes et notre ancêtre préhistorique aurait bien du mal à y trouver sa pitance.

En 2021, au volant de ma castormobile, moi aussi je pars en chasse et mon gibier, je viens de le trouver !
Il est posé là, fier et magnifique, immobile depuis 400 ans au Coll de les Alzines.
Voici l’Arbre de Tautavel, nouvelle découverte archéo-dendrologique ! 🙂 🙂 🙂

Continuer la lecture
Share Button

Les 7 merveilles du Dauphiné… version arboricole !

La désignation des Sept Merveilles du Dauphiné remonte au Moyen-Age, à une époque où la population était fascinée par les curiosités naturelles extraordinaires souvent mêlées d’histoires et de légendes incroyables.
Une première liste, datée du XVIIème siècle, est établie par des auteurs et des personnalités locales fortement inspirés par le célèbre mythe antique.
De nos jours encore, les Septem Miracula Delphinatus (en latin ça fait tout de suite plus sérieux 😉 ) sont toujours d’actualité et représentent surtout un formidable attrait touristique pour le département de l’Isère.
Mais la désignation de ces Sept Merveilles, pour l’essentiel liées à des singularités géologiques, a souvent évolué et n’a pas toujours fait l’unanimité… Il aura donc fallu attendre cette période étrange de sortie de confinement, alors que chacun d’entre nous avait soif de redécouvrir béatement les trésors de son territoire, pour que le journal du Dauphiné Libéré prenne l’audacieuse initiative de proposer à ses lecteurs d’élire « les Sept Nouvelles Merveilles du Dauphiné ». Une initiative tout à fait honorable, à laquelle j’étais enthousiaste de participer jusqu’au moment où j’ai découvert avec stupeur la liste des 31 candidats au vote… Aucun monument végétal n’était proposé !!! Comment est-ce possible ???
Foi de castor masqué, il est temps de corriger cette erreur, cette infamie (!) et de montrer que les arbres aussi sont des merveilles naturelles du Dauphiné, au même titre que le Mont Aiguille ou que les 21 lacets de l’Alpe d’Huez !
Mais il faut reconnaître que l’exercice n’a pas été facile, car dans le monde des ligneux merveilleux il y a pléthore de candidats… Alors pour bien coller au sujet, il a fallu limiter la sélection aux seuls arbres poussant dans leur milieu naturel, sans tenir compte de ceux plantés par l’homme (donc exit le Tilleul de Réaumont, le Cèdre du Château de Sassenage, le Saule de la Côte St André…). Et d’un autre côté, il faut aussi privilégier ceux qui ont un lien fort avec la population locale; les arbres déclencheurs de fascination, d’adoration, associant des histoires et des légendes…
La zone géographique devait aussi être redéfinie. Pourquoi se limiter au contour actuel du département de l’Isère alors que les frontières d’origine de l’ancienne Province incluaient les trois départements de l’Isère, de la Drôme et des Hautes-Alpes?
Bref, vous imaginez que la sélection a été rude… Il a fallu faire de terribles sacrifices pour n’en retenir que sept… Voici ma proposition (susceptible d’évoluer !) désignant les Sept Arbres Merveilleux du Dauphiné.

Continuer la lecture
Share Button

Complément sur les arbres remarquables de Nyons (Drôme)

Si le Grand Tilleul de Nyons est un magnifique symbole de mise en valeur du patrimoine naturel local, il serait dommage qu’il fasse de l’ombre aux autres trésors arboricoles que possèdent la petite sous-préfecture de la Drôme.
Continuer la lecture

Share Button

Les Cades de Piégon, Drôme

Le minuscule village de Piégon en Drôme provençale devrait fasciner à plus d’un titre les amateurs de beaux arbres.
Une ancienne chapelle, joliment restaurée, est posée au sommet d’une butte gréseuse. Elle offre aux visiteurs une vue panoramique sur les collines des Baronnies. Et côté arboricole, plusieurs surprises sont à découvrir : une incroyable légende autour d’un cade multicentenaire dans un cimetière, mais aussi plusieurs vieux cades accrochés à une paroi et un pin nanifié à l’extrême qui tente de survivre sur le rocher.
Amis visiteurs, n’espérez pas faire un passage éclair à Piégon, le site est charmant et mérite que l’on prenne le temps de s’y attarder.

Continuer la lecture

Share Button

Les thurifères de St-Crépin, Hautes-Alpes

Je vous propose de célébrer de façon arboricole l’éphéméride du 25 octobre : la Saint Crépin, en se rendant dans les Alpes du Sud.
Le petit village de St Crépin, niché sur la rive gauche de la Durance, semble présenter bien peu d’intérêt aux yeux des automobilistes filant à vive allure sur la Nationale 94.
Et pourtant, quelle erreur ! Il existe au moins deux bonnes raisons de s’y s’arrêter. La première, pour l’excellente table étoilée qui fait la réputation gastronomique du village et la seconde, pour son versant aride peuplé d’une incroyable population de Genévrier thurifère.
Pour découvrir ces thurifères, cliquez sur « Lire la suite ».
Pour réserver une table chez Gaspard, cliquez sur « Google ».
Note : les deux ne sont pas incompatibles, mais pour les passionnés de beaux ligneux que vous êtes, je suis sûr qu’un pique-nique au sommet des Guions vaut bien toutes les tables étoilées du monde.

genevrier-thurifere-vieille-souche-st-crepin67

Continuer la lecture

Share Button